Connect with us

Astuces, Tactiques et Stratégies

Les dangers du combat urbain

Published

on

Les CQB (Close Quarter Battle) ou CQC (Close Quarter Combat) ; est aussi bien une technique d’engagement de combat avec arme à courte distance, qu’une pratique de combat rapproché. Très souvent, et moi le premier, nous parlons de CQB ou CQC pour parler d’un lieu de combat fermé et donc par extension de combat urbain. Mea Culpa..

En résumé le CQB est défini comme un ensemble de tactiques d’assauts, de procédures et de techniques employées par une petite équipe de combat pour les engagements rapprochés.

Spécificités liées au milieu urbain

Avant de parler de CQB, parlons du milieu dans lequel ces techniques s’opèrent : le milieu urbain. En airsoft, il est parfois difficile de trouver un terrain en zone urbaine. C’est même un espèce de fantasme pour un certain nombre de joueurs.

Si jamais vous n’avez jamais joué dans des bâtiments (habitations, infrastructures, zones industrielles, etc) je vous conseil une société bien connue des pratiquants qui est spécialisée dans l’organisation de parties d’airsoft en milieux urbains. Je parle évidemment de la société Wild Trigger.

Le milieu urbain est une zone très complexe à appréhender. D’une part par l’architecture qui sera toujours différente d’un bâtiment à un autre, et d’autre part à cause des facteurs que nous allons vous présenter ci-après.

A l’époque, j’avais entendu lors d’une formation (et je ne me souviens plus des statistiques exactes) que lors d’un seul assaut en zone urbaine on avoisinait entre 50 et 100% de perte. Et qu’en cumulant les assauts on tendait forcément vers les 100% de pertes, même avec des professionnels.

Autrement dit, 1 mec contre 10 planqué dans sa forêt, c’est pas gagné. Alors que 1 mec retranché en zone urbaine contre 10 mec ….

Qu’il n’y ai aucun doute, le combat en milieu clos c’est la boucherie assurée. C’est pour ça que dans la vraie vie ce type d’opération est réservée à des unités spécialisées : GIGN, RAID, 1er RPIMA, etc. Vous n’avez qu’à essayer d’ailleurs 🙂 Faîtes une journée entière sur une partie en zone urbaine et vous me postez un p’tit commentaire si vous ne prenez pas une seule bille 🙂

 

Les dangers en zones urbaine

Pour évoluer en milieu clos, il vous faudra des compétences techniques en CQC. Ces techniques sont très difficiles à acquérir. Par contre, le point sur lequel vous pouvez rapidement progresser c’est la connaissance des risques liés à cet environnement très particulier !

 

 

Un environnement multidimensionnel

Contrairement aux espaces ouvert, les zones urbaines sont multidimensionnels. Il faut systématiquement se dire que le danger peut venir de devant, derrière, de droite ou de gauche, mais aussi du haut et du bas ! Le danger peut même venir de plusieurs niveaux de plateformes ou d’étages.

Si vous vous déplacez dans la rue, entre un bâtiment de 2 étages et un bâtiment de 4 étages, vous devez garder à l’esprit qu’il y a potentiellement 9 niveaux qui peuvent avoir une vue sur vous et vous engager.

(pour le calcul : la rue compte comme un niveau, les 2 étages et le RDC du 1er bâtiment pour 3 niveau, et les 4 étages et le RDV du bâtiment B pour 5 niveaux).

 


Un environnement exigu

Les milieux clos sont par définition exigus et restreints. On ne voit pas venir les choses au loin. Tous les espaces sont à prendre en compte spécifiquement ce qui ralentit votre progression et vous expose pièce par pièce – sans exception.

L’entrée va nécessiter un contrôle, le salon à droite également, le couloir au fond aussi, les WC bien sûr et le couloir pareille, sans compter les 2 chambres de l’étage aussi . Chacune de ses pièces fait entre 10 et 20m². Chaque espace est susceptible de cacher un ou plusieurs adversaires retranchés.

