Connect with us

L’essentiel de l’airsoft

Récapitulatif des connaissances de bases

 

  • L'Essentiel CouvertureDans sa globalité les informations présentées sont destinées à un public débutant. Cependant il
    est toujours bon de revoir les fondamentaux :
  • législation,
  • équipements de bases,
  • répliques,
  • règles et déroulement d’une partie,
  • lexique.

 

Pour le côté stratégique, je vous invite à parcourir nos articles ; nous y dévoilons régulièrement des tactiques et stratégies d’infanterie qui vont permettront d’être plus efficace et de prendre ainsi plus facilement l’avantage sur votre adversaire !

Qu’est ce que l’airsoft ?

 

On peut définir l’Airsoft comme étant : « une activité ludique qui englobe toute les activités liées à l’utilisation de répliques d’armes à air comprimé ». Pour être un peu plus précis, c’est un loisir basé sur la simulation militaire. Des équipes s’opposent sur un terrain afin de s’affronter équipées de répliques d’armes à feux qui tirent des billes de 6 mm. Il existe de nombreuses règles et scénarios possibles qui varient en fonction des équipes,
de l’organisation et de l’envie des joueurs.

 

Les origines de l’airsoft

Interdiction des armes à feu au Japon

Au Japon, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la nouvelle constitution réglemente la détention des armes à feu pour la population civile à la suite du traité de l’armistice imposé par les États-Unis.

La réglementation rendait impossible la détention d’armes à feu au domicile, même dans le cadre d’une collection. Les armes neutralisées, quoique très coûteuses étaient également bannies. Cependant, une demande soutenue existait de la part des collectionneurs, prêts à acquérir des répliques en plastique.

À la fin des années 1960 apparaissent grâce à la firme Maruzen, qui fut pionnière en la matière, des répliques d’armes coulées en plastique totalement inertes, à usage de collection. Parfois ces répliques étaient faites en résine et métal avec des parties fonctionnelles à l’instar des vraies. Mais pour respecter la législation, ces répliques d’armes ne pouvaient bien entendu pas tirer de balles réelles.

Les premières répliques fonctionnelles

Vers le milieu des années 1970 et en respectant les lois japonaises rendant impossible la transformation d’un objet en arme à feu, des techniciens et ingénieurs comme Tanio Kobayashi débutent la transformation et la fabrication de répliques d’armes fonctionnelles, pouvant tirer. Ils font alors le choix de l’air comprimé et des billes de 6 mm de façon à contourner la loi et rendre ces premières répliques parfaitement légales.

La première réplique fonctionnelle commercialisée a été le Fusil d’assaut de la Manufacture de Saint Étienne (FAMAS). Au vu de l’engouement de certains collectionneurs pour ces « lanceurs répliques d’armes », reproduisant de façon identique l’aspect et les mécanismes des armes réelles et projetant des billes presque indolores, des jeux opposants deux ou plusieurs équipes voient progressivement le jour sous le nom de Survival Games ou Wargame. Les répliques prennent alors le nom d’airsoft guns, donnant ainsi le nom à une nouvelle discipline : l’airsoft.

Les problèmes des répliques à gaz

À leurs débuts, les airsoft guns étaient des lanceurs techniquement contraignants en raison de l’encombrement des bouteilles à air comprimé. Portées comme sac à dos elles étaient l’un des premiers freins au réalisme et à la liberté du joueur mais offraient en contrepartie une importante autonomie. Par la suite, vinrent des bouteilles compactes de type aérosol servant à remplir directement en gaz les chargeurs des répliques (comme un briquet) mais ce système était astreignant car il n’offrait pas une autonomie de jeu très grande : il fallait en effet transporter sur soi une ou plusieurs bouteilles de gaz ou des capsules de CO2 bruyantes. Il fallut attendre l’arrivée des premières répliques électriques, aussi faciles à utiliser qu’une vraie arme, pour voir l’airsoft se développer. Malheureusement, celle-ci doivent souvent être réparées à cause de « l’usure » ou de la mauvaise qualité de fabrication.

L’arrivée des répliques électriques

À partir de 1986, Tokyo Marui, société japonaise alors spécialisée dans le modélisme bas de gamme, se lance dans le secteur de l’airsoft en produisant des répliques d’armes dites à spring (ressort) .

