Connect with us

Astuces, Tactiques et Stratégies

Détecteur de mouvement CQB – Alarme Sonore

Published

on

Allez, je tenais à vous faire partager cette petite astuce du jour, rien que pour vous vous mes chers airsofteurs ! J’ai dernièrement encadré une partie classique dans un environnement semi industriel. Dans le scénario mis en place il y avait une maison qui devait être tenue et protégée par un petit groupe. Et leurs adversaires bien plus nombreux n’arrivaient pas du tout à pénétrer dans le bâtiment. Un vrai carnage avec des éliminations à la pelle !!!

Au bout de quelques temps, perplexe, je me suis quand même demandé ce qu’il pouvait bien se passer à l’intérieur. Les assaillants avaient l’air assez organisés pourtant. Le niveau étaient équitable. Et le rapport de force devait permettre aux attaquants de finir par prendre la position. Mais alors pourquoi se font-ils sortir comme ça aussi rapidement ?

colonne-stdby

Du coup je décide d’aller y jeter un coup d’œil, afin de vérifier qu’il n’y avait pas un soucis avec le groupe retranché. Car des bizarreries on en voit des fois ! Je rentre donc dans le bâtiment. Le RDC était à l’abandon, je décide donc d’aller visiter le premier étage. J’ouvre la porte très discrètement, commence à monter l’escalier à pas de chat afin de les surprendre, et là le choc !

En pleine obscurité, dans un grand silence, je suis sur la 3ème ou 4ème marche, personne en vue, et retentit un bruit léger, un espèce de “Ding Dong” à moitié étouffé. Dans le quart de seconde qui suit des lampes m’aveuglent et 4 joueurs me mettent en joue  !! Ah oui quand même ! Je comprends mieux !

cqb+alarme+sonore+detecteur+mouvement+airsoft

Défense en CQB

En fait ce groupe de défenseur avait positionné un détecteur de mouvement sonore. C’est un dispositif que l’on retrouve à l’entrée des petits magasins afin de signaler l’arrivée d’un client. Les produits d’entrée de gamme coûtent moins de 10 €.

Après quelques recherches, j’ai trouvé différents types de dispositifs de ce genre : ceux qui font un petit bruit discret et qui permettent d’être utilisés pour protéger une pièce ou un bâtiment et ceux qui sont doté d’une alarme bruyante et radio télécommandé, idéal pour réaliser un leurre et une diversion.

cqb+alarme+sonore+detecteur+mouvement+airsoft

Alarme sonore et détecteur de mouvement

Sur le principe, leur détecteur de présence était très bien positionné. Pile dans l’escalier, à l’endroit ou l’assaillant n’a aucune chance de se défendre alors qu’il pensait déjà pouvoir surprendre tranquillement les défenseurs en évoluant sans bruit tapis dans l’ombre. La réaction des défenseurs était bien rodée : laisser l’attaquant fouiner, chercher dans la maison, l’acculer dans une embuscade au moment où il se pense en supériorité, le clouer avec des lampes ce qui provoque un effet de surprise, aveuglement, perte de repère, on se demande ce qu’il nous arrive, et ni une ni deux OUT et rentre chez toi !

Alors petite question :

Utiliser un dispositif de détecteur de mouvement, pour vous c’est plus de l’anti-jeu ou un petit plus qui rajouter un peu de piment à la partie ?

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading
Advertisement
4 Comments

4 Comments

  1. StrayCat

    16/12/2013 at 21:49

    Salut,

    je me sers de détecteurs de mouvement en partie. A mon sens, ils apportent indéniablement un nouvel aspect au jeu : le risque de détection par des outils électroniques, ce qui prend la place de caméras, etc. De la même manière qu’un claymore à déclenchement infra-rouge, en quelque sorte.

    Leur utilisation est naturellement limitée : ça n’est utile qu’en défense d’une zone, ça ne sort pas un joueur tout seul, et surtout il faut déjà être passé par une zone pour la piéger.
    Dans le cas que tu décris, par contre on commence à entrer clairement dans l’anti-jeu. 4 joueurs qui guettent le moindre bip en verrouillant le seul accès… C’est trop. Surtout que c’est en CQB que ce petit objet révèle tout son potentiel.

    Une utilisation que je qualifierais de fairplay :
    – laissé derrière soi pour s’assurer qu’on n’est pas suivi ;
    – laissé pour couvrir un des accès à une zone, sans toutefois qu’un joueur y soit présent. C’est tout l’intérêt : le bip remplace la surveillance d’un joueur !
    – utilisé de manière dissuasive : quand l’alarme se déclenche, la plupart des joueurs s’enfuient et ne regardent pas plus. Mais on peut très bien ne laisser aucun défenseur au niveau de l’alarme.
    – on mine une zone à base de claymores radiocommandées, l’alarme servant à savoir quand déclencher l’ensemble.
    – je n’en n’emmène que 2 max dans mon équipement.

