Connect with us

Astuces, Tactiques et Stratégies

Drone de combat équipé (caméra + réplique)

Published

on

Il y a peu j’ai pu voir un drone de reconnaissance à l’oeuvre durant une partie. Ce sera d’ailleurs le sujet d’un prochain article.

Mais durant mes recherches sur le sujet, je suis tombé sur une vidéo un peu spéciale. En fait on y voit un drone tout ce qu’il y a de plus basique, équipé d’un système vidéo ainsi que d’une réplique de Paintball. Visiblement, pour passer d’un drone de reconnaissance à un drone de combat, pour peu que l’on soit un peu bricoleur et inventif, il n’y a qu’un pas !

paintball_drone-1355393915552

Drone Airsoft Paintball équipé d’une caméra et d’une réplique

La suprématie vient du ciel !

En clair, il s’agit bien là de ce que l’on peut appeler un drone de combat ! Capable à la fois de localiser les adversaires sur de bonnes distances et d’engager le combat en tirant des projectiles, en l’occurrence les fameuses billes de peinture, pendant que l’opérateur est tranquillement caché quelque part en sécurité !

Sa capacité en terme de précision et de portée sont plus qu’acceptables. D’autant plus si l’on considère le fait qu’en tirant depuis le ciel on peut augmenter la portée du projectile. Enfin je suppose que cela doit nécessiter une certaine maîtrise et quelques heures d’entraînement ! Cependant, comme vous le verrez, en terrain découvert ce type d’engin et terriblement efficace !

drone-fusil-paintball-video-airsoft

Drone en vol !

paintball-drone_1-620x336

Cibles statiques détruites

Vidéo du drone de combat Paintball en action !

N.B : Cette vidéo est en anglais, mais même pour les moins moins bilingues d’entre nous vous comprendrez assez bien !! La suite en images :

http://www.youtube.com/watch?v=Jplh7uatr-E

 Attention !

Ce type de “jouet” reste à mon sens dangereux. Utilisé en partie certes cela peut être très intéressant, changer totalement la dynamique de jeu. Cependant ce sont plus les applications en dehors du terrain qui pourraient être très dangereuses ! Infos et matériel à prendre avec des pincettes donc ! Et si jamais vous penser utiliser ce type d’appareil renseignez vous bien sur la législation en vigueur !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading
Advertisement
10 Comments

10 Comments

  1. Aerofilm

    18/01/2014 at 09:36

    Bonjour,

    Interressant cette utilisation des drones, mais elle est pour l’instant incompatible avec la réglementation, voici tout ce qu’il faut savoir :
    http://aerofilms.fr/blog/reglementation/arrete-11-avril-2012

    Interdiction de survol des personnes, caméras interdites et inassurable pour un non professionnel, ça pose de suite des restrictions rédhibitoires en France.

    La réglementation va évoluer au 1er semestre 2014, mais ça Name va sans doute pas aller vers 1 assouplissement.

    • Hugues

      18/01/2014 at 20:14

      Merci beaucoup pour ces précisions législatives !!!

  2. Jeremyy

    03/02/2014 at 04:32

    C’est intéressant certes, mais ça peut être mal utilisé. Je m’explique. Par exemple un gars qui harcèle un gars ou deux de l’équipe adverse, ne pas les lâcher d’une semelle. Il y aurais aucun moyen de les contrer.

    • Hugues

      03/02/2014 at 15:19

      A voir : pénétrer dans un bâtiment, utiliser les fumigènes, etc.

      A contrario utilise le focus du drône sur ce joueur pendant que le reste de l’équipe contourne le dispositif.

  3. antoto

    05/03/2014 at 11:58

    Et ça se passe comment pour le neutraliser? On tire dedans? Si je vois ça arriver sur moi en me tirant dessus je n’hésiterai pas 🙂

    • Hugues

      05/03/2014 at 16:57

      Oh il va être content le propriétaire du drône !! ^^

      On peut mettre quelques mesures de sécurités en place côté organisation : limiter les déplacements sur une zone précise et dans un laps de temps donner. Autoriser un survol que si une mission a été remplie. A voir.

      • antoto

        05/03/2014 at 17:32

        Ca reste tout de même un peu trop dangereux je trouve (chute du drone par exemple). Mais ça peut etre sympa pour quelqu’un qui souhaite faire une vidéo aérienne d’une partie!
        Un drone terrestre équipé d’une caméra et pouvant tirer des billes pourrait être mieux (avec un système de bouton on/off pour que l’adversaire puisse le désactiver ou une zone dans laquelle tirer pour le désactiver un certains temps).