L’air comprimé est alors fourni par un piston poussé par un ressort mais il faudra attendre 1991 pour qu’un système d’engrenages entraînés par un moteur électrique au sein d’une « gearbox » naisse, il s’agit des premiers AEG. La facilité d’utilisation et d’entretien de ce type de réplique est telle qu’elle devient au début des années 1990 le principal déclencheur du succès de l’activité airsoft.

L’un des fleurons de la marque sera la réplique du FAMAS français qui connaîtra immédiatement un franc succès. Suivent alors rapidement la gamme des M16A1 et M16 VN (Vietnâm), puis le CAR-15 et le XM 177E2 ainsi que le H&K MP-5 pour étendre ensuite sa gamme de produits à plusieurs dizaines de modèles de répliques.

En 1993, Tokyo Marui invente et fait breveter le Hop-up. Ce système permet d’augmenter la portée des billes sans augmenter la vitesse de sortie de ces dernières. Le système s’appuie sur l’effet Magnus, découvert par le physicien allemand Heinrich Gustav Magnus (1802-1870), qui permet notamment d’expliquer les effets de balle dans les activités sportives. Le système, grâce à une pièce de caoutchouc, permet d’exercer une friction sur la bille au moment de sa propulsion, la faisant tourner sur elle-même et tel un lift au tennis permettant ainsi de la faire « voler ».

L’ensemble des technologies développées par Tokyo Marui sont aujourd’hui à la base des gammes d’AEG des autres constructeurs et l’innovation en la matière reste encore pour une part significative de nationalité Japonaise, en témoignent les nouvelles gammes « next gen » de la marque ou encore les modèles « PTW » d’une marque concurrente : Systema.

Source : wikipedia

Législation

Les répliques :

Les répliques d’armes qu’utilisent les joueurs d’airsoft ne sont pas considérées comme des armes au sens du décret de 1995. Elles sont soumises au décret no 99-240 du 24 mars 19995 qui réglemente la commercialisation des répliques d’armes à feu développant une énergie en sortie de bouche
supérieure à 0,07 joule et égale ou inférieure à 2 joules. Ce décret réglemente la commercialisation de ces articles en interdisant la distribution de répliques de plus de 0,07 joules aux mineurs, que ce soit par prêt, don, location ou mise à disposition gratuite ou onéreuse Selon la loi française, un lanceur de projectiles dont l’énergie développée en sortie de canon est supérieur ou égale à 2 joules est une arme de 7e catégorie conformément au décret 95-589 du 6 mai 19957 (voir 7e catégorie, II, §3). Les mesures de puissance s’effectuent généralement par rapport à la vitesse de sortie (ft/s ou FPS : pied par seconde) et au poids du projectile (bille de 0,20 gramme généralement utilisée pour référence).

 

Les uniformes :

Du point de vue du reste du matériel, l’usage des uniformes et d’effets militaires de toutes origines est largement répandu chez les joueurs, le jeu de rôle étant l’une des composantes des parties d’airsoft. Cependant, le port d’uniformes et ou grades des unités et administrations tels que
gendarmerie, l’armée ou police nationale est interdit en public (port illégal d’uniforme, usurpation de qualité, usurpation de pouvoir) de ce fait, l’utilisation d’uniformes et ou de grades ne peut se faire légalement que dans un cadre privé. Appliqué à l’airsoft, les joueurs utilisateurs d’uniformes et ou de grades doivent jouer sur un terrain privé.

Le transport :

Si la réglementation française n’encadre pas explicitement le transport et l’utilisation de répliques d’armes sur le domaine public ou ouvert au public (les répliques n’étant pas des armes, elles ne sont pas soumises à leur législation), il vaut mieux faire preuve de bon sens et de s’abstenir d’exhiber de
tels objets sur la voie publique car le potentiel trouble causé chez les passants expose les auteurs à des poursuites pénales voire à des conséquences plus sévères en cas de confrontation avec les forces de l’ordre. Ainsi compte tenu de la forte ressemblance des répliques avec des armes réelles, il est
conseillé par de nombreux joueurs et associations d’opérer tout transport selon les normes minimales imposées par la loi en matière de transport d’armes (réplique cachée de la vue du public, séparée des chargeurs et sources de propulsion).

