Connect with us

Savoir-faire collectifs

Franchir un découvert sous les tirs

Published

on

J’ai remarqué, en partie ou sur les nombreuses vidéos sur internet, que beaucoup de joueurs vident littéralement leur chargeurs en courant.  Privé de soutien il est vrai qu’il est nécessaire de faire baisser la tête de votre adversaire. Sinon se déplacer à couvert et souvent synonyme d’élimination !

Cependant, il existe une façon de faire qui vous permettra d’être plus efficace et plus économe en bille. Et pour cela il va falloir vous entraîner un peu.  Je vous propose déjà de vous rendre par vous-même que c’est vrai à quel point votre visée est inefficace en courant.

Faîtes cet exercice la prochaine fois que vous aurez le temps. Placer un équipier à une bonne cinquantaine de mètre. Mettez un genou à terre et tirez lui une bille. Si vous êtes un peu entraîné il ne devrait pas y avoir de problème. Ensuite tapez votre sprint en tirant. Alors ? Vous êtes toujours aussi bon ? 😉

Faîtes baisser les têtes !

Le but n’est pas de toucher votre adversaire, car en vous déplaçant c’est extrêmement difficile. Non, il suffit de viser assez juste pour qu’il sente les billes claquées juste à côté de lui pour l’obliger à se mettre à couvert. On appel ça « faire baisser les têtes ».

Sur le principe on se doute parfaitement que l’adversaire à couvert derrière son muret est bien protégé. Néanmoins, en appliquant en feu très régulier et le plus précis possible on lui propose le marché suivant : « reste bien caché au alors tu risques fort de t’en prendre une ».

se poster après un bond

Imaginez-vous en position de tir, voir un adversaire courir au beau milieu de votre secteur de surveillance en tirant un peu n’ importe où. C’est naturel, si vous ne sentez pas les billes claquer à côté de vous, si vous ne vous sentez pas en danger, vous aller sortir la tête, l’aligner et l’éliminer facilement.

Se déplacer en faisant des bons

Tout d’abord, avant de vous élancer sous le feu potentiel de l’adversaire il est indispensable de visualiser votre prochaine couverture. On appel cela « faire un bon ».

Concrètement, vous être au point A et vous voulez vous rendre au point B. Distance : 40 mètres. Sur cette distance vous êtes sur de vous en prendre quelques unes. Donc il faut fractionner cette distance en autant de bons qu’il vous sera possible de faire. Alors sur ces 40 mètres nous avons un arbre à 5 mètres, puis une palissade 15 mètres plus loin.

Go pour un bon de 5 mètres jusqu’à l’arbre. On s’y arrête et on se protège. Puis on visualise le prochain bon et les zones dangereuses potentielles. Et Go ! On repart jusqu’à la palissade. On s’arrête et on se poste.

 Pour les 20 derniers mètres vous êtes totalement à découvert. L’adversaire vous à vu. Et il vous tire dessus. Il va falloir se désengager à un moment ou à un autre, donc se concentrer juste sur sa course et courir comme un dingue !

[layerslider id=”10″]

Appliquer un feu nourris et précis

Si vous êtes obligé de vous déplacer sous le feu et que vous êtes donc privé de couverture, il faut donc essayer de faire baisser les têtes. A vous de juger de la prise de risque en fonction du feu adverse. Il faut répliquer au moment le moins dangereux pour vous : entre 2 rafales ou pendant un changement de chargeur par exemple. Dès que vous le pouvez répliquez par une bonne rafale bien précise. L’adversaire se met alors à couvert.

Maintenant il faut à la fois se déplacer assez rapidement tout en appliquant un feu régulier et juste. Si votre adversaire est placé en perpendiculaire de votre trajectoire vous ne pourrez rien faire d’efficace. Il ne vous reste plus qu’à prendre vos jambes à votre coup !

Avancer et Tirer

Si vous restez en coup par coup, la prise de risque restera sans doute acceptable pour l’adversaire et il tentera sa chance. Alors qu’avec des petites rafales très régulières (une toutes deux secondes environ) vous appliquerez un feu quasi continu tout droit sur lui.

Pour vous déplacer ne le faites pas à la Chuck Norris, la réplique à la main comme un cow-boy. Non. Épaulez la réplique, visez le mieux possible et marchez en faisant de grands pas. Ainsi vous aurez une stabilité maximum entre chaque pas, donc au moment ou vous lâcherez votre rafale. Pour être le plus stable possible pendant le tir rentrez bien les coudes le long du corps. Et pour effacer au maximum votre silhouette ne restez pas droit comme un “i”, recroquevillez vous les bras le long de votre corps et baisser vous un peu.