    Après, les joueurs en assaut ont aussi manqué un peu de créativité. Quand on a affaire à ce genre de truc, il y a plusieurs possibilités :
    – jouer avec les nerfs des défenseurs, en déclenchant des fausses alertes en balançant des petits bouts de bois près du détecteur…
    – quand on a un pack de plusieurs joueurs -> gogogo grenade !
    – pareil, fausses alertes et fumigènes, quand les chargeurs en face sont vides on avance tranquillou.
    – une attaque vraiment en force, qui regroupe la plupart des assaillants sur le même point : il y aura des pertes, beaucoup de pertes, mais ce point a de bonnes chances de céder.

    ça ne dédouane pas non plus les joueurs défenseurs, qui ont manqué de fair-play dans l’utilisation de cet outil.

  2. kernos

    21/12/2013 at 17:47

    Je ne pense pas que se genre d’outils soient de l’anti jeu en tant que tel. Un groupe d’operateurs des forces armées ou de police dans une situation identique et équipé de la sorte feraient la même chose je pense. Se type de matériel est la même chose que les aides à la visé, les “drone” pour reconnaitre le terrain, etc…
    Mes filles ont reçu un petit détecteur de la sorte dans leur calendrier de l’avant playmobil, et on s’amuse bien avec. Equipé de leur petit nerf 1 coup elles montent des embuscades à la maison.
    Se qui est important pour que cela ne devienne pas une solution d’anti jeu, c’est la possibilité de pouvoir mettre hors jeu le dispositif.

  3. romu

    05/03/2014 at 12:31

    pour ma part, j’utilise aussi ce type de système (de chez Hittex) mais avec la particularité qu’il envoi l’information vers une montre qui vibre lorsqu’un ennemi passe près de celui-ci, se système peut être fort utile si l’on se retrouve fasse à un nombre d’ennemis supérieur au nombre de défenseur en bâtiment, mais pas que, je l’utilise aussi en snipe, cela me permet de couvrir mes arrières et de me concentrer sur ma cible plutôt que d’être en stress de ne pas savoir si un ennemi risque d’arriver en me contournant.

    Pour moi ce n’est en rien de l’anti-jeu, on pourrait rapprocher ce système à la claymore sauf qu’elle est capable d’éliminer l’adversaire.

  4. Wizard

    09/06/2015 at 16:37

    C’est pourtant facilement contournable mais ca nécessite un jeu d’équipe qui nécessite de passé outre les pseudos-infiltration que faut les équipes pour faire un vrai assault.

    Détecteur de mouvement ou pas, un tube avant et les attaquant passent sans soucis.

    Sincèrement, quoi qu’il arrive, les défenseurs savent que les attaquants vont arrivés. Alors à quoi sert de faire de la discretion.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Astuces, Tactiques et Stratégies

10- Dissimuler une épée sous un sourire

Published

on

By

10ème stratagème :

Dissimuler une épée sous un sourire

Principe :

Pour que tes adversaires soient sereins et sans crainte, dissimule l’hostilité sous l’apparence de l’amitié.
Une autre formulation de ce stratagème est “Miel aux lèvres, épée au ventre“. Rassurez l’ennemi pour le rendre négligent, travaillez en secret pour le subjuguer, préparez-vous pleinement avant de passer à l’action pour empêcher l’ennemi de changer d’état d’esprit : c’est la méthode pour dissimuler une puissante volonté sous une apparente docilité.

Une personne avec un visage souriant et un cœur cruel est connu dans le folklore chinois comme le “tigre souriant“. À la guerre, acquérir une sagesse tardive en prenant conscience du caractère dangereux des “tigres souriants” n’a que peu d’utilité, car son prix en fait un luxe excessif.

En conséquence, une proposition de paix sera toujours reçue avec suspicion tant que le résultat de la guerre n’est pas manifeste.

 

Source historique :

Les formules font référence à Li Yifu, fonctionnaire officiel, et à Li Linfu, chancelier impérial du VIIIe siècle, tous deux célèbres pour leur fourberie. Après la mort de Mao Zedong, les membres de la Bande des Quatre furent présentés comme des disciples zélés de Li Linfu, auquel Mao comparait par ailleurs les impérialistes, en recommandant de combattre l’esprit de Li Yifu et de Li Linfu qu’il dépeint ainsi : “Se soumettre en apparence, mais s’opposer intérieurement, dire oui, mais penser le contraire, prononcer de belles paroles face aux gens, mais intriguer contre eux par derrière – telles sont les manifestations de la duplicité.


