Connect with us

Savoir-faire collectifs

Franchir un découvert sous les tirs

Published

on

J’ai remarqué, en partie ou sur les nombreuses vidéos sur internet, que beaucoup de joueurs vident littéralement leur chargeurs en courant.  Privé de soutien il est vrai qu’il est nécessaire de faire baisser la tête de votre adversaire. Sinon se déplacer à couvert et souvent synonyme d’élimination !

Cependant, il existe une façon de faire qui vous permettra d’être plus efficace et plus économe en bille. Et pour cela il va falloir vous entraîner un peu.  Je vous propose déjà de vous rendre par vous-même que c’est vrai à quel point votre visée est inefficace en courant.

Faîtes cet exercice la prochaine fois que vous aurez le temps. Placer un équipier à une bonne cinquantaine de mètre. Mettez un genou à terre et tirez lui une bille. Si vous êtes un peu entraîné il ne devrait pas y avoir de problème. Ensuite tapez votre sprint en tirant. Alors ? Vous êtes toujours aussi bon ? 😉

Faîtes baisser les têtes !

Le but n’est pas de toucher votre adversaire, car en vous déplaçant c’est extrêmement difficile. Non, il suffit de viser assez juste pour qu’il sente les billes claquées juste à côté de lui pour l’obliger à se mettre à couvert. On appel ça « faire baisser les têtes ».

Sur le principe on se doute parfaitement que l’adversaire à couvert derrière son muret est bien protégé. Néanmoins, en appliquant en feu très régulier et le plus précis possible on lui propose le marché suivant : « reste bien caché au alors tu risques fort de t’en prendre une ».

se poster après un bond

Imaginez-vous en position de tir, voir un adversaire courir au beau milieu de votre secteur de surveillance en tirant un peu n’ importe où. C’est naturel, si vous ne sentez pas les billes claquer à côté de vous, si vous ne vous sentez pas en danger, vous aller sortir la tête, l’aligner et l’éliminer facilement.

Se déplacer en faisant des bons

Tout d’abord, avant de vous élancer sous le feu potentiel de l’adversaire il est indispensable de visualiser votre prochaine couverture. On appel cela « faire un bon ».

Concrètement, vous être au point A et vous voulez vous rendre au point B. Distance : 40 mètres. Sur cette distance vous êtes sur de vous en prendre quelques unes. Donc il faut fractionner cette distance en autant de bons qu’il vous sera possible de faire. Alors sur ces 40 mètres nous avons un arbre à 5 mètres, puis une palissade 15 mètres plus loin.

Go pour un bon de 5 mètres jusqu’à l’arbre. On s’y arrête et on se protège. Puis on visualise le prochain bon et les zones dangereuses potentielles. Et Go ! On repart jusqu’à la palissade. On s’arrête et on se poste.

 Pour les 20 derniers mètres vous êtes totalement à découvert. L’adversaire vous à vu. Et il vous tire dessus. Il va falloir se désengager à un moment ou à un autre, donc se concentrer juste sur sa course et courir comme un dingue !

[layerslider id=”10″]

Appliquer un feu nourris et précis

Si vous êtes obligé de vous déplacer sous le feu et que vous êtes donc privé de couverture, il faut donc essayer de faire baisser les têtes. A vous de juger de la prise de risque en fonction du feu adverse. Il faut répliquer au moment le moins dangereux pour vous : entre 2 rafales ou pendant un changement de chargeur par exemple. Dès que vous le pouvez répliquez par une bonne rafale bien précise. L’adversaire se met alors à couvert.

Maintenant il faut à la fois se déplacer assez rapidement tout en appliquant un feu régulier et juste. Si votre adversaire est placé en perpendiculaire de votre trajectoire vous ne pourrez rien faire d’efficace. Il ne vous reste plus qu’à prendre vos jambes à votre coup !

Avancer et Tirer

Si vous restez en coup par coup, la prise de risque restera sans doute acceptable pour l’adversaire et il tentera sa chance. Alors qu’avec des petites rafales très régulières (une toutes deux secondes environ) vous appliquerez un feu quasi continu tout droit sur lui.

Pour vous déplacer ne le faites pas à la Chuck Norris, la réplique à la main comme un cow-boy. Non. Épaulez la réplique, visez le mieux possible et marchez en faisant de grands pas. Ainsi vous aurez une stabilité maximum entre chaque pas, donc au moment ou vous lâcherez votre rafale. Pour être le plus stable possible pendant le tir rentrez bien les coudes le long du corps. Et pour effacer au maximum votre silhouette ne restez pas droit comme un “i”, recroquevillez vous les bras le long de votre corps et baisser vous un peu.