Tir en déplacement

Sortez du découvert dès que possible

Une fois que vous sentez que votre point de couverture est à porté, envoyez une dernière bonne rafale avant de courir et de vous jetez à couvert.

Je vous conseille de vous entraîner à vous déplacer de cette façon. C’est un coup à prendre. Mais cela fait parfois nettement la différence. De plus cette méthode s’applique tout à fait lors des phases d’assaut, pour se désengager d’un feu. C’est un réflexe à prendre !!

Logo Airsoft Attitude Vieillit


Continue Reading
Advertisement
9 Comments

9 Comments

  1. Winters

    11/03/2013 at 16:13

    si vous progressez en groupe (ce qui normalement devrait toujours etre le cas ^^) il peut être utile d’effectuer un tir de couverture au premier du groupe ainsi, lorsque qu’il sera en position et à couvert il pourra lui aussi effectuer un tir de couverture pour les autres et ainsi de suite

  2. Hugues

    11/03/2013 at 16:42

    Très bonne remarque ! J’ai accentué les explications sur la façon dont devait se déplacer le joueur. Il me paraissait presque évident qu’il fallait apporter un feu de couverture mais tu as bien fait de le préciser !!

    Pour ceux que ça intéresse, je vous invite à lire cet article sur les progressions en appuis mutuels : https://www.airsoft-attitude.fr/progressions-tactiques-en-appui-mutuel/

  3. Winters

    11/03/2013 at 16:45

    que faites vous dans la vie, à part l’airsoft ? 🙂

    • Hugues

      11/03/2013 at 16:57

      Je travaillais dans les Télécom, orienté gestion de projet. Je recherche d’autres opportunités professionnelles actuellement. Sinon je suis aussi réserviste dans les TDM depuis quelques années.

  4. djale

    28/03/2013 at 01:41

    Super article ! Il y a qu’une seule chose qui m’a “choqué”

    En effet vous conseillez de faire de grand pas afin de tirer en mouvement tout en restant précis. Hors on enseigne dans beaucoup de corps d’armée le “pas du rat”

    Cela consiste en de petit pas rapide, comme si l’on collé chaque pied juste devant l’autre, afin de garder une conduite de tir stable, (en ayant les coudes collé le long du corps et en étant très légèrement penché en avant avec le fessier légèrement en arrière …rigolé pas, c’est la posture la plus stable pour être très precis tout en se ddéplaçant)

    • Hugues

      28/03/2013 at 13:54

      Salut Djale ! Oui tu as raison, la méthode décrite n’est ni plus ni moins qu’une adaptation de ce qu’on appelle effectivement le “pas du rat” et que l’on enseigne à l’armée.

      De mon côté (après l’enseignement subit souvent quelques variantes d’une unité à l’autre) j’ai appris à faire de grands pas, en levant bien haut les pieds, et en appliquant un feu en coup par coup ou doublette (2×1 coup) une fois le pied en l’air.
      – Pourquoi de grand pas ? Pour avancer plus rapidement puisque le “pat du rat” est en mode de déplacement appliqué lors des engagements. Donc il faut faire vite.
      – Pourquoi lever haut les pieds ? Parce que la vue est concentrée sur la visée, le champ de vision est réduit, et qu’on ne peut pas faire attention là où on met les pieds. C’est donc fait pour éviter de trébucher sur quelque chose.

      En tout cas merci pour ce commentaire Djale. Ca permet de développer un peu le sujet et d’apporter des précisions intéressantes ! 🙂

  5. djale

    30/03/2013 at 02:04

    Ok je ne connaissais pas cette technique de grand pas ! Après en airsoft chacun peut se déplacer à sa guise de la façon la plus confortable pour lui. En tout cas votre site est super et gagne à être connue.

    • Hugues

      30/03/2013 at 02:08

      Salut Djale. Oui je suis d’accord. Malgré toute la théorie possible et imaginable, il y aura toujours des principes fondamentaux qui l’emporteront. Et notamment que c’est le confort (je veux dire sa facilité de mise en pratique) du tireur qui prime, et aussi que c’est toujours le terrain qui commande (c’est à l’individu de s’adapter au terrain). Merci en tout cas pour tes encouragements ! A bientôt !

