Connect with us

Tribune libre

L’airsoft comparé au monde opérationnel

Published

on

Que vous soyez un débutant qui découvre l’airsoft, ou un joueur averti qui baigne dans le milieu depuis de nombreuses années, force est de constater que l’airsoft est une activité légèrement à part : une législation en pleine évolution, une méconnaissance de l’activité de la part du grand publique, un cadre de jeu parfois discutable, etc. Et pourtant il s’agit bien là d’un loisir un plein boom qui séduit de plus en plus !

De mon côté, en tant que joueur, organisateur professionnel et blogger je constate au fil des ans que cette activité est perçue et pratiquée de façon bien différente part les joueurs. En découlent quelques quiproquos, mésententes, propos et comportement absurdes qui finissent par ternir l’image de cette activité et notre plaisir durant les parties en fonction des zozios que nous avons face à nous.

Les sources du “problème” ? Des fantasmes énormes, des frontières floues et parfois faussées entre le monde opérationnel (militaire, force de l’ordre, etc), le RD et le RS (*voir définitions ci-dessous), les films, les jeux vidéos, le manque de formation et d’encadrement, et j’en passe et des meilleurs.

* Définitions:

RD : abréviation de “Real Deal” (vraie dotation), qui désigne le matériel réellement utilisé par des soldats ou des forces de l’ordre en opération. Se dit d’une pièce d’habillement ou de matériel, mais aussi d’une façon de porter et d’utiliser cette pièce. Par exemple, “Mon sac à dos est RD” signifie que ce modèle exact de sac à dos est ou a été réellement utilisé au combat. Ce à quoi l’interlocuteur peut répondre “Oui, mais la façon dont tu le portes, ce n’est pas RD“, ce qui signifie que ce sac n’est pas porté ou utilisé de la façon dont le fait un militaire (ou un policier..) en opération.

RS : abréviation de “Real Steel” (et non pas Real Style), littéralement “vrai acier”. S’utilise pour désigner un accessoire ou une partie d’une réplique provenant ou utilisé sur une vraie arme, par exemple une crosse, un corps, une optique de visée. Par exemple, “Le bois de mon AK, c’est du RS“, signifie que les bois de la réplique d’AK du joueur proviennent d’une véritable Kalachnikov. “RS” désigne en fait de manière généralement le matériel authentique (hors tenues), opposé aux “repros” (reproductions). Cette abréviation est parfois abusivement employée au lieu de “RD”.

Source : Wikipédia

Voici pourquoi je vais tenter une petite mise au point et vous présenter les différences les plus notables entre l’airsoft et le monde opérationnel.

 

La prise de risque et la réaction face au danger

Le premier point à prendre en compte : c’est le risque. Les opérationnels utilisent des armes létales. En airsoft c’est des billes de 6mm. Forcément, quand tu risques de mourir tu fais un petit peu plus attention, tu es parfois plus hésitant, et donc tu joues la sécurité au maximum. En airsoft, la seul chose que tu risques c’est un micro bleu et de faire un aller retour au Respawn. Du coup tu te permets d’aller chatouiller l’adversaire et de t’exposer, parfois bêtement, parfois très très bêtement 🙂

Du coup l’adversaire ne réagit pas de la même façon. Le comportement est totalement différent et entraîne bien souvent une prise de risque maximum (voir stupide ou inconsciente) de la part des airsofteurs. L’un dans l’autre ça peut être perçu comme un avantage puisque cela permet de multiplier les affrontements et les échanges de tirs. La seule façon de contrer cet effet “Kamikaze” est d’être excessivement agressif et stressant au contact afin d’accentuer cet aspect “danger”.

Pour se faire je vous invite à lire ou relire ces 2 articles sur le sujet :

Les distances d’engagement

Autre point différenciant que l’on constate très très rapidement, c’est la différence au niveau des distances de tir qui modifie totalement le combat. En effet, les armes peuvent toucher une cible à plusieurs centaines de mètres, une réplique non ; sauf dans les fêtes foraines ou visiblement elles peuvent tirer jusqu’à 200 mètres 😉

Par exemple, il y a encore quelques années,  dans l’armée française les groupes de combat d’infanterie étaient organisés selon les distances d’engagement avec des groupes de 300 et 600 mètres.