Tir en déplacement

Sortez du découvert dès que possible

Une fois que vous sentez que votre point de couverture est à porté, envoyez une dernière bonne rafale avant de courir et de vous jetez à couvert.

Je vous conseille de vous entraîner à vous déplacer de cette façon. C’est un coup à prendre. Mais cela fait parfois nettement la différence. De plus cette méthode s’applique tout à fait lors des phases d’assaut, pour se désengager d’un feu. C’est un réflexe à prendre !!

Logo Airsoft Attitude Vieillit


Continue Reading
Advertisement
9 Comments

9 Comments

  1. Winters

    11/03/2013 at 16:13

    si vous progressez en groupe (ce qui normalement devrait toujours etre le cas ^^) il peut être utile d’effectuer un tir de couverture au premier du groupe ainsi, lorsque qu’il sera en position et à couvert il pourra lui aussi effectuer un tir de couverture pour les autres et ainsi de suite

  2. Hugues

    11/03/2013 at 16:42

    Très bonne remarque ! J’ai accentué les explications sur la façon dont devait se déplacer le joueur. Il me paraissait presque évident qu’il fallait apporter un feu de couverture mais tu as bien fait de le préciser !!

    Pour ceux que ça intéresse, je vous invite à lire cet article sur les progressions en appuis mutuels : https://www.airsoft-attitude.fr/progressions-tactiques-en-appui-mutuel/

  3. Winters

    11/03/2013 at 16:45

    que faites vous dans la vie, à part l’airsoft ? 🙂

    • Hugues

      11/03/2013 at 16:57

      Je travaillais dans les Télécom, orienté gestion de projet. Je recherche d’autres opportunités professionnelles actuellement. Sinon je suis aussi réserviste dans les TDM depuis quelques années.

  4. djale

    28/03/2013 at 01:41

    Super article ! Il y a qu’une seule chose qui m’a “choqué”

    En effet vous conseillez de faire de grand pas afin de tirer en mouvement tout en restant précis. Hors on enseigne dans beaucoup de corps d’armée le “pas du rat”

    Cela consiste en de petit pas rapide, comme si l’on collé chaque pied juste devant l’autre, afin de garder une conduite de tir stable, (en ayant les coudes collé le long du corps et en étant très légèrement penché en avant avec le fessier légèrement en arrière …rigolé pas, c’est la posture la plus stable pour être très precis tout en se ddéplaçant)

    • Hugues

      28/03/2013 at 13:54

      Salut Djale ! Oui tu as raison, la méthode décrite n’est ni plus ni moins qu’une adaptation de ce qu’on appelle effectivement le “pas du rat” et que l’on enseigne à l’armée.

      De mon côté (après l’enseignement subit souvent quelques variantes d’une unité à l’autre) j’ai appris à faire de grands pas, en levant bien haut les pieds, et en appliquant un feu en coup par coup ou doublette (2×1 coup) une fois le pied en l’air.
      – Pourquoi de grand pas ? Pour avancer plus rapidement puisque le “pat du rat” est en mode de déplacement appliqué lors des engagements. Donc il faut faire vite.
      – Pourquoi lever haut les pieds ? Parce que la vue est concentrée sur la visée, le champ de vision est réduit, et qu’on ne peut pas faire attention là où on met les pieds. C’est donc fait pour éviter de trébucher sur quelque chose.

      En tout cas merci pour ce commentaire Djale. Ca permet de développer un peu le sujet et d’apporter des précisions intéressantes ! 🙂

  5. djale

    30/03/2013 at 02:04

    Ok je ne connaissais pas cette technique de grand pas ! Après en airsoft chacun peut se déplacer à sa guise de la façon la plus confortable pour lui. En tout cas votre site est super et gagne à être connue.

    • Hugues

      30/03/2013 at 02:08

      Salut Djale. Oui je suis d’accord. Malgré toute la théorie possible et imaginable, il y aura toujours des principes fondamentaux qui l’emporteront. Et notamment que c’est le confort (je veux dire sa facilité de mise en pratique) du tireur qui prime, et aussi que c’est toujours le terrain qui commande (c’est à l’individu de s’adapter au terrain). Merci en tout cas pour tes encouragements ! A bientôt !