  6. Eth3r

    30/06/2014 at 10:38

    Encore une fois un très bon article, qui (re)pose des bases indispensables.
    J’aurais simplement ajouté en intro 2 éléments :

    1/ si vous êtes tout seul c’est qu’il y a un soucis :
    normalement, le seul cas où vous devez être seul sous le feu c’est que vos coéquipiers sont OUT. (le cas du sniper qui “chasse seul” est à part, et encore souvent il est en binome de TPLD ou TE + spotter)
    Toujours normalement, vous devez être en équipe ou au pire en binôme. Auquel cas les recommandations de l’appui mutuel s’appliquent https://www.airsoft-attitude.fr/progressions-tactiques-en-appui-mutuel/ vos chancesd e survie seront nettement meilleures.

    2/ si vous devez vous déplacer alors que l’adversaire vous a déja engagé, c’est que vous avez loupé quelque chose dans la phase de préparation (procédure de repli, notamment, qui prévoit un chemin de repli vous exposant le moins possible), que vous ne parvenez pas à appliquer les consignes sur la supériorité de feu https://www.airsoft-attitude.fr/la-superiorite-du-feu-en-3-points/ ou que “le plan ne s’est pas déroulé sans accroc” comme dirait Hannibal (les plus vieux comprendront) et donc que vous êtes dans une posture d’improvisation et d’adaptation à une situation assez dégradée.

    Bref, “franchir un découvert sous les tirs”, est “scénario catastrophe” auquel on doit se préparer, mais ne surtout pas rechercher ^^

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Astuces, Tactiques et Stratégies

Le sacrifice : mode d’emploi

C’est typiquement le concept du Kamikaze Japonais : faire plus de dégâts à l’adversaire que vous n’allez en subir. Vous devez donc être certain que si vous vous apprêtez à vous faire éliminer, ce sera pour éliminer plusieurs adversaires.

Published

on

By

Nous avions abordé le pourquoi du sacrifice à l’airsoft lors d’un précédent article .. voici la suite.

Se sacrifier pour faire un maximum de dégâts

C’est typiquement le concept du Kamikaze Japonais : faire plus de dégâts à l’adversaire que vous n’allez en subir. Vous devez donc être certain que si vous vous apprêtez à vous faire éliminer, ce sera pour éliminer au moins 2 adversaires en face.  Dans l’idée c’est ça, même si je trouve absurde l’idée d’être certain de perdre pour toucher seulement 2 adversaires !

Alors comment créer un maximum de dégâts chez l’adversaire ? 

  • En se constituant prisonnier en milieu clos avec une grenade dégoupillée sous ses vêtements qu’on laissera tomber au sol lors d’une fouille entouré d’un bon nombre de joueurs peu vigilants ?
  • En défense fixe derrière des protections adéquats ou correctement embusqué face à un bon groupe adverse qui saura vous détruire en 3 phases mais en payant le prix ?
  • En pénétrant avec une grenade de 40 mm dans une pièce pleine d’adversaires retranchés  ?

Se sacrifier pour limiter les dégâts

C’est souvent ce qu’on voit dans les films 🙂 “Vas-y court Maurice, je te couvre ! Et dit à ma femme que je l’aime !!” C’est naze on est d’accord, mais à l’airsoft ça s’applique parfaitement.

La question que je me pose tourne plutôt autour du choix du sacrifié. Comment procéder ? Alors soit un joueur annonce son sacrifice, soit le chef donne son ordre. Voici quelques pistes pour vous aider à choisir :

  • le serre-file, autrement dit celui qui est placé au bout d’une colonne lors d’un déplacement de troupe. Tout joueur désigné serre-file sait alors que lors d’un affrontement il doit se sacrifier si nécessaire. Comme ça c’est automatique et donc plus efficace !
  • le joueur qui est à court de munition et dont la capacité offensive est limitée. Charge à lui de se terrer et de ralentir la progression adverse.
  • le joueur le moins en forme physiquement. Personne en surpoids, asthmatique, uni-jambiste, ou toute personne qui a vraiment de très grosses difficultés à cavaler laisse les copains déguerpir au galop et retient l’adversaire tranquillement. Attention : je ne critique pas ces personnes !

C’est aussi le principe du garde ou de la sentinelle. Protéger un groupement ou une infrastructure, et a minima donner l’alerte quitte à se prendre une bille afin de garantir autant que possible la protection de ce qu’il devait garder.