Si les choses se passent mal, la fuite vous expose de nouveaux aux coups. Ce type d’environnement est très spécifique et incroyablement compliqué à aborder contrairement à un hangar de 300m² qui vous offrira une plus grande visibilité.


La luminosité

L’intérieur des bâtiments sont rarement, ou très mal éclairés. Les zones d’ombres sont présentes dans presque chacune des pièces.

Les caves, zones souterraines, parking ou greniers sont le plus osuvent dans l’obscurité la plus totale. Équipez-vous en conséquence.

Les zones les plus sombres c’est le paradis des cachettes. Si un adversaire est là, se sera sans nul doute dans un des coins .


Les angles morts

 

C’est comme pour le permis de conduire. Rappelez-vous votre moniteur d’auto école qui vous rabâche de regarder dans le rétroviseur et de tourner la tête. Et bien quand vous passez une ouverture c’est exactement ça ! II faut aussi tourner la tête et contrôler réellement l’angle mort.

Soyez bien conscient que votre adversaire ne vous attendra jamais au milieu de la pièce. Je me souviens encore de ce mec tellement au fond de son angle dans l’obscurité que nous n’avons pas vu moi et mes copains. On avait pourtant tous eu la sensation de vérifier le coin avec notre vision périphérique. Et bien non, le mec était dans l’angle mort ! Il était content. On a eu honte 🙂

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les débris au sol

 

Les débris au sol, cailloux, tuyaux, vieux radiateurs rouillés, clous, faux plafonds, etc, sont des risques potentiels à prendre en compte.

Risques de vous faire repérer si ovus marchez dessus ou les déplacez. Risques de cacher un piège. Risque de vous blesser.

Les trous dans le plancher, ou trappes de maintenance, cage d’ascenseur sont des dangers également ! Cheville foulée, fracture, plaie ouverte ne sont pas des cas isolés en partie. Regardez bien ou vous mettez les pieds et ne vous précipitez pas ! C’est comme ça que les risques arrivent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les distances d’engagement raccourcies

Si nous prenons une pièce moyenne, disons 15 m², nous comprenons que les distances d’engagements seront très courtes.

Des contacts au corps à corps, à 10 ou 15 mètres, c’est très très rapide. Vous n’avez généralement pas le temps de tout voir, de tout analyser que vous avez déjà une bille qui vient vous rappeler à l’ordre.

Nous en avons déjà parlé : c’est par ici : ARTICLE DISTANCE ENGAGEMENT 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le son

Vous vous rappelez quand vous entendiez les voisins en train de s’envoyer en l’air dans votre ancien appartement ? Bah là c’est pareille, sauf qu’il n’y a parfois plus de portes, plus de fenêtres, des trous dans les murs, et que les voisins sont remplacées par Marcel et ses 12 potes qui progressent comme des éléphants 🙂 Bon OK c’est moins érotique .. pardon.

Sur ce type de terrain le son ne porte pas extrêmement loin du fait des murs, mais on entend excessivement bien tout ce qui se trouve à proximité. Faîtes attention à vos déplacement, et ce sur quoi vous marchés, attention aux portes qui grincent, attention à votre équipement qui fait parfois du bruit, attention à vos communication et vos moyens radios.

Le son est votre meilleur allié en milieu clos !

 

 


Le rebond sur les murs

En airsoft, le combat en milieu clos est aussi jouissif que pénible. En cause les rebonds des billes sur les murs. Pendant les échanges les plus chauds, quand ça avoine bien comme il faut, il pleut littéralement des billes. Il se peut qu’il soit difficile de faire la différence entre un tir direct qui vous élimine et un tir indirect par rebond. Sachez vous placer en conséquence si possible afin d’éviter les rebonds dans le dos – ou les fesses 🙂


Les ouvertures

Les ouvertures sont les trous dans les murs, les fenêtres, et les portes. Chaque ouverture présente le risque qu’un adversaire soit dans l’espace d’à côté. Chaque ouverture doit être systématiquement abordée et traitée de façon précise afin de vérifier la présence, ou non, d’un adversaire, et réagir le cas échéant. Les ouvertures peuvent être soit ouvertes, soit fermées.