En airsoft, on est plus sur du 10 à 60 mètres. Ce n’est pas là même chose du tout !! Cette variable change énormément de choses puisque les joueurs doivent s’approcher au maximum de l’adversaire pour espérer le toucher. L’airsoft c’est un sport de contact à très courte distance alors que les opérationnels cherchent à engager l’ennemi à distance afin de limiter les risques.

Et pour surprendre l’adversaire et limiter votre exposition, une solution : l’embuscade !

La gestion de l’effort et la fatigue

Une partie d’airsoft s’inscrit dans un cadre temporel et géographique déterminé et structuré : une partie sur une ou deux journées et sur un terrain délimité. Je ne parle pas des petites pauses qui vont bien, le camion burger ou la livraison de pizza, la tente 9 places avec le chauffage, le téléphone, Facebook et Youporn.. (tout ça c’est du vécu me dites pas que ça n’existe pas bande de menteurs !)

Tout ça pour dire que la gestion de l’effort et de la fatigue est bien moindre que celle des opérationnels soumis à des phases d’efforts et de stress bien plus poussés, tant sur la durée que vis à vis de l’espace.

Évidemment une bonne partie, ou une bonne Opé, demandent une condition physique correcte. Néanmoins soyons honnête : l’intensité reste moindre que sur un théâtre d’opération ou même un entraînement mili basique. L’environnement et les conditions ne poussent pas les joueurs dans leurs retranchement (mentale et physique), et la possibilité de s’extraire du jeu est toujours possible afin de se reposer. Alors que cet aspect influe beaucoup, notamment sur l’aspect immersif du jeu.

Or, la fatigue et la gestion de l’effort sont des parts intégrantes du combat. Jouer sur un micro terrain qui nécessite 2 minutes de marche pour retourner au Respawn entraîne souvent un style de jeu orienté Speed Game que je trouve personnellement assez peu motivant : je joue, je tir, je suis out .. hop hop hop promenade, je me ballade, je tir, je sors, tiens Maurice fume une clope, allez hop hop hop je vais lui raconter ma vie 2 minutes, hop hop hop, allez on retourne fragger 10 minutes et après café – McDo – sieste – Youporn.

L’immersion

Le point vu précédemment impact à mon sens directement l’aspect immersif d’une partie. Combien de fois ai-je vu des parties en stand-by car des Teams entières allaient se boire un café-clope ? Vous imaginez vous un match de foot de 90 min ou la défense iraient se boire un petit verre pendant 15 min en pleine première mi-temps ? Euhh … et bien là c’est pareil.

De l’autre côté, les opérationnels eux sont dans la mission du début à la fin. Mêmes les phases de repos durant les missions sont soumis à cette contrainte de risque : tu dors mais tu dois être prêt, tu ne vas pas pisser bêtement n’importe ou n’importe comment, tu restes vigilant H24 et tu restes en mesure de réagir à toute situation à tout moment. C’est très différent pour le coup.

Personnellement, ce que je préfère en airsoft sont les phases d’infiltration, de renseignement et d’exfiltration ou l’attitude est assez similaire aux opérationnels. Le principe reste simple : tout voir sans se faire voir. Les notions de distances ce coup-ci est un peu plus réalistes. Je trouve ça dommage que ce style d’action soit encore assez peu développé en parties.

Et je parle pas des items (pourris) et autres structures (bunker en palettes) qui nous rappellent cruellement à quel point on est en train de jouer à la guerre et cassent littéralement l’ambiance de jeu.

Pour limiter tout cela : des règles de jeu claires et précises, une organisation sérieuse ainsi qu’une motivation et une implication poussée de la part des participants. Mais ça reste plus facile à dire qu’à faire malheureusement. Je préconise également si possible en fonction des parties une seule et unique phase de jeu sans pause. Mais cela reste mon avis personnel et cela dépend vraiment des équipes.