Se sacrifier pour faire diversion

L’idée est de détourner l’attention et le regard de l’adversaire des mouvements et actions que votre groupe est en train d’opérer. Pour vous donner quelques exemples, un de vos équipiers peut attirer ceux d’en face afin de :

  • détourner les déplacements adverses vers une embuscade, une zone isolée, un cul de sac, loin des objectifs prioritaires, etc.
  • favoriser un mouvement de troupe allié en attirant la concentration des forces adverses vers des éléments isolés plutôt que sur le gros des troupes qui est alors libre de circuler librement sur le terrain.
  • attirer les forces adverses sans but réel (des fois casser toute logique mènera l’adversaire sur de fausses pistes).

Se sacrifier pour le Rôle Play

Le Rôle Play à son importance pour l’aspect immersif et le fun d’une partie. Si la nécessité l’oblige sacrifiez-vous !

  • en tant que prisonnier (ça m’est déjà arrivé, c’est terriblement frustrant mais c’est le jeu !). On se laisse capturer pour les scénaristiques du jeu..
  • en tant que blessé : on laisse son rôle de commandant ou combattant de côté pour devenir un blessé (voir un futur mort).

Se sacrifier pour l’accomplissement de la mission

La réussite de la mission prime sur le reste. Après tout, on est là pour atteindre nos objectifs et remporter la partie ?

  • Si votre mission est de protéger un VIP ; alors vous devez être prêt à prendre une bille pour le protéger.
  • Si votre mission est de faire exploser une bombe ; vous devez empêcher quiconque de l’approcher, même si vous êtes contre 10 !
  • Si votre mission est de ramener un objet, un document, une information ; alors vous devez pouvoir vous sacrifier pour être certain que l’objet, le document ou l’information soit ramené à bon port !
  • Etc, etc.

Continue Reading

Savoir-faire collectifs

Organisation d’une équipe en déplacement

Le déplacement est acte réflexe des plus importante du joueur d’airsoft et préserver les membres clés est une nécessité.

Published

on

By

Le déplacement est acte réflexe des plus importante du joueur d’airsoft, tout comme pour le vrai combattant. Pour quelques secondes de tirs, il aura fallu au joueur plusieurs minutes de déplacement voire plusieurs heures au soldat en opération.

La part de risques d’être attaqué ou de surprendre un adversaire lors d’un mouvement est donc très importante. Qui plus est, c’est à ce moment où vous êtes le plus vulnérable.

Afin de minimiser les pertes et augmenter le taux de survie chez vous (et le faire baisser chez l’autre), des tactiques de déplacement ont été développées.

Organisation d’une équipe en déplacement

Avant d’explorer plus en avant le chapitre, il existe un postulat obligatoire à la constitution d’un groupe de combat qui est celui-ci :

Une équipe, une escouade et tout groupe a toujours un leader ou chef d’équipe, qui donne les instructions au reste du groupe

Pour plus de commodités dans la production d’ordres, le leader peut désigner ses membres par des numéros ainsi que le nom du groupe auquel il appartient : par ex pour le groupe Echo (E) :

  • Le leader sera dénommé Echo leader
  • Thierry sera Echo 3
  • Fanny sera Echo 1
  • Jean-Louis sera Echo 2

Ainsi il est plus facile d’ordonner :

  • Echo 3, en appui !
  • Echo 1 en progression sur la droite !

Une équipe en mouvement peut être comparée à un navire cuirassé. Elle doit obéir à certains critères de bon fonctionnement.

La perte de l’un des membres du cadre rouge affectera grandement le déroulement du combat. Les préserver est une nécessité. Ils occupent une fonction non remplaçable sans équipement ou instruction préalable.

A savoir que le n°7, le pourvoyeur, n’est pas indispensable, par exemple si les règles de jeu autorisent l’emport de chargeurs Hi-Cap ne paralysant pas les joueurs pas un emport total de 200 ou 300 billes pour 10 chargeurs. Ainsi dégagé de la fonction de pourvoyeur, il peut occuper la fonction de mortier, grenadier avec des grenades de 40mm, tireur d’élite, etc. Voire être supprimé en l’absence de ces matériels. Il peut également cumuler ces différentes fonctions.

Pourquoi occupent-ils une position centrale dans la colonne de marche ?