Se précipiter à travers une ouverture ouverte, ou en passant devant sans vérifier, ça fonctionne que si il n’y a personne. Si un adversaire vous attend c’est terminé pour vous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les couloirs

Dans un couloir, on vous voit de loin ; dans un couloir, vous êtes une belle cible ; dans un couloir, il n’y a généralement pas de quoi s’abriter.

Pas la peine de vous faire un dessin, ne vous faîtes pas allumer dans un couloir ! Ne traversez pas un couloir avec tout votre groupe sans appuis ! Ne vous arrêtez pas pour réfléchir ou discuter au milieu d’un couloir ! Je vois ça à chaque partie 🙂

Un couloir, ou un corridor, doit être considéré comme une zone à découvert, une zone propice aux embuscades, une zone dangereuse ! Prenez systématiquement vos précautions !

 


La concentration d’ennemis

Les zones urbaines où nous pouvons jouer restent limitées. C’est pas non plus le CENZUB ! Et une partie peut accueillir jusqu’à une centaine de joueur selon les organisateurs et le terrain. En gros : un espace limité pour un nombre de joueurs conséquents.

Donc ça donne une concentration très importante d’adversaires avec un ratio de joueurs par pièce dangereux. C’est la raison pour laquelle il est très difficile d’évoluer sur ce type de parties et de prendre plaisir à évoluer discrètement.

Vous risquez littéralement d’en prendre une à chaque seconde.


Les escaliers

Monter, descendre, prendre ou tenir un escalier sont des actes spécifiques et très techniques. Les étages supérieurs auront toujours un avantage sur ceux du dessous. Les escaliers sont également des points d’affrontement réguliers en partie. Plutôt faciles à défendre, ils constituent le plus souvent un point de blocage pour les assaillants. Il n’est pas rare de voir une équipe interdire l’accès à une équipe adverse. Le matériel a disposition (bouclier, grenades, fumigènes) aura un rôle décisif à jouer pour tenter de débloquer la situation. A défaut un appel à un orga pour fluidifier la partie..

Mon conseil, en cas d’attroupement à un escalier, passer votre chemin ; restez mobiles et fuyez le contact !


Le mobilier

Le mobilier est source de protection. Derrière les plus gros éléments vous risquez de voir apparaître un adversaire. Armoire, canapé, table, fauteuil, etc sont autant de zones de dangers qu’il vous faudra vérifier.

Imaginez un meuble de cuisine en hauteur. Sachez qu’une petite joueuse avait réussi à se cacher à l’intérieur et lorsqu’une petite équipé rentrait dans la pièce visiblement vide, elle entrouvrait son placard et les sortait tous….

Le mobiler n’est pas qu’un moyen de protection, il peut être placer là délibérément pour de multiples raisons : vous faire emprunter un chemin précis, détourner votre attention, vous ralentir, cacher un piège. Restez donc au aguets et ouvrez l’œil.


Les billes au sol

Les zones urbaines sont des terrains rares et appréciés. Donc fortement exploités. La plupart d’entre eux sont littéralement recouverts d’une couche de billes de 6 mm. Une bille ce n’est rien. Mais un tapis de bille c’est une patinoire.

En tant qu’orga, à chaque rappel de sécurité concernant les billes au sol je faisais rire les joueurs. “Attention au billes par terre. Ça glisse !

Et a chaque début de partie tout le monde s’élance dans tous les sens et dans les 3 premières minutes de jeu je pouvais être certain de voir un bonhomme les 4 fers en l’air ..

Donc oui, des centaines de billes au sol ça glisse, et ça peut être dangereux !