 

Pour aller plus loin :

La loi c’est la loi…

 

La sécurité

 

L’Airsoft est à considérer comme une activité dangereuse puisqu’elle expose ses pratiquants à des accidents corporels réels si un minimum de mesures de sécurité ne sont pas prises.

Mesure obligatoire :

Une protection oculaire obligatoire. On trouve des protections de plusieurs types : masque grillagé, masque intégral, lunettes de tir, etc. Il est impératif que la protection utilisée soit prévue et éprouvée pour résister au minimum aux impacts de billes. Il est recommandé qu’elles protègent l’intégralité du visage, particulièrement les dents. Il est recommandé d’utiliser des protections oculaires de qualité au moins équivalent à la norme EN-166B ou STANAG 2920 ou STANAG 4296.

Mesures préventives :

  • Porter des vêtements résistants au milieu du jeu (coupures et égratignures), et un casque prévenant des chocs à la tête, en cas de chute.
  • Porter des protections au niveau des articulations, genouillères et coudière.
  • Utiliser des chaussures montantes pour prévenir les entorses.
  • Observer des distances minimales d’engagement selon les puissances des répliques utilisées afin de prévenir des touches douloureuses.
  • Interdire les tirs en aveugle et la visée de la tête lorsque cela n’est pas nécessaire afin de prévenir des touches douloureuses et autres accidents.

 

Le Fairplay

En Airsoft, le fairplay est la base, l’essence même du jeu. Il se définit par :

  1. Votre honnêteté : touché veut dire out, ça doit être un réflexe il n’y a pas à réfléchir ! Même si c’est une balle perdue et que personne ne vous à vue. S’il s’agissait d’un sniper adverse embusqué votre réputation d’Highlander est faîte !
  2. Le respect de l’adversaire : le respect de vos adversaires qui à courte distance vous surprend et vous « pantéout ». A courte distance ou pas ; il vous a eu, c’est tout, bien joué de sa part.
  3. L’esprit du jeu : lorsque vous êtes out n’indiquez pas à vos alliés la position et le nombre d’adversaires en face.

 

Pour aller plus loin :

Déontologie du joueur d’Airsoft

 

Les répliques

Il existe 3 types de répliques différentes : les répliques à gaz, les manuelles (dites spring, littéralement “ressort”) et les répliques électriques.

Les répliques manuelles :

Concerne principalement les répliques de fusils sniper, à pompes ou les pistolets bas de gamme (pour les mineurs).

Les bolts ou répliques de précision sont limités en billes mais ont une plus grande portée/précision. Ils fonctionnent sur le principe des spring et bénéficient généralement d’améliorations installées par les joueurs, comme un canon dit “de précision”, un ressort plus raide augmentant la puissance de la réplique et toutes autres pièces utiles. Ils sont relativement peu bruyants mais leur cadence de tir est limitée. Les fusils de précision à réarmement manuel sont limités à 450fps.

 

Les AEGs (Automatic Electric Gun):

Ces répliques éjectent les billes en rafales grâce à un système électrique contenu dans un composant appelé gearbox et alimenté par une batterie. La puissance des AEG standard est limitée à 350fps. Un AEG bloqué en semi auto à 400fps est généralement accepté puisque il sera utilisé en coup par coup.

N.B : Attention au cheap !! Si vous venez d’acheter une réplique cheap, faîtes la passer au chrony et downgradé là si besoin. Faites extrêmement attention, nombreuses sont celles qui passent au dessus de 350fps, voir même des 400fps. Elles seront donc refusées en partie – question de sécurité !

 

Les répliques à gaz :

Les répliques à gaz se divisent en plusieurs catégories :

GBB (Gas Blow-Back) : Les mécanismes GBB ont l’intérêt du réalisme en simulant le recul de la culasse. Ces répliques peuvent soit tirer en coup par coup (semi-automatique) ou en rafales (automatique) suivant leur type et leur mécanismes internes. Attention : les performances (puissance
notamment) sont fortement influencées par la température ambiante. En effet, en dessous de 0 °C ou par faible température, presque aucun GBB ne fonctionne correctement, le gaz n’ayant pas la possibilité de se dilater correctement.