        • Hugues

          05/03/2014 at 18:28

          Yes pas bête ! Un petit drône terrestre avec option Reco et Assaut ! ^^

  4. Eth3r

    16/04/2014 at 15:07

    Ah les drones… 🙂

    Sur nos GN “Starship Troopers”, dont la plupart se sont déroulés dans des zones souterraines ou en CQB, l’idée d’utiliser des drones volants de combat a vite été écartée, principalement pour des raisons de sécurité (hauteur de plafond de 4m, un peu limite pour assurer la sécurité des joueurs en dessous sachant que l’engin atteint facilement 600g-800g, pour l’essentiel le poids de batteries, problème que les aéromodélistes connaissent bien, avec l’éternel compromis poids/capacité).

    Cependant, pour le prix d’une réplique courante, on peut s’offrir un drone Parrot, qui relaie ses images et son pilotage sur n’importe quel terminal Android ou IPhone, et dont la chute ne présente pas un danger majeur vu son faible poids (dans les 300g de mémoire). Il s’agit donc là d’un drone volant de reco diablement efficace, dont l’autonomie réelle, (15min et encore avec batterie boostée) fait qu’on ne risque pas d’être confronté aux phénomènes de harcèlement longue durée évoqués plus haut.

    En revanche, sur nos jeux les Droners ont pu s’en donner à coeur-joie avec des buggy équipés d’une mini camera, d’un relais HF (de loin le plus cher de l’ensemble) et d’une mini réplique 0.08J connectée par exemple au circuit phares du véhicule. Constat : d’abord plus faciles à piloter, ensuite nettement plus rapides et enfin bien plus autonomes. Évidemment, le Droner concentré sur son joujou ne perçoit absolument rien de ce qui se passe autour de lui et peut se faire “ramasser” par un Arachnide (ou un joueur équipé de réplique) un peu plus futé que les autres : effroi et rires garantis.

    Pour résumer, étant donné les contraintes techniques actuelles, et à ma connaissance :
    – drone volant de reco : oui, autonomie faible mais super discret, viable et tactiquement intéressant
    – drone volant de combat: bof, autonomie ridicule et contraintes de sécurité non négligeables
    – drone roulant de reco : oui assez efficace parce que discret et facile à piloter (mais je pense qu’un binôme sniper/spotter peut faire le boulot aussi bien sinon mieux, selon son niveau technique)
    – drone roulant de combat : moyennement efficace, mais très très fun à utiliser, dans un contexte un peu anticipation (Ghost Recon, Fuel of War, etc…)

    Reste que la mise en jeu de ce genre d’engins doit s’accompagner de règles spécifiques (pour protéger le matériel), et pour que l’essentiel du jeu repose sur les joueurs (et pas leur matos). Enfin, un peu comme l’usage de JVN, il est plus plaisant que chaque camp en ait, pour équilibrer les choses.

    • Anonyme

      03/09/2014 at 15:15

      Si je peux me permettre, je suis télé-pilote de drône civil professionnel, et amateur d’airsoft.
      Sachez que même le plus petit des drônes avec caméra est soumis à une législation forte (voir le commentaire d’Aerofilm) et présente certains risques, pour les personnes à proximité mais aussi pour l’environnement direct et indirect.
      A utiliser (ou plutôt ne pas utiliser) en connaissance de cause !
      Perso, même à la demande de mon asso, je n’ai pas voulu le faire… trop de risques (d’autant que mon matos coûte un bras, et celui de mon cadreur un deuxième bras).
      Si en plus vous rajoutez un lanceur de projectiles dessus (billes paint ou airsoft), je suppose que le terme drône “civil” peux ne plus s’appliquer… Ce n’est qu’une supposition, mais je ne voudrais pas avoir à en discuter avec les autorités !
      Sur ce, bon jeu à tous et merci Airsoft-attitude pour ce très bon blog.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Astuces, Tactiques et Stratégies

08- Marcher secrètement vers Chencang

Published

on

By

8ème stratagème :

Marcher secrètement vers Chencang

Principe :

Détruit l’adversaire en menant une fausse attaque dans une direction alors que c’est ailleurs, là où il ne se défend pas, que porte la véritable offensive.

Faire une manœuvre ostensible de diversion pour fixer la force principale de l’adversaire, et emprunter pendant ce temps un chemin détourné, caché, pour attaquer l’ennemi. Cacher une intention peu ordinaire derrière une action ou des faits conventionnels.