En conclusion

En conclusion c’est bien ce que je vous avais dit. Le combat en milieu clos c’est la boucherie. Entre le nombre de joueurs/pièce, toutes les spécificités techniques à prendre en compte, les multitudes de cachettes possibles, la rapidités et la proximité des échanges, vous n’aurez aucune chance de survivre 🙂 Mais c’est aussi ça le challenge, s’améliorer, encore et encore !

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit


 

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Astuces, Tactiques et Stratégies

10- Dissimuler une épée sous un sourire

Published

on

By

10ème stratagème :

Dissimuler une épée sous un sourire

Principe :

Pour que tes adversaires soient sereins et sans crainte, dissimule l’hostilité sous l’apparence de l’amitié.
Une autre formulation de ce stratagème est “Miel aux lèvres, épée au ventre“. Rassurez l’ennemi pour le rendre négligent, travaillez en secret pour le subjuguer, préparez-vous pleinement avant de passer à l’action pour empêcher l’ennemi de changer d’état d’esprit : c’est la méthode pour dissimuler une puissante volonté sous une apparente docilité.

Une personne avec un visage souriant et un cœur cruel est connu dans le folklore chinois comme le “tigre souriant“. À la guerre, acquérir une sagesse tardive en prenant conscience du caractère dangereux des “tigres souriants” n’a que peu d’utilité, car son prix en fait un luxe excessif.

En conséquence, une proposition de paix sera toujours reçue avec suspicion tant que le résultat de la guerre n’est pas manifeste.

 

Source historique :

Les formules font référence à Li Yifu, fonctionnaire officiel, et à Li Linfu, chancelier impérial du VIIIe siècle, tous deux célèbres pour leur fourberie. Après la mort de Mao Zedong, les membres de la Bande des Quatre furent présentés comme des disciples zélés de Li Linfu, auquel Mao comparait par ailleurs les impérialistes, en recommandant de combattre l’esprit de Li Yifu et de Li Linfu qu’il dépeint ainsi : “Se soumettre en apparence, mais s’opposer intérieurement, dire oui, mais penser le contraire, prononcer de belles paroles face aux gens, mais intriguer contre eux par derrière – telles sont les manifestations de la duplicité.


Adaptation à l’airsoft :

Cacher sa force et son agressivité à l’adversaire

Cacher sa force ..

Vous est-il déjà arrivé en début de partie, au briefing, de scruter vos adversaires ? D’étudier leur attitude, leur équipement, de chercher à comprendre quelles sont les équipes constituées ? Si oui, dites vous que les joueurs d’en face aussi …

Une partie d’airsoft commence dès le briefing. A ce moment là vous montrer en toute transparence à vos adversaire (et eux aussi) la nature de vos forces :

  • combien vous êtes et si vous êtes organisés et discipliné
  • vos moyens radios
  • vos moyens de combattre (répliques, PA, grenades, boucliers, mines, etc)

A ce moment là, et selon votre degré de fourberie, il peut être intéressant de cacher certains de vos atouts afin de pouvoir les utiliser à bon escient une fois en jeux. Je pense notamment aux boucliers, aux mitrailleuses, au grenades à main et grenades de 40 mm.

Un adversaire qui pense que vous êtes sous équipé, désorganisé voir idiot aura sans doute tendance à se regrouper bêtement dans une pièce en équipe constituée. Alors que si il voit que toute votre équipe est dôté de grenades à main, il sera sans doute sur ses gardes et enclin à faire plus attention..

Cacher son agressivité..

Je parie que vous vous méfiez très fortement des équipes qui se déplacent avec une technicité et un savoir faire collectif apparent ? Je parie même que vous avez tendance à éviter de vous retrouver au contact contre eux ! Et qu’au contraire vous vous sentez plus à l’aise quand en face vous voyez courir les bonhommes à découvert comme des lapins et que vous leur donner même la chasse !

Nous sommes tous fait pareille ! Nous chassons d’abord les plus faibles, et non les plus forts.