  6. Eth3r

    30/06/2014 at 10:38

    Encore une fois un très bon article, qui (re)pose des bases indispensables.
    J’aurais simplement ajouté en intro 2 éléments :

    1/ si vous êtes tout seul c’est qu’il y a un soucis :
    normalement, le seul cas où vous devez être seul sous le feu c’est que vos coéquipiers sont OUT. (le cas du sniper qui “chasse seul” est à part, et encore souvent il est en binome de TPLD ou TE + spotter)
    Toujours normalement, vous devez être en équipe ou au pire en binôme. Auquel cas les recommandations de l’appui mutuel s’appliquent https://www.airsoft-attitude.fr/progressions-tactiques-en-appui-mutuel/ vos chancesd e survie seront nettement meilleures.

    2/ si vous devez vous déplacer alors que l’adversaire vous a déja engagé, c’est que vous avez loupé quelque chose dans la phase de préparation (procédure de repli, notamment, qui prévoit un chemin de repli vous exposant le moins possible), que vous ne parvenez pas à appliquer les consignes sur la supériorité de feu https://www.airsoft-attitude.fr/la-superiorite-du-feu-en-3-points/ ou que “le plan ne s’est pas déroulé sans accroc” comme dirait Hannibal (les plus vieux comprendront) et donc que vous êtes dans une posture d’improvisation et d’adaptation à une situation assez dégradée.

    Bref, “franchir un découvert sous les tirs”, est “scénario catastrophe” auquel on doit se préparer, mais ne surtout pas rechercher ^^

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Savoir-faire collectifs

Bac à sable

Published

on

By

bac a sable

Nous avons vu précédemment la méthodologie pour bien préparer sa mission.

Il existe plusieurs façons de faire pour préparer et expliquer votre mission concrètement sur le terrain à votre équipe avant de passer à l’action. Ci-dessous tout simplement avec une carte.

Problématiques potentielles :

  • Qualité d’impression
  • État de la carte qui est parfois détériorée
  • Échelle parfois non adaptée
  • Visualisation

map carte airsoft

Faire un Bac à Sable

Cette méthode de préparation est communément appelée le “Bac à sable”. Et bien qu’elle fasse un peu clodo cela n’enlève rien à son efficacité .

Avantages :

  • Vous n’avez besoin de rien, ou presque.
  • C’est très rapide à faire
  • C’est visuel et aide à la compréhension et la mémorisation.

Le principe est de réaliser une maquette de la mission. Pour ce faire vous aurez besoins de plusieurs éléments.

Utilisez ce que vous trouverez autour de vous. Voici quelques exemples !

  • Bâton long pour faire les voie rapides / possibilité de les tracer dans un terrain meuble
  • Lacets de chaussures pour les routes
  • Cailloux pour les éléments fixes comme les bâtiments
  • Touffes d’herbes pour les bois, les forêts, etc.
  • Tas de sables, de terres, de bouses pour les collines, les pentes, les dénivelés
  • Des éléments reconnaissables à la maquette pour symboliser votre/vos unité(s) et les gus d’en face.
  • Etc.

(Astuce : votre chef peut aussi ramener des petites pièces de légo rectangulaire de couleurs pour les pax, vous, et les bâtiments. C’est visuel et pour le rangement ça s’emboîte et ça ne fait pas de bruit)

 

A-ConvertImage

 

Le principe est de reproduire l’environnement de la mission de façon schématique en fonction des renseignements obtenus. Cette présentation visuelle permet à chaque élément du groupe de se projeter et d’assimiler plus facilement l’environnement, la situation et les actions à réaliser.

Il ne reste plus qu’à votre chef devra s’exprimer de façon clair et précise pour décrire le terrain et ainsi organiser la mission.

bac a sable

 

Dernier point

Une fois le briefing terminé, n’oubliez pas de supprimer et d’effacer toute trace de votre bac à sable !

Airsoft briefing

 

Merci à toute l’équipe WolfPack !

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Savoir-faire collectifs

Comment gérer un V.I.P

Published

on

Parmi les parties scénarisées, il n’est pas rare de se retrouver face à un VIP à gérer. Pour vous aider dans votre tâche voici nos quelques conseils pour vous aider au mieux dans votre mission.

Qu’est-ce qu’un VIP ?

Un VIP (prononcé souvent dans le milieu comme [vip] ou [vi.ï.pi]) est une personne « importante » pouvant avoir une forte  « valeur ajoutée » stratégiquement parlant. Sa survie est une priorité absolue, contrairement aux opérateurs qui sont sacrifiables (si besoin était).

vip_logo

Qui peut-on considérer comme VIP ?

Un VIP comme expliqué avant, peut être un otage important ou une personne importante (un scientifique, un agent de terrain à extraire, un journaliste, un officier traitant ennemi, etc.)