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tribune libre

Quand l’airsoft tue

Published

on

By

Ce titre et l’image de l’article sont volontairement racoleurs afin d’attirer votre attention et je m’en excuse par avance. Maintenant que vous êtes là je vous remercie de prendre quelques instants pour lire ce qui suit et le partager autour de vous.

L’objectif de cet article est de faire prendre conscience aux joueurs, et notamment aux plus jeunes, des risques et dangers qui sont liés à notre loisir.

Ces quelques cas que je vais vous présenter sont des faits que j’ai pu relever dans la presse française. En analysant ces articles on se rend compte que les règles élémentaires de sécurité (et par fois de bon sens) ne sont pas respectées à un moment donné, et que l’un de ces 3 facteurs est a minima toujours en cause :

  • l’utilisation du matériel,
  • l’attitude et le comportement des pratiquants,
  • les spécificités du terrain.

 

Pour éviter ce genres de drames n’oubliez pas :

 

 

Utilisation d’explosif-maison : 3 morts et 1 blessé grave

 

Le 13 juin 2015, une explosion liée à la fabrication d’un fumigène artisanal a causé la mort de trois jeunes et a grièvement blessé un quatrième dans une bâtisse abandonnée d’un hameau de Bas-en-Basset (Haute-Loire).

Âgées de 14 à 16 ans, les trois victimes avaient, semble-t-il, décidé de confectionner des fumigènes artisanaux comme nouveaux accessoires de jeu, lorsque l’accident mortel s’est produit. Après le choc place aux interrogations… Outre la nécessité d’encadrer la consultation et la diffusion de ces sites qui livrent, ni plus ni moins, la recette “d’explosif-maison”, nombreux s’interrogent sur les règles du “Airsoft”

L’explosion a été causée par la fabrication artisanale de fumigènes, que ces quatre jeunes âgés de 14 à 16 ans auraient eu pour but d’utiliser dans une partie d’airsoft. L’utilisation de ce type de fumigènes artisanaux, même si elle existe et est détaillée dans des tutoriels hébergés sur des sites consacrés à l’airsoft, est extrêmement minoritaire dans les parties d’airsoft. Les associations qui dépendent de la FFA interdisent formellement l’utilisation de tels dispositifs.

Source : Libération – publié le June 16, 2015

Des cartouches de CO2 déjà percutées

À l’intérieur de la maison où s’est produite l’explosion, les enquêteurs ont également retrouvé quarante à cinquante cartouches de CO2 déjà percutées. Ce type de cartouches sert à alimenter les répliques d’armes employées pour la pratique de l’airsoft. Une réplique de pistolet automatique avait d’ailleurs été retrouvée.

D’autre part, le procureur a également révélé les premiers résultats des autopsies pratiquées lundi à l’institut médico-légal de Saint-Étienne. « Une des victimes était porteuse de gants, ce qui permet de confirmer les hypothèses émises au départ de l’enquête ». Les autopsies confirment aussi que les trois victimes « sont décédées des effets de blast ou des effets de souffle qui sont bien dus à une explosion », écartant l’hypothèse de l’intervention d’une cinquième personne. « Les trois victimes ont été polycriblées ».

Source : Le Progrès Lyon – publié le mercredi 17 juin 2015

 

 

 


Un adolescent meurt électrocuté

 

Après l’électrocution accidentelle de Brandon L., 12 ans, dimanche en fin de journée (lire nos éditions d’hier), la commune de Conches-en-Ouche, près d’Evreux dans l’Eure, s’est réveillée sous le choc. « Lorsque j’ai appris le drame, j’ai demandé aux gendarmes de me confirmer le nom de l’enfant. Il s’agissait bien de lui, notre élève de 5e… » , déplore Jean-Pascal Vallet, principal du collège Guillaume de Conches. Une cellule psychologique a été rapidement mise en place dans l’établissement, qui faisait sa rentrée hier.

« D’après ce que nous savons, une dizaine d’adultes et autant d’enfants se trouvaient sur le site de l’usine désaffectée Usmeco dimanche après-midi, dans le quartier du Vieux-Conches » , explique le premier adjoint au maire, Jérôme Pasco. Cette entreprise liquidée il y a dix ans a beau être sécurisée par un grillage et une porte fermée par un cadenas : « Nous constatons régulièrement des intrusions et des dégradations dans cette propriété, qui reste privée » , lance un gendarme en regardant, au loin, ces lignes à moyenne tension que l’adolescent a touchées.