Ce stratagème insiste sur la mise en œuvre d’un mouvement de diversion, en général une attaque frontale, pour dissimuler la manœuvre secrète qui doit déborder l’ennemi. Ceci est bien en accord avec la stratégie de Sun Zi visant à combattre l’ennemi avec des forces ordinaires et à le défaire avec des forces spéciales, mais seulement dans le cas où cet ennemi est maintenu en respect non par la présence de la puissance principale, mais par un mouvement de diversion, qui néanmoins requiert quelques actions concrètes pour devenir crédible.

 

Sources historiques :

Cette maxime fait référence à un épisode très populaire de l’histoire de Chine et à la stratégie utilisée en 206 av. J.-C. par Liu Bang, fondateur de la dynastie Han, quand il mena une campagne contre Xiang Yu, son rival pour le contrôle de l’empire. Il donna l’illusion de se préparer à venir l’affronter par le chemin normal mais pendant ce temps expédia son armée par une voie détournée à Chencang, prenant ainsi l’ennemi par surprise et gagnant un large territoire pour un faible coût.

Le débarquement des Alliés en juin 1944 en Normandie à la place de Calais est une bonne illustration de ce stratagème, comme cela l’était du septième stratagème (Créer quelque chose à partir de rien).

 

 


Adaptation à l’airsoft :

Faire diversion pour prendre l’adversaire par surprise

La classique manœuvre de diversion. Attaquer en frontale et manœuvrer par les flancs ou à revers. Classique mais la mise en oeuvre nécessite quelques précautions :

  • Assurez vous que vos forces frontales soient en mesure de tenir le choc (à la faveur de couvertures du terrain par exemple). Cela favorisera qui plus est la crédibilité de votre attaque !
  • Prévoyez une solution de repli pour vos forces frontales. Rien ne vous assure de tenir les assauts adverses.
  • Réalisez un contournement rapide. Si votre diversion est trop longue c’est le gros des troupes qui fait face qui va devoir absorber les coups. idéalement il faudrait qu’une unité infiltrée ait déjà pris position dans les arrières de votre adversaire et soit dans l’attente de votre Go !
  • Soyez percutant et suffisamment agressifs avec votre contournement pour déstabiliser l’adversaire et permettre au gros de l’équipe d’enfoncer l’adversaire. Envoyer un seul bonhomme ne suffira pas !
  • La communication et la coordination de votre action entre l’équipe frontale et l’équipe de contournement sont primordiaux !
  • Enfin, pensez au report de tir lorsque l’équipe de contournement sera au contact. Il serait dommage vos 2 équipes finissent par se tirer dessus …

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

Attitude à adopter avec un PNJ

Published

on

By

Dernièrement nous vous avions fait un petit topo sur les PNJ. Qui ils étaient ? A quoi ils servaient ? Maintenant nous allons étudier la façon d’aborder un PNJ, l’attitude à avoir avec eux en fonction de la situation.

Un seul et unique conseil à retenir !

Il y a un certain nombre de concepts à aborder dans cet article. Et pourtant il y a LE conseil miracle qui vous servira quel que soit la situation !

Un PNJ n’est pas votre ami ! Jamais !!

  • Si le PNJ est hostile ; ce n’est pas évidemment un ami.
  • Si le PNJ est amicale ; ça ne durera peut-être pas.
  • Si le PNJ est non combattant ; il peut changer d’avis.
  • Si le PNJ est non armé ; c’est que les armes sont peut-être cachées.
  • Si le PNJ vous renseigne, il renseigne peut-être aussi l’ennemi.
  • Si le PNJ est coopératif ; c’est peut-être un piège.

OK ! OK ! Je suis parano ! Mais pas tant que ça en vérité.. Toute personne qui ne fait pas parti de votre équipe doit être traité avec vigilance.

Vous ne savez pas à qui vous avez affaire, ni quels sont ses objectifs, ni sa mission réelle, ni ses moyens, ni son camp.

A l’armée il y a des adages pour les objets – car tout objet inconnu doit être considéré comme potentiellement piégé.

Objet inconnu – touche à ton cul !

Objet inconnu que j’aime – touche à ton cul quand même !

Et bien avec un PNJ c’est pareille. On le considère comme un objet piégé qui peut se déclencher n’importe quand. D’autant plus que sur une partie d’airsoft les PNJ sont généralement très très joueurs. Si il peuvent vous embêter, vous rouler, vous asticoter, ou vous flinguer, ils le feront probablement 🙂

 

Phase 1 : l’observation

Avant d’aller au contact du PNJ, on observe et on prend un maximum de renseignements :

  • Est-il seul ?
  • Est-ce un ami ? un ennemi ?
  • Est-il armé ?
  • A t-il des moyens de communication ?