Test pour voir si vous avez compris : est-ce que la personne ci-dessous est un VIP ?

Dossier-VIP-Nabilla-La-verite-sur-ses-seins-!_reference

Comment on s’en occupe du VIP s’il est allié ?

Si c’est un allié, sa survie est LA priorité absolue. Il faudra une équipe de protection rapprochée pour sécuriser le VIP, soit environ 5 ou 6 personnels qualifiées type unités commandos, FS, intervention etc. Bref, ne prenez pas des opérateurs qui sont bien habillés 😉 sélectionnez ceux qui ont véritablement le plus d’expérience.

1. Localisation et sécurisation du VIP

Selon les scénarios et votre type de partie, il vous faudra vérifier si le VIP est bien sans danger, ou pas, pour vous et votre équipe. Il faudra donc le sécuriser une fois que vous l’aurez localisé. Premièrement il faudra dépasser et sécuriser votre objectif. Ensuite abordez votre VIP comme s’il pouvait représenter une menace en le mettant en joue et en lui indiquant de se tenir tranquille et que vous allez le fouiller. Puis fouillez-le. Si il a de quoi se défendre, confisquez-le lui.

2. Définir les rôles

Attention : chacun son rôle ! La machine doit être bien rodée pour être efficace. Premier point à prendre en compte : vous et votre équipe vous êtes là pour défendre et combattre si besoin. Le VIP lui non. Il n’a que 2 choses à faire : se déplacer et se poster. Un VIP combattant va fatalement s’exposer.

Ensuite définissez le rôle et la place de vos opérateurs. Votre configuration va dépendre du nombre. Plus vous êtes peu nombreux plus il va falloir être très rapide et très mobile (tout en restant discret). En petit nombre vous ne pourrez pas supporter une attaque. Votre meilleur chance reste l’esquive.

En plus grand nombre (à partir de 5 ou 6), les principes de mobilité et de discrétion restent de mise. Pour faire simple il vous faut un opérateur en pointe pour éclairer et se prendre les coups à la place du groupe, un opérateur qui ferme la marche, un opérateur qui gère le VIP exclusivement.

VIP3

3. Le déplacement

Quand vous déplacerez le VIP assurez-vous de toujours le faire par points (A vers B / B vers C / etc.) et toujours choisir un chemin discret car le déplacement est le moment le plus vulnérable.

Si vous devez traverser une forêt, évitez donc le grand chemin que tout le monde prend sinon vous pouvez être sur que tout la planète entière va très vite savoir que le VIP se ballade sur la petite route.

Enfin, prévoyez toujours un chemin de replis. Une fois au contact, c’est un peu plus compliqué de prendre le temps de choisir par où extraire votre VIP.

VIP-gogogo1

4. Contact !!!

En cas d’accrochage, le but n’est pas de dominer l’adversaire et de remporter l’engagement, mais bien de préserver l’intégrité de votre VIP. Donc si il y a contact privilégiez la fameuse technique du tube arrière :

  1. Les opérateurs se mettent en lignes puis le premier, rafale pour riposter (voir la technique boule de feu)
  2. Puis il passe derrière la colonne permettant ainsi de faire le principe de « Riposte-Poste-Riposte »
  3. Le second, riposte puis une fois qu’il est à sec, se place derrière la colonne à son tour
  4. Idem pour les autres

N.B : votre VIP est géré par l’opérateur chargé de sa protection rapproché. En fonction du terrain, de la situation, de leur positionnement dans le groupe par apport à l’ennemi, c’est lui qui prendra l’initiative de sortir son VIP au moment opportun.

CP11

Attention ! Le dialogue est la priorité :

  • Dès qu’un opérateur part derrière la colonne il doit dire de manière explicite : Décroche !
  • S’il doit recharger : Recharge !
  • Puis de manière coordonnée l’opérateur qui est derrière doit se signaler par son patronyme suivis de je prends ! : Ex : Winters je prends !

Ainsi tout le monde sait ce qu’il se passe à l’instant T, qui fait quoi, qui a un problème et qui l’aide. Le but essentiel du tube arrière et t’apporter une continuité de tir dans la direction dangereuse. On fait baisser les têtes pour couvrir la retraite.

Une fois le VIP en dehors de la zone à risque, sécurisez le périmètre et comptez les effectifs.

Enfin choisissez un autre chemin mais n’oubliez pas de signalez votre situation au commandement et au reste de l’effectif.

VIP-gogogo5

Et si c’est un otage ou un prisonnier ?