Devant le scellé scotché à l’entrée de l’usine, les agents ErDF s’activent. Ils font tomber les lignes, une par une, sur réquisition de la gendarmerie « pour éviter un autre drame » , assure une source proche des investigations, confiées à la brigade des recherches d’Evreux, co-saisie avec celle de Conches, aidées hier par la cellule d’identification criminelle pour les relevés d’empreintes. « Ces câbles servaient sans servir, en réalité. Après l’accident, une partie de la zone a été privée d’électricité : ils alimentent certains foyers même s’ils passent au-dessus d’une entreprise désaffectée » , indique encore le maire-adjoint. Le propriétaire du site a d’ailleurs contacté les gendarmes et la mairie, depuis son domicile, à Nice. « Il est sous le choc, comme nous tous. » L’élu rappelle toutes les démarches déjà entreprises par cet industriel et l’hôtel de ville, pour interdire l’accès à ce site.« Les plus grands étaient en treillis, en train de « jouer à la guerre » . Ils avaient été rejoints par les enfants sur une invitation lancée sur un réseau social » , poursuit l’élu. En fin de journée, Brandon L., qui se trouvait à l’extérieur du bâtiment abandonné mais dont l’entrée était « grande ouverte » (le cadenas avait été cassé), est entré en contact avec l’un des trois câbles électriques alimentés, qui passent encore au-dessus du terrain. Il est décédé sur place. « C’est toute la communauté de Conches, qui est aujourd’hui en deuil. » Les auditions de la vingtaine de témoins ont commencé dès hier.

Source : Paris-Normandie – publié le mardi 8 mai 2012

 

 


Une chute mortelle de 4 étages

 

 

Guillaume Lacotte, 27 ans, fils de Jean Lacotte, vice-procureur du parquet de Poitiers, est décédé lors d’une chute d’une hauteur d’environ quatre étages, samedi 13 mai, entre 20 h et 22 h, dans le Fort de Montgilbert (1.360 m), situé dans la commune du même nom, en vallée de la Maurienne (Savoie).

Le jeune homme participait, avec une soixantaine de personnes, à une partie d’airsoft, un loisir où les répliques d’armes à feu permettent de propulser des billes en plastique. Selon notre confrère du Dauphiné libéré , qui a interrogé le procureur de la République d’Albertville, Jean-Pascal Violet : « Il a chuté alors qu’il se trouvait sur un parcours, à l’intérieur du fort. Les participants débutaient les jeux de nuit. Il était au dernier étage et devait traverser une cage d’ascenseur, en travers de laquelle passait une planche en bois. Son corps a été retrouvé sur le ciment, en contrebas. Une autopsie a été demandée pour connaître les causes de la mort. » Les militaires de la brigade de recherches de Saint-Jean-de-Maurienne ont été chargés de l’enquête. Ils devront notamment déterminer si toutes les conditions de sécurité ont été respectées. Tous les participants devraient être entendus par les enquêteurs. Guillaume Lacotte, qui se faisait appeler « SIG 357 », appartenait au club Airsoft team IS 38 de Grenoble. « Guillaume Lacotte est décédé lors d’une opération d’airsoft. Nous sommes tous très tristes et affectés. Sig était un homme généreux, toujours avec le sourire, drôle, très doué sur le terrain ». L’inhumation aura lieu vendredi 19 mai à Saint-Hilaire-de-Villefranche (Charente-Maritime). Une délégation du club d’airsoft a prévu de se rendre sur place.

Source : Centre Presse – publié le  mercredi 17 mai 2017

 

 

Play Safe !

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Tribune libre

Les militaires aiment l’airsoft

Published

on

By

L’armée et l’airsoft sont 2 mondes distincts qui brassent 2 populations différentes :

  • les professionnels, qui exercent le métier des armes au quotidien. Ils se sont engagés pour la défense nationale. Ils sont formés et payé pour. Autant dire que leurs entraînements et donc leur niveau opérationnel ne peut être comparé à un civil qui exerce une activité de loisir.
  • les civils, qui pratiquent de manière récréative et ludique un loisir le week-end. Ils sont là pour s’amuser, se dépenser et passer du bon temps.