Adaptation à l’airsoft :

Cacher sa force et son agressivité à l’adversaire

Cacher sa force ..

Vous est-il déjà arrivé en début de partie, au briefing, de scruter vos adversaires ? D’étudier leur attitude, leur équipement, de chercher à comprendre quelles sont les équipes constituées ? Si oui, dites vous que les joueurs d’en face aussi …

Une partie d’airsoft commence dès le briefing. A ce moment là vous montrer en toute transparence à vos adversaire (et eux aussi) la nature de vos forces :

  • combien vous êtes et si vous êtes organisés et discipliné
  • vos moyens radios
  • vos moyens de combattre (répliques, PA, grenades, boucliers, mines, etc)

A ce moment là, et selon votre degré de fourberie, il peut être intéressant de cacher certains de vos atouts afin de pouvoir les utiliser à bon escient une fois en jeux. Je pense notamment aux boucliers, aux mitrailleuses, au grenades à main et grenades de 40 mm.

Un adversaire qui pense que vous êtes sous équipé, désorganisé voir idiot aura sans doute tendance à se regrouper bêtement dans une pièce en équipe constituée. Alors que si il voit que toute votre équipe est dôté de grenades à main, il sera sans doute sur ses gardes et enclin à faire plus attention..

Cacher son agressivité..

Je parie que vous vous méfiez très fortement des équipes qui se déplacent avec une technicité et un savoir faire collectif apparent ? Je parie même que vous avez tendance à éviter de vous retrouver au contact contre eux ! Et qu’au contraire vous vous sentez plus à l’aise quand en face vous voyez courir les bonhommes à découvert comme des lapins et que vous leur donner même la chasse !

Nous sommes tous fait pareille ! Nous chassons d’abord les plus faibles, et non les plus forts.

Alors feintez alors la faiblesse, la désorganisation,et l’indiscipline, afin de laisser venir à vous les joueurs sûr d’eux et de leur supériorité. Patrouillez les mains dans les poches, la réplique tenue comme un cowboy du dimanche en vous promenant à découvert .. et prévoyez vos embuscades en parallèle afin de cueillir vos adversaires !

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

CQB : c’est quoi une pièce ?

Published

on

By

J’étais en train de réfléchir à de supers articles bien compliqués et bien techniques, quand je me suis dit “hey mais attend, il y a aussi des sujets supers basiques qui peuvent être tout aussi intéressant ! Et qui en plus sont pratiqués à chaque partie !

Allez hop, voyons ensemble comment aborder une pièce en CQB. C’est à dire comment percevoir l’environnement, ses dangers, et donc la façon de traiter l’espace en CQB.

La structure d’une pièce

Chaque pièce est différente, nous sommes d’accord. Mais elles ont quasiment toute la même structure de base :

  • un sol
  • un plafond
  • des murs
  • des ouvertures

N.B : Dans cet article, nous traiterons exclusivement de la position à tenir, et non de la position à prendre. Nous imaginons donc que les pièces sont vides de tout occupant et que nous choisissons d’y prendre position.

Attention : chaque pièce a bien évidemment ses spécificités : mobilier, machines, déchets, gravas, acoustique, etc. Ces éléments ne seront pas abordés ici.

La nature des ouvertures

Voici une liste non exhaustive des ouvertures les plus courantes que vous pouvez rencontrer :

  • encadrement de porte, porte, double porte, porte de garage, porte coulissante, ..
  • fenêtre simple, fenêtre à double battant, velux, ..
  • trappe d’accès
  • escalier droit, escalier en colimaçon
  • couloir
  • trou (de la taille d’une main ou de la taille d’un homme)

Les différentes catégories d’ouvertures :

  • les ouvertures ouvertes : un trou, une fenêtre ouverte, une porte ouverte, un escalier, ..
  • les ouvertures fermées : une fenêtre fermée, une porte fermée, une trappe fermée, ..
  • les ouvertures extérieures : qui donnent directement dehors (le plus souvent portes et fenêtres)
  • les ouvertures intérieures : qui relient les pièces entres elles (porte, couloir, escalier, ..)

Les dangers liés aux ouvertures sont de 2 types :

  • directs, avec le risque d’être touché,
  • indirects, avec le risque d’être repéré.