Alors feintez alors la faiblesse, la désorganisation,et l’indiscipline, afin de laisser venir à vous les joueurs sûr d’eux et de leur supériorité. Patrouillez les mains dans les poches, la réplique tenue comme un cowboy du dimanche en vous promenant à découvert .. et prévoyez vos embuscades en parallèle afin de cueillir vos adversaires !

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

CQB : c’est quoi une pièce ?

Published

on

By

J’étais en train de réfléchir à de supers articles bien compliqués et bien techniques, quand je me suis dit “hey mais attend, il y a aussi des sujets supers basiques qui peuvent être tout aussi intéressant ! Et qui en plus sont pratiqués à chaque partie !

Allez hop, voyons ensemble comment aborder une pièce en CQB. C’est à dire comment percevoir l’environnement, ses dangers, et donc la façon de traiter l’espace en CQB.

La structure d’une pièce

Chaque pièce est différente, nous sommes d’accord. Mais elles ont quasiment toute la même structure de base :

  • un sol
  • un plafond
  • des murs
  • des ouvertures

N.B : Dans cet article, nous traiterons exclusivement de la position à tenir, et non de la position à prendre. Nous imaginons donc que les pièces sont vides de tout occupant et que nous choisissons d’y prendre position.

Attention : chaque pièce a bien évidemment ses spécificités : mobilier, machines, déchets, gravas, acoustique, etc. Ces éléments ne seront pas abordés ici.

La nature des ouvertures

Voici une liste non exhaustive des ouvertures les plus courantes que vous pouvez rencontrer :

  • encadrement de porte, porte, double porte, porte de garage, porte coulissante, ..
  • fenêtre simple, fenêtre à double battant, velux, ..
  • trappe d’accès
  • escalier droit, escalier en colimaçon
  • couloir
  • trou (de la taille d’une main ou de la taille d’un homme)

Les différentes catégories d’ouvertures :

  • les ouvertures ouvertes : un trou, une fenêtre ouverte, une porte ouverte, un escalier, ..
  • les ouvertures fermées : une fenêtre fermée, une porte fermée, une trappe fermée, ..
  • les ouvertures extérieures : qui donnent directement dehors (le plus souvent portes et fenêtres)
  • les ouvertures intérieures : qui relient les pièces entres elles (porte, couloir, escalier, ..)

Les dangers liés aux ouvertures sont de 2 types :

  • directs, avec le risque d’être touché,
  • indirects, avec le risque d’être repéré.

Et en tout logique :

  • Les ouvertures ouvertes présentent des risques directs et indirects,
  • Les ouvertures fermées vous protègent dans un premier temps de tous risques,
  • Si vous pénétrez un bâtiments inconnu alors les ouvertures ouvertes intérieures sont les plus dangereuses,
  • Si vous défendez un bâtiment reconnu alors les ouvertures ouvertes extérieures sont les plus dangereuses.

Vous voyez ? C’est assez simple en réalité. Il faut juste se le dire. Et cela vous permet alors de prendre les positions adéquats en fonction de l’environnement et de la situation.

Les ouvertures sont donc à considérer et traiter par automatisme. Il faut réagir comme si vous étiez en voiture :

  • Feux rouge : je ne passe pas et je m’arrête
  • Feux vert : je regarde à droite et à gauche et j’avance
  • Ligne blanche : je ne passe pas, je m’arrête, je regarde à droite et à gauche et j’avance
  • Cédez le passage : je ralentis, je regarde à droite et à gauche, si il n’y a rien j’avance et si il y a quelque chose je m’arrête.

Vous voyez l’idée ? Il ne faut pas se poser la question de comment je dois faire lorsqu’on est face à tel ou tel type d’ouverture. Il faut plutôt l’aborder de façon spécifique et automatique.