On analyse la situation, le terrain, et on prévoit son mode d’approche et les règles d’engagements.

Petit conseil : à partir de ce moment là, vous désignez un binôme qui sera chargé de traiter le PNJ. Un équipier qui sera son interlocuteur, et un équipier qui sera chargé de surveiller le PNJ. Se rôle est primordiale et nécessite une attention toute particulière. Cet équipier sera autant un surveillant qu’un garde du corps pour le PNJ. Mais plus important il sera le protecteur de l’équipe ! Par la suite pour la bonne compréhension nous l’appellerons le surveillant.

Phase 2 : l’approche

Dans la configuration évoquée précédemment, vous avez un PAX interlocuteur, un PAX en charge du PNJ (le surveillant, et le reste de l’équipe qui s’occupe d’assurer une bulle de sécurité autour du dispositif.

Le PNJ est à prendre en compte comme n’importe quel objectif. Donc vous connaissez la procédure d’approche !

Point particulier pour le surveillant : se placer en décalé du négociateur de façon à garder une ligne de tir directe et un contact visuel permanent avec le PNJ. A distance comme au contact, il doit toujours avoir un œil sur le PNF, et en particulier sur ses mains car le danger vient de là. J’en profite pour rappeler que le surveillant n’a pas 2 missions, ni 3, ni 4 ; il n’en n’a qu’une et une seule : surveiller ! Ne pas lâcher le PNJ du regard, à aucun moment et être prêt à intervenir !

Phase 3 : le contact

Le contact dépend des éléments d’attitudes que vous avez relevez lors de la phase de renseignement : Ami/Ennemi – Hostile/Pacifique – Armé/Non armé.

Si l’individu semble pacifique et non armé, allez-y sur vos gardes mais sans paraître agressif ni hostile. C’est à dire que pour le surveillant il n’est pas nécessaire de le mettre en joue.

Au contraire si il s’agit d’un PNJ potentiellement hostile il faut le traiter comme tel : par surprise, avec rapidité et agressivité ! Le but est de prendre le dessus (psychologiquement et physiquement si nécessaire) afin de contrôler l’individu.

En dernier recours, si vous êtes pris en visée ; alors défendez-vous et éliminez-le. Allez petit test : qui est censé préserver l’équipe et le descendre ?

Phase 4 : les palpations et la fouille

Vous êtes sur l’individu. Le négociateur questionne alors le PNJ : qui il est ? et si il est armé ? (ce sont les 2 premiers éléments que vous avez besoin de connaître immédiatement). Pendant ce temps là le surveillant se positionne soit sur les flancs du PNJ, soit sur ses arrières de façon à lui mettre légèrement la pression. Avec toujours un œil sur les mains et sur le bonhomme. Si jamais la façon de faire du surveillant dérange le PNJ, c’est que c’est louche. Monter votre niveau de surveillance d’un cran !

Le PNJ répond (généralement) et décline son identité et si il est armé ou non. Viens le moment des palpations de sécurité et de la fouille que vous réalisez dans la foulée et qui vous permet 2 choses :

  • de juger du niveau de confiance que vous pouvez avoir envers le PNJ. Si il vous a menti vous savez à quoi vous attendre par la suite.
  • de savoir si il représente un danger immédiat (et de savoir si il a des documents intéressants sur lui).

Si le PNJ est armé, je ne saurai trop vous conseiller que de lui confisquer son arme par mesure de sécurité ! Si il est agité le négociateur doit l’encadrer et maintir le contact avec lui – toujours protégé par le surveillant. Le PNJ ne doit communiquer qu’avec le surveillant pour permettre au surveillant de ne pas être déranger dans sa tâcher, et pour permettre au reste de l’équipe de se concentrer sur l’environnement et les menaces extérieures.

Allez un petit test : qui réalise la fouille ? Le négociateur ou le surveillant ? Si vous répondez le surveillant vous pouvez relire la phase 2 !

J’en profite pour rappeler que le surveillant n’a pas 2 missions, ni 3, ni 4 ; il n’en n’a qu’une et une seule : surveiller ! Ne pas lâcher le PNJ du regard, à aucun moment et être prêt à intervenir !