GBBr (Gas Blow-Back Rifle) : Même principe que pour les GBB, mais appliqué sur une réplique de fusil d’assaut.

NBB (Non Blow-Back), parfois GNB (Gas Non-Blowback) : Réplique dont la culasse n’effectue pas un mouvement d’aller retour lors du tir. Le système est simplifié à l’ extrême : ici le gaz ne sert qu’à propulser les billes. La culasse n’étant plus mobile, il en résulte une économie en gaz non négligeable
et une meilleure fiabilité. Ces répliques ne tirent qu’en semi-automatique, puisque les modes de tir automatique requièrent un mouvement de chargement.

CO2 : Les répliques utilisant du dioxyde de carbone, notamment certaines répliques automatiques, l’air étant contenu dans des bouteilles similaires à celles employées au paintball, des sparklets. Les répliques à CO2 peuvent avoir une culasse mobile (type GBB). À noter que certaines de ces répliques
sont relativement plus puissantes que les GBB conventionnels (environ 400 ft/s – 120 m/s) et sont dont habituellement peu utilisées en partie d’intérieur pour prévenir des blessures. Lance-grenades : Certains AEG peuvent être équipés de lance-grenades, notamment les M16 et dérivés, les G36, les AK47 et dérivés et les tout nouveaux SCAR.

 

Achat, recommandation et conseils

Ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est pas celui qui à la dernière réplique High Tech ou la plus chère qui gagnera forcément, ni la plus véloce en matière de puissance !! Tout est une histoire de tactique, même si il est vrai que la fiabilité d’une réplique joue également. En visitant mon Blog Airsoft
Attitude vous vous en rendrez vite compte.

Si vous êtes débutant, demandez conseils à quelqu’un de plus expérimenté. L’idéal au début est de louer ou se faire prêter du matériel afin de tester votre style de jeu, et le type de réplique qui s’accorde le mieux à vos envies et à votre budget.

Côté technique : la puissance est souvent calculée en Feet Per Second (FPS) (pieds par seconde) avec comme grammage de billes unique le 0.20 gramme (et souvent, Hopup à zéro). Deux notions sont nécessaires pour calculer la puissance en fait. Autrement, on calcule aussi en Joules ou en
mètres par secondes (avec de la 0.20gr toujours) mais c’est moins utilisé que les FPS.

Les billes qui sont utilisées sont presque toutes en 6mm de diamètre (parfois 8mm mais plus rare) et ont un grammage, ce dernier est important et varie selon la puissance de la réplique (par exemple, une réplique à 250fps sera plus efficace avec de la 0.20…0.20 qui s’envolera et ne sera pas du tout
précise avec une puissance de 380fps.) Comptez aussi sur la marque, je conseille personnellement des billes de marque Marui, KSC, Exell, Super King et ICS. Une bille de mauvaise qualité sera moins précise ou pourra bloquer votre réplique.

 

Ce qu’il faut pour débuter : pour bien démarrer, vous n’avez besoin que d’une réplique, d’une paire de lunettes de protection et de billes.
Bien sur, tout ceci peut énormément varier en fonction de votre budget et de vos envies. En général il faut compter une enveloppe de 150€ à 200€ pour un AEG, des billes et une paire de lunettes de protection. Les prix varient et peuvent monter à plusieurs centaines voir milliers d’€uros.
Dans la mesure du possible testez les répliques qui vous intéressent avant d’acheter.

Si votre budget est serré, tendez à regarder du côté de l’occasion sur France Airsoft ou au sein d’une association du coin, ou bien alors achetez du cheap pour commencer. Les marques dites “cheaps” sont des marques chinoises qui copient les grandes marques et vendent les copies bien moins
chères. Mais attention à la qualité, aux frais de douane et à la puissance de la réplique parfois trop élevée !

 

Pour aller plus loin :

Débuter et s’équiper pas cher

 

Les parties, déroulement et règles

 

Le terrain, la sécurité avant tout :

Avant de commencer votre partie, il faut absolument baliser votre terrain ! Des rubans de signalisation et des panneaux doivent être visibles et placés bien en vue afin de prévenir tout promeneur ou petit curieux qu’une partie d’Airsoft est en cours et que cela représente un danger !!