Quelques exemples :

  • Une porte fermée = ouverture fermée sur l’extérieur = Safe.
  • Une porte ouverte = ouverture ouverte sur l’extérieur = Danger ! Danger ! (Danger direct et indirect + possibilité de passage de l’ennemi)
  • Une fenêtre ouverte = ouverture ouverte sur extérieure = Danger ! (Danger direct et indirect)

Ne vous inquiétez pas, c’est comme la conduite. Au début il faut beaucoup réfléchir, à la fin ça vient tout seul 🙂 Pour se faire, il faut catégoriser les ouvertures et leur attribuer un certain niveau de risque (on verra le niveau de danger au paragraphe suivant).

Le danger : les ouvertures

C’est évident mais il faut bien le garder à l’esprit : le seul danger vient toujours des ouvertures ! Et dans un premier temps des ouvertures ouvertes qui vous exposent immédiatement aux coups et au regard de l’adversaire !!

N’oubliez pas non plus que les pièces sont des environnement à 3 dimensions. Il faut donc prendre systématiquement en compte qu’il y a un sol, des murs et un plafond. Et ne pas se focaliser que sur les murs (le réflexe de base). Les sols et plafonds peuvent eux aussi comporter des ouvertures (escaliers, trappes, trous..), et être sources de danger voir même d’accidents !

Les dangers indirects :

  • être repéré visuellement par l’ennemi à travers une ouverture
  • ne pas être en capacité de voir l’extérieur et les mouvements adverses par le manque d’ouvertures ! (c’est très important aussi)
  • ne pas avoir la possibilité d’avoir un ou plusieurs chemins de replis par le manque d’ouvertures !

Les dangers directs :

  • être touché par une bille
  • avoir des ouvertures trop grande qui permettent facilement le lancer de grenades
  • avoir trop d’ouvertures qui permettent un assaut combiné par plusieurs voies

L’erreur : la perception

L’erreur à ne surtout pas commettre, c’est de voir une pièce selon vos référentiels de la vie de tous les jours. C’est à dire de voir une cuisine comme une cuisine, un salon comme un salon, une chambre comme une chambre, les wc comme des wc. C’est une erreur de perception !

Vous ne devez plus voir une pièce par sa nature, car cela va vous renvoyer à sa fonction, et vous écarter de votre vision combat ! En ayant une réflexion par nature votre cerveau va partir sur des réflexes de la vie quotidienne :

  • Cuisine : c’est fait pour faire à manger. Il y a des ustensiles de cuisine. Les meubles hauts sont ouverts et il reste des assiettes. On dirait les assiettes de ma grand mère..
  • Salon : c’est fait pour se reposer. C’est marrant il y a encore le canapé. Putain ce qu’il est sale. J’hésite à me poser dessus tiens ..
  • Chambre : c’est fait pour dormir. Des gens dormait ici ? Je me demande à quoi ça ressemblait avant ? Oh la barre, y a une culotte dans le coin !
  • Wc : c’est pour faire ses besoins. Vu l’état de la baraque même pas je vais voir. Ça doit être dégueulasse !

Si vous réagissez comme ça, c’est que vous faîtes une belle erreur de perception. Vous n’êtes pas en train de visiter une maison. Vous faîtes du combat dans un bâtiment. Ça n’a strictement rien à voir !

Structurer et hiérarchiser l’espace

Voici comment votre cerveau doit fonctionner (toujours en partant du constat que le bâtiment est reconnu est vide). Vous devez réfléchir en prenant en compte les espaces, la nature des ouvertures et le type de danger :

Cuisine :

  • 2 ouvertures ouvertes extérieures. Danger Danger !
  • 1 ouverture fermée extérieure. Safe.
  • 1 ouverture ouverte vers le salon. Safe.

Salon :

  • 3 ouvertures fermées extérieures. Safe.
  • 3 ouvertures ouvertes intérieures vers cuisine, chambre et WC. Safe.

Chambre :

  • 2 ouvertures fermées extérieures. Safe.
  • 1 ouverture ouverte vers le salon. Safe.

WC :

  • 1 ouverture fermée intérieure. Safe.