Et très souvent les premiers ont en horreurs les seconds. Pourquoi est-ce que je vous parle de ça ? Parce que j’ai appartenu à ces 2 mondes et que j’ai constaté que ces 2 groupes de populations se connaissaient en réalité assez mal (comme bien souvent quand 2 groupes de population se confrontent et se crachent dessus..). Du coup j’ai tenu à vous faire partager les plus belles pépites à ce sujet, d’un côté comme de l’autre 🙂 – et je vous assure que je n’ai absolument rien inventé (à peine corrigé quelques fautes pour un gain de lisibilité) !

Attention, parfois c’est un peu bête et méchant, souvent ça pique, et parfois c’est très très juste 🙂

Pourquoi les militaires n’aiment pas les airsofteurs ?

 

  1. Parce que certains se prennent pour des FS mais ne font pas de partie sous la pluie de peur de se mouiller ou abîmer leurs belles tenues hors de prix.
  2. Parce que certains portent des patchs et des écussons (des FS la plupart du temps) alors qu’ils sont même pas capables de courir 100 mètres sans s’essouffler.
  3. Parce que quand l’airsofteur commence à avoir froid, les pieds mouillés et la veste trempée il retourne a sa bagnole pour tout faire sécher, et si ça continue il rentre chez lui parce-que bon faut pas déconner !
  4. Parce qu’un jour un ami airsofteur a posté sur sa page FB un 24 décembre « soutien à tous mes frères d’armes en opération »
  5. Parce qu’ils se plaignent que les billes ça fait mal.
  6. Parce que ce sont des fragiles avec des corps de lâches.
  7. Parce que certains airsofteur se foutent des consignes de sécurité avec leurs canons qui se baladent “tkt c’est qu’une réplique”.
  8. Parce qu’ils portent portent des gratons d’ADJ ou de CNE et se prennent pour des commandos de l’apocalypse.
  9. Parce qu’ils se vantent d’avoir des techniques de ouf
  10. Parce qu’ils n’ont jamais galéré sur un bon stage commando d’enculé ou tu ramasses à mort …… ni passé une super semaine en trou de combat par moins 15 à la Courtine.
  11. Parce que j’en ai vu un courir avec un deagle (parce que “ça fait plus de dégât”) le doigt sur la détente.
  12. Parce qu’ils me sortent leur ration de combat le midi en mode camp tacticool, en me ventant les mérites de leur repas a 30€
  13. Parce que ce sont des mythos et qu’ils ont du meilleur matos que nous.
  14. Parce que leurs billes s’arrêtent avec une porte ou un putain de buisson.
  15. Parce que les airsofteurs mangent des rations à la pause midi et osent dire que c’est super bon !
  16. Parce qu’ils font les guerriers mais ils ont jamais tenu une arme de leurs vie et ça fait les connaisseurs.
  17. Parce qu’ils se la jouent Facebook expert en armement/tactique.
  18. Parce qu’ils pensent que les fougères peuvent leur sauver la vie !
  19. Parce qu’ils se prennent pour des militaires et veulent t’apprendre le taf.
  20. Parce que souvent le profil du geek corps de lâche qui rêve sa vie comme dans un call of.
  21. Parce qu’ils ne passent pas les tests psychotechniques au CSO avec un Luc léger pallier 2.
  22. Parce que je joue à Fortnite et Pubg et que j’ai fais des top1 je sais faire la guerre
  23. Parce que moi le seul truc qui me dérange c’est Jean Fragile qui pose avec son fusil en plastique, équipé comme un FS avec une vraie ciras, qui porte des écussons de régiments pour lesquels on ne lui autoriserait même pas à servir la bouffe à l’ordoche.
  24. Parce qu’ils se prennent pour des FS avec des plaques en mousses et la molette sous le chargeur mais qui te donnent des leçons de balistique !
  25. Parce qu’ils viennent te vendre leurs répliques comme du véritable armement “ah oui j’ai la même sensation de recule avec mon famas électrique
  26. Parce que je supporte pas ce type qui à l’airsoft fantasme sur le mythe du sniper… Explique moi l’intérêt d’équiper une jumelle sur un truc qui tir plus droit après 30m (et encore…).
  27. Parce qu’il y a beaucoup de produits pros en rupture de stock à cause d’eux !
  28. Parce que ces cons porte des gallons de bricard ou de bichef alors que nous on en chie pour les avoir ! Et le pire c’est qu’il se croit ops ces enculés ! (propos grossiers non censurés car criant de vérités) 🙂
  29. Parce que généralement ce sont des refoulés de l’armée et surtout des mythos qui vont s’amuser à porter des décorations achetée sur ebay (en gros usurper la profession de militaire c’est INTERDIT!!!!)
  30. Parce que une fois j’en ai vu au Mac Do en tenues – on aurait cru la Chute du Faucon Noir.
  31. Parce qu’ils pensent faire des truc de dingue en montant un bivouac, mangeant deux rations, courant dans la verte trois jours dans l’année alors que nous faisons cela régulièrement, que nous sommes réellement formé et qu’ils ne sont pas des soldats!
  32. Parce qu’ils essayent de serrer des femmes en leurs disant « regarde cette photo c’était en Guyane » alors qu’il sont juste dans la forêt à côté de chez eux
  33. Parce qu’ils nous piquent du matos/treillis dans les magasins mili et que souvent les magasins sont en rupture de stock à cause d’eux.
  34. Parce qu’une fois j’ai vu un type avec un béret de la légion étrangère un graton à l’envers de caporal chef (rouge) sur un treillis sable, le tout au 14 juillet.
  35. Parce qu’ils se prennent pour des commandos ! Et prenne plaisir à faire des campagnes de plusieurs jours à bouffer des rasquettes thon pomme de terre et dormir en tente Queshua.
  36. Parce qu’ils sont prêts à raquer 30 balles en surplus pour acheter une rasquette, alors qu’on connaît tous la vérité sur les rations…