  • En cas de marche sur l’adversaire, ce seront les éléments de tête qui seront en premier au contact de l’adversaire et donc susceptibles d’être sous le feu.
    • Perdre le leader dès les premiers tirs lors d’un combat empêche la production d’ordres et paralyse le groupe tout entier.
    • Perdre le soigneur en début de combat empêche la production de soins pour la suite du combat et diminue le taux de survie du groupe.
    • Perdre le radio en début de combat empêche la transmission d’ordres avec le PC comme l’envoi de renforts ou un appui-feu d’artillerie ou par aviation ou une évacuation héliportée par exemple.
    • Perdre le pourvoyeur en début de combat empêche la distribution de munitions durant le combat ou l’usage de matériel approprié (mortier, grenades de 40mm, grenades à main).
  • En cas de poursuite, ce seront les éléments à l’arrière qui seront les premiers sous le feu adverse.
  • Le leader a besoin de voir tous les membres de son groupe pour évaluer les pertes et les actions à corriger/mettre en place durant le feu.
  • Le leader a besoin de ne pas être exposé immédiatement au feu pour pouvoir transmettre au PC ses observations et recevoir les instructions.
  • Le pourvoyeur, s’il est équipé d’un matériel spécial, doit pouvoir avoir le temps et l’aisance pour en faire usage comme un mortier. Il ne peut pas faire feu avec celui-ci s’il est sous le feu direct de l’adversaire.
  • Le leader apprécie mieux si les distances de sécurité entre les membres sont respectées en position centrale.
  • Le leader peut plus facilement transmettre et recevoir des ordres par gestuelle s’il est en position centrale aux membres à l’avant comme à l’arrière.
  • En position centrale, le soigneur et le pourvoyeur sont équidistants des éléments de l’avant comme de l’arrière, ils parcourent donc une distance moindre sous le feu adverse, diminuant ainsi la probabilité d’être touchés en déplacement à découvert :

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

Se sacrifier à l’airsoft

Si on peut prendre tous les risques, et même se sacrifier, alors pourquoi ne pas adapter les techniques de combat ?

Published

on

By

On vous parle sans arrêt de tactiques et de stratégies opérationnelles que nous essayons d’adapter autant que possible au monde de l’airsoft. Aujourd’hui on innove et on va vous parler d’un thème inédit dont personne ne parle et qui pourtant et totalement adapté à l’airsoft.

Le sacrifice !

L’airsoft est loisir. On utilise des petites billes de 6 mm en plastique et c’est non létal ! Donc, sauf accident extraordinaire vous ne devriez ni être blessé, ni mourir en jouant. La plus grande pénalité est d’être touché, et de se taper un aller-retour à pied au respawn. Avouez que c’est pas très méchant comme sanction. En vrai, en conditions réelles, la sanction du feu c’est une blessure ou la mort par balle (ou autre joyeuseté de l’armement). Forcément cela change tout je ne vous apprends rien.

Donc si on ne peut pas mourir, on peut se permettre d’appréhender le risque différemment.  Ce qui influe sur le comportement, et notamment la prise de risque maximum en allant jusqu’au sacrifice !

Alors si on peut prendre tous les risques, et même se sacrifier, alors pourquoi ne pas adapter quelques techniques spécifiquement adaptées au don de soi aux billes ennemies ? 🙂

L’esprit d’équipe

La notion de sacrifice se fera toujours au bénéfice de l’équipe. Il faut donc avoir cet esprit de groupe qui vous permettra de perdre individuellement pour offrir une chance à vos équipiers et alliés de poursuivre la mission et la partie. Ce n’est pas donné à tout le monde de réfléchir comme ça.

La première étape est donc de savoir avec qui vous jouez. Certaines équipes sont parfois constituées de personnes assez égocentriques. Ce genre de personnes qui sont les meilleures, veulent tout gagner et ne jamais perdre… vous voyez le genre ? Avec de telles équipes à vos côtés vous pouvez oublier ce type de stratégies ; ce sera chacun pour sa peau.

N’hésitez pas après avoir lu cet article à en parler à vos camarades et à réfléchir ensemble aux options de sacrifices qui peuvent s’offrir à vous. N’hésitez pas à revenir en commentaire nous dire ce que vous en pensez et ce que vous avez essayé de mettre en place de votre côté ! Votre avis compte !!

Prochainement nous vous donnerons quelques petites idées sur comment se sacrifier efficacement (je n’aurai jamais cru écrire ça un jour tiens…)

Voir aussi notre article sur ce stratagème : 11- Le prunier sèche à la place du pêcher 

Continue Reading

Rejoignez-nous sur Facebook

Explorer une thématique

Tendance

Copyright © 2012 Blog Airsoft Attitude - Pour nous contacter : blog.airsoftattitude@gmail.com