Etat des lieux :

  1. La cuisine représente des dangers directs très importants. Je dois faire très attention !
  2. Le salon a des ouvertures fermées sur l’extérieur qui peuvent servir pour un assaut simultané comme pour un chemin de repli. Je dois pouvoir voir ce qu’il se passe dehors au niveau du salon si nécessaire.
  3. Les autres pièces permettent de se retrancher et communiquer facilement entre elles.

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

09- Regarder le feu depuis la rive opposée

Published

on

By

9ème stratagème :

Regarder le feu depuis la rive opposée

Principe :

Laisse tes adversaires se déchirer entre eux pendant que tu attends en regardant, et plus tard balaye le survivant épuisé.

Stratagème de la non-intervention, du non-agir et de l’attente patiente, version qui peut même devenir non violente de “la vengeance est un plat qui se mange froid“, éloge du renvoi à plus tard de certaines affaires urgentes.

Agir au moment opportun apporte la félicité, et il est recommandé à la guerre d’attendre le moment propice pour agir : tel le tonnerre qui ne frappe pas durant l’hiver, un chef militaire se retient d’agir jusqu’au moment favorable. Un bon général doit en effet maîtriser l’art du retard. Il ne doit pas chercher la confrontation à tout prix mais patienter jusqu’au meilleur moment pour attaquer, idéalement quand son armée est au mieux de sa forme et quand l’adversaire est au plus bas. Tel est le principe de base de toutes les stratégies agissant à retardement.

Pour moissonner les lauriers d’une guerre, usez de divers éléments d’une autre règle de base de la guerre : l’utilisation de forces extérieures pour parvenir à vos fins. On met ainsi en rapport cette stratégie avec la stratégie n°3 : “Tuer avec un couteau d’emprunt”, ce qui est toutefois plus difficile à mettre en œuvre car il faut le plus souvent manipuler conjointement plusieurs forces, qu’elles soient alliées, ennemies ou indépendantes.

Source historique :

En juin 1948, pendant la guerre civile chinoise, l’armée rouge assiège la ville de Changchun qui est défendue par quelques 100 000 hommes fidèles à Chiang Kai-shek, dans le camp duquel existent de profondes dissensions. Les vivres viennent à manquer, et les conflits débouchent sur la rébellion d’un grand nombre de soldats qui refusent les ordres de rompre l’encerclement : la ville est prise sans combat.


Adaptation à l’airsoft :

Intervenir une fois que l’orage est passé

Sachez profiter des confrontations en fonction de l’intensité des échanges, de votre position, des forces dont vous disposez ainsi que des parties impliquées. L’idée maîtresse de ce concept est de maximiser le bénéfice de votre intervention et de surtout minimiser le risque pour vous !

En intervenant au milieu d’un échange musclé vous risquez :

  • un tir ami
  • un tir ennemi
  • de consommer plus de munitions.

Intervenir trop tôt tête baissée dans un échange peut paraître héroïque et courageux mais dans l’histoire c’est vous le premier qui risquez d’y laisser des plumes.

Ce concept s’adapte tout à fait au combat de nuit. Dans l’obscurité il est difficile d’identifier qui est qui, qui est où, qui tire sur qui. Profitez des faveurs d’une confrontation entre un allié et l’adversaire pour rester à couvert, observer, analyser, comprendre et vous préparer. Et au moment opportun engagez vos forces pour soulager vos alliées et affaiblir votre adversaire.

Sur des parties vous agirez très souvent en collaboration avec d’autres équipes. Sachez les utiliser à bonne escient. Si vos alliés sont fougueux et têtes brûlées, autant les utiliser pour localiser l’adversaire, le chasser, l’affaiblir. Profitez(en pour garder vos forces, vos hommes, vos munitions, et vous préparer à prendre part aux combats sous l’angle qui vous sera le plus avantageux !

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Rejoignez-nous sur Facebook

Explorer une thématique

Tendance

Copyright © 2012 Blog Airsoft Attitude - Pour nous contacter : blog.airsoftattitude@gmail.com