Phase 5 : la prise d’informations directe

A partir de la phase 5 vous avez plusieurs indice concernant votre PNJ :

  • qui il est
  • si il ment ou non
  • si il est agité ou calme
  • si il est hostile ou non
  • si être surveillé le dérange.

Tous ces éléments vous donne un degré de confiance. Ce degré de confiance doit rester mesuré. Vous pouvez très bien être en train de vous faire mener par le bout du nez.  Charge au négociateur de continuer sa prise d’information :

la première question à poser est : souhaitez-vous coopérer (ou nous aider) ? Si on vous répond oui généralement vous pouvez enquiller et dérouler toutes les questions les plus pertinentes en fonction de la situation et de votre mission : que fait-il là ? qu’a t-il vu ou entendu ? etc, etc.

Petit conseil : cette prise d’information (et même la pahse de contact et de fouille) ne se fait pas à découvert au milieu d’un carrefour. Protégez-vous ! Quitte à vous déplacer pour vous mettre sur un terrain plus favorable.

Phase 6 : la surveillance

On le répète : Un PNJ n’est pas votre ami ! Jamais !!

Donc le surveillant le surveille. En permanence. Du repérage du PNJ, jusqu’au moment ou vous vous en séparerez. Le surveillant à un regard extérieur par apport au négociateur qui est devenu parti prenante et qui peut se laisser à quelques élans d’empathie et de sympathie. Le surveillant non. Il surveille et analyse le comportement du PNJ, et ne rentre pas dans la discution. Il préserve toujours 2 mètres de distances avec le PNJ pour éviter tout mouvement de rébellion (prise d’arme, geste agressif, etc).

 

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

07- Créer quelque chose à partir de rien

Published

on

By

7ème stratagème :

Créer quelque chose à partir de rien

Principe :

Faire une feinte, non pour la faire passer pour la réalité, mais pour la faire devenir réalité après que l’ennemi soit convaincu qu’il s’agit bien d’une feinte. La force véritable croît sous une fausse apparence, tel le Yin croissant à son maximum pour se transformer en Yang.

La guerre demande souvent de feindre des manœuvres pour distraire et induire en erreur l’ennemi. Ce type de ruse étant aisément identifiable, l’ennemi ne pourra être défait que par une action authentique et non par un simulacre. Cette maxime est communément utilisée aujourd’hui pour désigner une personne qui accuse sans fondement.

 

Sources historiques :

L’Histoire regorge d’exemples de telles feintes : on pense en particulier aux centaines d’équipements factices – tanks, avions, transports de troupes – accumulés par les alliés devant Calais en mai-juin 1944 pour faire croire à l’imminence d’un débarquement à cet endroit.

En 756 après J.-C., sous la dynastie des Tang, le général Zhang Xun défend la ville de Yongqiu avec de faibles moyens. Il fait confectionner un millier de mannequins de paille vêtus de noir, et, la nuit venue, les fait descendre le long des remparts de la ville attachés à des cordes. L’ennemi, croyant à une attaque massive, darde les mannequins de flèches qui sont récupérées. Plus tard, de vrais soldats habillés en noir descendent le long des remparts ; l’ennemi qui ne veut pas se faire leurrer à nouveau ne tire pas de flèches. Les soldats incendient son camp et sèment la déroute.


Adaptation à l’airsoft :

Ruser et tromper l’adversaire

La ruse et la tromperie sont de précieux alliés. Précieux et très amusants à mettre en place 🙂 Testez et vous y prendrai vite goût ! Personnellement c’est l’aspect de l’airsoft que j’aime le plus.

Tous vos équipiers et adversaires sont comme vous : 2 bras, 2 jambes, une réplique d’épaule, une réplique de poing…

Alors soyez celui qui sait se servir de son cerveau et vous aurez une longueur d’avance sur un bon nombre de participants. Je ne dis pas que tous les airsofteurs sont bêtes à manger du foin, mais qu’au combat nous avons la fâcheuse habitude de se focaliser exclusivement sur 2 éléments : la recherche de cible et la destruction. C’est naturel, c’est l’effet tunnel mixé avec notre instinct de chasseur (#hommesdescavernes).

Vous voulez quelques exemples ? Rappelez vous, nous avions déjà évoqué ce type de ruses il y a quelques années déjà avec cet article :

Mentir à voix haute

 

TO BE CONTINUED

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Rejoignez-nous sur Facebook

Explorer une thématique

Tendance

Copyright © 2012 Blog Airsoft Attitude - Pour nous contacter : blog.airsoftattitude@gmail.com