Et en tout logique :

  • Les ouvertures ouvertes présentent des risques directs et indirects,
  • Les ouvertures fermées vous protègent dans un premier temps de tous risques,
  • Si vous pénétrez un bâtiments inconnu alors les ouvertures ouvertes intérieures sont les plus dangereuses,
  • Si vous défendez un bâtiment reconnu alors les ouvertures ouvertes extérieures sont les plus dangereuses.

Vous voyez ? C’est assez simple en réalité. Il faut juste se le dire. Et cela vous permet alors de prendre les positions adéquats en fonction de l’environnement et de la situation.

Les ouvertures sont donc à considérer et traiter par automatisme. Il faut réagir comme si vous étiez en voiture :

  • Feux rouge : je ne passe pas et je m’arrête
  • Feux vert : je regarde à droite et à gauche et j’avance
  • Ligne blanche : je ne passe pas, je m’arrête, je regarde à droite et à gauche et j’avance
  • Cédez le passage : je ralentis, je regarde à droite et à gauche, si il n’y a rien j’avance et si il y a quelque chose je m’arrête.

Vous voyez l’idée ? Il ne faut pas se poser la question de comment je dois faire lorsqu’on est face à tel ou tel type d’ouverture. Il faut plutôt l’aborder de façon spécifique et automatique.

Quelques exemples :

  • Une porte fermée = ouverture fermée sur l’extérieur = Safe.
  • Une porte ouverte = ouverture ouverte sur l’extérieur = Danger ! Danger ! (Danger direct et indirect + possibilité de passage de l’ennemi)
  • Une fenêtre ouverte = ouverture ouverte sur extérieure = Danger ! (Danger direct et indirect)

Ne vous inquiétez pas, c’est comme la conduite. Au début il faut beaucoup réfléchir, à la fin ça vient tout seul 🙂 Pour se faire, il faut catégoriser les ouvertures et leur attribuer un certain niveau de risque (on verra le niveau de danger au paragraphe suivant).

Le danger : les ouvertures

C’est évident mais il faut bien le garder à l’esprit : le seul danger vient toujours des ouvertures ! Et dans un premier temps des ouvertures ouvertes qui vous exposent immédiatement aux coups et au regard de l’adversaire !!

N’oubliez pas non plus que les pièces sont des environnement à 3 dimensions. Il faut donc prendre systématiquement en compte qu’il y a un sol, des murs et un plafond. Et ne pas se focaliser que sur les murs (le réflexe de base). Les sols et plafonds peuvent eux aussi comporter des ouvertures (escaliers, trappes, trous..), et être sources de danger voir même d’accidents !

Les dangers indirects :

  • être repéré visuellement par l’ennemi à travers une ouverture
  • ne pas être en capacité de voir l’extérieur et les mouvements adverses par le manque d’ouvertures ! (c’est très important aussi)
  • ne pas avoir la possibilité d’avoir un ou plusieurs chemins de replis par le manque d’ouvertures !

Les dangers directs :

  • être touché par une bille
  • avoir des ouvertures trop grande qui permettent facilement le lancer de grenades
  • avoir trop d’ouvertures qui permettent un assaut combiné par plusieurs voies

L’erreur : la perception

L’erreur à ne surtout pas commettre, c’est de voir une pièce selon vos référentiels de la vie de tous les jours. C’est à dire de voir une cuisine comme une cuisine, un salon comme un salon, une chambre comme une chambre, les wc comme des wc. C’est une erreur de perception !

Vous ne devez plus voir une pièce par sa nature, car cela va vous renvoyer à sa fonction, et vous écarter de votre vision combat ! En ayant une réflexion par nature votre cerveau va partir sur des réflexes de la vie quotidienne :

  • Cuisine : c’est fait pour faire à manger. Il y a des ustensiles de cuisine. Les meubles hauts sont ouverts et il reste des assiettes. On dirait les assiettes de ma grand mère..
  • Salon : c’est fait pour se reposer. C’est marrant il y a encore le canapé. Putain ce qu’il est sale. J’hésite à me poser dessus tiens ..
  • Chambre : c’est fait pour dormir. Des gens dormait ici ? Je me demande à quoi ça ressemblait avant ? Oh la barre, y a une culotte dans le coin !
  • Wc : c’est pour faire ses besoins. Vu l’état de la baraque même pas je vais voir. Ça doit être dégueulasse !

Si vous réagissez comme ça, c’est que vous faîtes une belle erreur de perception. Vous n’êtes pas en train de visiter une maison. Vous faîtes du combat dans un bâtiment. Ça n’a strictement rien à voir !