Alors pourquoi les militaires sont jaloux des airsofteurs ?

  1. Parce que eux ils ne nettoient pas les chiottes.
  2. Parce qu’ils sont pas obligés de se raser par 0 degré chaque putain de matin.
  3. Moi je les aimes bien parce qu’ils achètent mes vieux treillis 20 boules ces tocards – “Treillis félin 2e REP spécial force : 300e
  4. Parce qu’ils n’ont pas le nettoyage armement à faire après avoir tiré.
  5. Parce qu’ils sont mieux équipés et font plus de combat.
  6. Parce que la plupart sont mieux payés et qu’ils font du combat pour s’amuser.
  7. Parce qu’ils ne connaissent pas la garde et les TIG.
  8. Parce que eux ne passent pas de jours entiers en mission « SURVEILLER » en lisière militaire avec comme point particulier un bosquet à 250m ; tout ça pour tirer 10 cartouches à blanc et finir en faisant « PAN PAN PAN » et rentrer du terrain et nettoyer l’armement jusqu’à 04h du mat’.
  9. Parce qu’ils n’ont pas besoin d’attendre 107 ans afin de percevoir ou réintégrer le matos.
  10. Parce qu’ils ne sont pas obligé de ramasser leurs putains d’étuis après chaque drill.
  11. Parce que eux ils tirent 2000 billes par chargeur sans frotter leur flingue après alors que toi seulement après 5 munitions à blanc tu y passes le reste de ta journée car l’armurier se la joue expert du SWAT.
  12. Parce que les mecs s’entraînent plus au combat que nous..