Ensuite vient la partie aménagement. Privilégiez encore une fois la sécurité avant tout avec la création d’une zone neutre protégée et un peu à l’écart. Cette zone doit permettre de retirer ses lunettes sans danger. La présence d’un kit de 1er secours est également nécessaire au cas ou.

Côté pratique, pensez à un parking où garer tous vos véhicules.

Enfin, côté combat, libre à vous d’aménager le terrain si vous en avez la possibilité et l’autorisation, notamment par des points barricadés, des tranchés, etc ..

Règles du jeu :

N.B. Il existe des règles que la majorité des équipes et associations mettent en vigueur. Il se peut néanmoins que subsistent quelques variantes. Renseignez-vous !

 

Le tir :

  • Il y a toujours une distance de sécurité à respecter. Celle-ci est généralement de 5m pour les répliques de moins de 350fps, de 10m pour celles entre 350 et 400fps, et 15 à 20m pour celles de plus de 400fps.
  • Tirer sans identifier sa cible est strictement interdit.

Les touches :

  • Si vous êtes touché, vous êtes out. Cela vaut pour vos vêtements, protections et équipements, sauf pour la réplique tenue en main.
  • Les ricochets ne comptent pas, quels qu’ils soient. (Mais s’il y a doute raisonnable, il convient de sortir, par fairplay).

Quand vous êtes out :

  • Quand vous êtes out, levez-vous, mettez les mains sur votre tête ou levez votre réplique au dessus de vous afin qu’on puisse voir du premier coup d’œil que vous l’êtes (ça vous évitera des rafales inutiles).
  • Si vous attendez le médic ou le respawn dans une zone où des joueurs sont susceptibles de passer, restez en position de out pour signaler que vous l’êtes, sinon il ne faudra pas venir se plaindre du joueur qui aura cru que vous étiez en jeu.

Les protections :

  • Une paire de protection oculaire agréée est obligatoire pour participer à une partie, sans cela, vous ne jouerez pas. Tout simplement n’enlevez JAMAIS vos protections en dehors des zones Safe. Même en cas de buée, et, si VRAIMENT vous devez les enlever (guêpe dans le masque, etc.) jetez vous au sol, face contre terre et avertissez les joueurs proches.
  • L’airsoft étant un loisir à risque (comme 99% des loisirs) vous pouvez bien entendu avoir d’autres protections (notamment pour la partie basse du visage). Si vous décidez de ne pas porter de protections supplémentaire, les orgas de la partie où vous êtes ne pourront êtres poursuivis pour les dommages encourus (notamment aux dents). (C’est souvent indiqué dans une décharge à signer avant d’aller à la partie)
  • Si vous jouez avec des optiques d’aides à la visée (aimpoint, lunette, etc.) ou si vous gardez des objets personnels sur vous (montre) vous devrez accepter le risque qu’une bille vienne à les heurter et, potentiellement, les endommager…

Le « Pan tu es out » :

  • Lorsqu’un joueur est proche, que vous avez l’avantage sur lui et que vous êtes sûr que vous le touchez si vous tirez, pointez votre réplique et éliminez-le au Pan t’es out. (Dites simplement “pan t’es out” en le visant) cela évite de lui tirer dessus de trop prêt.
  • Utilisez cette technique avec parcimonie. Au delà de 10m, le Pan t’es out est souvent (et logiquement) contesté.

Nota : Si vous vous faites « Pantéout », acceptez-le. Ne commencez pas à calculer l’angle, à voir si l’autre allait réellement vous toucher, si le petit morceau de feuille à moitié mangé par une chenille se trouvant juste devant l’autre gars n’allait pas dévier son tir, etc….

 

Lexique

 

Voici un lexique non exhaustif reprenant les termes les plus utilisés en Airsoft.

Et encore merci à Simon McH alias Psychos et son ESRAA sur laquelle je me suis appuyé ainsi qu’à Midma de France-Airsoft pour la qualité de son lexique réalisé.

A bientôt sur ww.airsoft-attitude.fr ou sur le terrain qui sait !

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rejoignez-nous sur Facebook

Explorer une thématique

Copyright © 2012 Blog Airsoft Attitude - Pour nous contacter : blog.airsoftattitude@gmail.com