Un otage est différent, même si vous avez une folle envie de lui tirer dessus il est important et il a de la valeur. Donc vous devez l’interroger, le surveiller, l’attacher si possible bref, tout faire pour qu’il reste à sa place. Et en cas d’imprévus organiser un déplacement de l’effectif, otage compris bien évidemment.

En airsoft il n’y a pas de manière pour interroger une personne, le malmener, etc. car c’est un jeu et donc la torture physique ou psychologique n’est pas forcément la bienvenue, voir légèrement répréhensible par la Loi 😉

Mais suivant le scénario vous pourrez peut être le « mutiler » : « tu fias une connerie et je te coupe la main ! » et hop, vous mettrez un bâton dans la main de l’otage et lui scotcherez le tout pour rendre la main inutilisable. Très efficace et très marrant ! Cela fonctionne aussi avec les autres membres mais n’oubliez pas, une fois fait il est « mutilé ».

PICT0014

Nous avons déjà rédigé un article assez complet sur le sujet que nous vous invitons grandement à lire : les 17 règles pour gérer un otage. Mais si vous n’avez pas le temps retenez ces 2 principes essentiels :

  1. Si un prisonnier ne vous sert à rien, shooter le. Il vous ralentira, dira n’importe quoi, etc donc ne perdez de temps.
  2. Si le prisonnier à de la valeur, surveillez le avec un système de roulement. Prévoyez toujours minimum un garde et un autre pas loin prêt à agir, voire plus si l’otage est dangereux.

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Savoir-faire collectifs

Eviter les embuscades

Published

on

By

embuscade airsoft

Comment se prémunir contre les embuscades ?

Comme nous l’avons déjà vu, une bonne embuscade ne laisse que très peu de chance à l’adversaire. Alors, lors de vous patrouille ou déplacements, tentez de ne pas offrir bêtement plus de possibilités à l’adversaire de pouvoir mettre en place ce type d’action.

Pour cela, il existe des règles simples à mettre en place :

  • Un homme de tête ou un binôme de tête qui avance a vu du reste de la patrouille mais bien au devant de celle-ci (de l’ordre d’une cinquantaine de mètres). Son rôle est de faire une reconnaissance de proximité pour le reste de son groupe et de repérer à courte distance toute trace ou présence de l’adversaire.
embuscade, piège, airsoft, paintball, assaut, commando, forces speciales, militaire, milsim, assaut, soutien, appuis, M249, sniper

Homme de tête

  • Le reste de la patrouille doit être divisée (selon sa taille bien évidemment) en plusieurs équipes. Essayez par exemple d’évoluer en trinômes. Entre chaque équipe laissez des espaces importants (une vingtaine voir une trentaine de mètres de jour en terrain découvert)
embuscade, piège, airsoft, paintball, assaut, commando, forces speciales, militaire, milsim, assaut, soutien, appuis, M249, sniper

Faîtes des petits groupes espacés

  • Laissez des espaces entre les joueurs d’une même équipe. Il faut étaler le dispositif. De jouer et à découvert n’hésitez pas à mettre une dizaine de mètres entre chaque joueur. En fonction du terrain et de l’obscurité il faut parfois resserrer les distances.
embuscade, piège, airsoft, paintball, assaut, commando, forces speciales, militaire, milsim, assaut, soutien, appuis, M249, sniper

Laissez des intervalles en fonction de la visibilité et du terrain

Ainsi, votre groupe de 10 joueurs s’articule de la façon suivante :

1 PAX en tête – 50m – Trinôme A – 25m – Trinôme B – 25 m – Trinôme C.

Dans cet exemple la patrouille évolue donc sur 50 + 25 + 25 + (6 x 10m d’espacement au sein des trinômes en colonne simple) soit sur environ 160 m !!!

Mettre en place une embuscade sur une distance de 160 mètre devient tout de suite plus complexe. Vos chances de pouvoir déceler l’embuscade, y réagir et vous ré-articuler augmentent !! De cette façon vous subirez fatalement des pertes, mais une partie de votre groupe aura toutes ses chances de pouvoir réagir, contre attaquer, ou même de battre en retraite si la situation n’est pas tenable.

 

Et si jamais malgré tout l’adversaire à décidé de tendre une belle embuscade et de vous accrocher, vous serez alors bien obligez de réagir. Et voici un article qui devrait vous aider : comment réagir à une embuscade.

Logo Airsoft Attitude Vieillit

 

Continue Reading

Rejoignez-nous sur Facebook

Explorer une thématique

Tendance

Copyright © 2012 Blog Airsoft Attitude - Pour nous contacter : blog.airsoftattitude@gmail.com