Et pourtant certains militaires adorent les airsofteurs

  1. Moi je les kiffe ils m’ont racheté tout ma matos après l’armée …. Même des trucs improbables genre casquette TTA, duvet d’hiver de 1986 …
  2. J’adore l’airsoft car niveau pédagogique on apprend beaucoup mieux en zub qu’avec des balles à blanc..
  3. On en parle un peu des bidasses qui s’équipent avec du matériel d’airsoft pour le terrain?
  4. On en parle des planqués en chambre qui esquivent les couleurs et le footing, qui attendent l’ordinaire avec impatience et qui jouent à FIFA jusqu’à 17h ?
  5. Prenez en exemple les Gaillards Softeurs à Belfort ( équipe du csa du 35 ) ou l’ASAG qui organisent tous les ans des Events pour récupérer des fonds pour soutenir l’armée. Depuis 4 ans ils récupèrent pas loin de 2000e par ans pour la cabat, alors qu’un chef de corps doit donner l’ordre d’acheter les bleuets de France pour avoir 1000e ( et eux ne sont que 15 ).

 

En conclusion

En conclusion je vous citerai un dernier commentaire qui pourrait assez bien résumer ce que pensent ces 2 mondes .. 🙂 Je vous laisse savourer :

Les miloufs qui ragent sur les softeurs parce qu’ils ont du meilleur matos qu’eux, et les softeurs qui se masturbent sur commando magazine. Et entre les deux y a les mecs qui vivent leur passion de l’armée ou de l’airsoft sans se prendre la tête.

 

Continue Reading

Tribune libre

Mes 10 citations martiales préférées

Published

on

By

L’autre soir j’étais en train de rédigé un article et pour vous illustrer le propos je me suis souvenu d’un proverbe militaire. Et là je me suis dit pourquoi pas !? Pourquoi pas vous livrer mes 10 citations martiales et proverbes favoris.  Certains ont été remaniés en mode airsoft 😉

Après tout ce sont de petites phrases simples qui renferment le plus souvent une vérité, une leçon avisée ou trait d’humour 😉

1 – Les billes alliées n´existent pas.

Ça peut paraître idiot, mais en vérité pas tant que ça. Gardez bien un oeil sur certains de vos équipiers et sur votre placement par apport à eux !

2 – Si c´est stupide mais que ça marche, ce n´est pas stupide.

A la fois drôle et criant de vérité ! Des fois on fait des espèces de conneries pour rigoler, et en vrai ça fonctionne 🙂 Allez avouez !

3 – Le chemin facile est toujours miné.

Évidemment ! Vous serez toujours attendus là où on s’attend à vous voir : la maison isolée, le chemin, le trou de combat, .. Autrement dit : la facilité n’est pas votre amie.

4 – Si l´ennemi est à portée, vous l´êtes aussi.

C’est évident mais beaucoup l’oublie semble t-il ! Ne négligez pas les couvertures.

5 – L´exception confirme la règle, et rend inutile le plan de bataille.

Les plans de batailles trop sophistiqués résistent rarement à la réalité. Il y aura toujours un grain de sable (ou des milliers) pour enrayer vos jolis plans. Faîtes simples et efficaces – croyez-moi !

6 – L´expérience du terrain est quelque chose que vous ne gagnez qu´après en avoir eu besoin.

Ahahaha .. on est tous passé par la première partie 😉 L’expérience du terrain s’acquière petit à petit, c’est un long apprentissage mais c’est peut être l’une de vos plus précieuses compétences !

7 – Tout ordre qui peut être mal compris le sera.

Véridique ! Autant en chef d’équipe qu’en Orga 🙂 Faites simple ! Toujours ! A chaque fois !

8 – Une fois dégoupillé, Monsieur Grenade n’est plus notre ami.

Oui c’est con, je sais. Pourtant j’ai bien le souvenir d’un mec ou deux qui avait zappé 🙂

9 – N’interrompez jamais l’ennemi lorsque celui-ci fait une erreur.

Tellement vrai ! Des fois observer laisser faire sera tellement plus bénéfique !

10 – Visez l’ennemi. (Notice imprimée sur les lances-roquettes américains)

Pour terminé sur une petite note qui va bien ! Posez-vous quand même la question de savoir pourquoi ils écrivent ça sur leurs lance-roquettes ? 😉

 

Continue Reading

Rejoignez-nous sur Facebook

Explorer une thématique

Tendance

Copyright © 2012 Blog Airsoft Attitude - Pour nous contacter : blog.airsoftattitude@gmail.com