Structurer et hiérarchiser l’espace

Voici comment votre cerveau doit fonctionner (toujours en partant du constat que le bâtiment est reconnu est vide). Vous devez réfléchir en prenant en compte les espaces, la nature des ouvertures et le type de danger :

Cuisine :

  • 2 ouvertures ouvertes extérieures. Danger Danger !
  • 1 ouverture fermée extérieure. Safe.
  • 1 ouverture ouverte vers le salon. Safe.

Salon :

  • 3 ouvertures fermées extérieures. Safe.
  • 3 ouvertures ouvertes intérieures vers cuisine, chambre et WC. Safe.

Chambre :

  • 2 ouvertures fermées extérieures. Safe.
  • 1 ouverture ouverte vers le salon. Safe.

WC :

  • 1 ouverture fermée intérieure. Safe.

Etat des lieux :

  1. La cuisine représente des dangers directs très importants. Je dois faire très attention !
  2. Le salon a des ouvertures fermées sur l’extérieur qui peuvent servir pour un assaut simultané comme pour un chemin de repli. Je dois pouvoir voir ce qu’il se passe dehors au niveau du salon si nécessaire.
  3. Les autres pièces permettent de se retrancher et communiquer facilement entre elles.

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

09- Regarder le feu depuis la rive opposée

Published

on

By

9ème stratagème :

Regarder le feu depuis la rive opposée

Principe :

Laisse tes adversaires se déchirer entre eux pendant que tu attends en regardant, et plus tard balaye le survivant épuisé.

Stratagème de la non-intervention, du non-agir et de l’attente patiente, version qui peut même devenir non violente de “la vengeance est un plat qui se mange froid“, éloge du renvoi à plus tard de certaines affaires urgentes.

Agir au moment opportun apporte la félicité, et il est recommandé à la guerre d’attendre le moment propice pour agir : tel le tonnerre qui ne frappe pas durant l’hiver, un chef militaire se retient d’agir jusqu’au moment favorable. Un bon général doit en effet maîtriser l’art du retard. Il ne doit pas chercher la confrontation à tout prix mais patienter jusqu’au meilleur moment pour attaquer, idéalement quand son armée est au mieux de sa forme et quand l’adversaire est au plus bas. Tel est le principe de base de toutes les stratégies agissant à retardement.

Pour moissonner les lauriers d’une guerre, usez de divers éléments d’une autre règle de base de la guerre : l’utilisation de forces extérieures pour parvenir à vos fins. On met ainsi en rapport cette stratégie avec la stratégie n°3 : “Tuer avec un couteau d’emprunt”, ce qui est toutefois plus difficile à mettre en œuvre car il faut le plus souvent manipuler conjointement plusieurs forces, qu’elles soient alliées, ennemies ou indépendantes.

Source historique :

En juin 1948, pendant la guerre civile chinoise, l’armée rouge assiège la ville de Changchun qui est défendue par quelques 100 000 hommes fidèles à Chiang Kai-shek, dans le camp duquel existent de profondes dissensions. Les vivres viennent à manquer, et les conflits débouchent sur la rébellion d’un grand nombre de soldats qui refusent les ordres de rompre l’encerclement : la ville est prise sans combat.


Adaptation à l’airsoft :

Intervenir une fois que l’orage est passé

Sachez profiter des confrontations en fonction de l’intensité des échanges, de votre position, des forces dont vous disposez ainsi que des parties impliquées. L’idée maîtresse de ce concept est de maximiser le bénéfice de votre intervention et de surtout minimiser le risque pour vous !

En intervenant au milieu d’un échange musclé vous risquez :

  • un tir ami
  • un tir ennemi
  • de consommer plus de munitions.

Intervenir trop tôt tête baissée dans un échange peut paraître héroïque et courageux mais dans l’histoire c’est vous le premier qui risquez d’y laisser des plumes.

Ce concept s’adapte tout à fait au combat de nuit. Dans l’obscurité il est difficile d’identifier qui est qui, qui est où, qui tire sur qui. Profitez des faveurs d’une confrontation entre un allié et l’adversaire pour rester à couvert, observer, analyser, comprendre et vous préparer. Et au moment opportun engagez vos forces pour soulager vos alliées et affaiblir votre adversaire.

Sur des parties vous agirez très souvent en collaboration avec d’autres équipes. Sachez les utiliser à bonne escient. Si vos alliés sont fougueux et têtes brûlées, autant les utiliser pour localiser l’adversaire, le chasser, l’affaiblir. Profitez(en pour garder vos forces, vos hommes, vos munitions, et vous préparer à prendre part aux combats sous l’angle qui vous sera le plus avantageux !

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Rejoignez-nous sur Facebook

Explorer une thématique

Tendance

Copyright © 2012 Blog Airsoft Attitude - Pour nous contacter : blog.airsoftattitude@gmail.com