Connect with us

Astuces, Tactiques et Stratégies

Comment intimider et stresser son adversaire ?

Published

on

Ce blog n’a pas vocation à faire de la politique ou traiter de sujets militaires. Cependant, j’aimerai faire un parallèle entre un sujet d’actualité et les leviers psychologiques au combat appliqués aux parties d’Airsoft.

En fait je voudrais vous parler du Fantôme du Mali et pourquoi cette histoire de foulard à tête de mort à pu faire autant de bruit dans nos médias, et ce que l’on pourrait en retenir concernant l’Airsoft. Je vous invite notamment à lire cet article sur le sujet : Mali que cache le masque de Ghost ?

Ghost Mali, ghost, masque, stalker, intimider, intimidation, faire peur, airsoft, psychologie, commando

« Les règlements sont faits pour les Soldats et non pour les Guerriers ; 
la bataille se rit du code, elle en exige un nouveau, innové par elle
et pour elle et qui disparaît dès qu’elle est terminée. » 
Napoléon Bonaparte

 

La pression psychologique

Au combat les pressions psychologiques jouent un rôle déterminant lors des batailles : fatigue, doute, stress, peur, etc. C’est d’ailleurs tout à fait normal puisque il existe le risque réel d’être gravement blessé ou de perdre la vie.

En Airsoft nous sommes bien loin de tout ça. Nous on joue, on s’amuse, on fait semblant. Pourtant il réside une part de pression psychologique, qui correctement utilisée peut devenir un avantage pour vous !

ghost, masque, stalker, intimider, intimidation, faire peur, airsoft, psychologie, commando

Pour en revenir au fantôme du Mali et sans rentrer dans la polémique, il est évident que ce foulard à tête de mort à eu un effet médiatique et psychologique considérable. Il traduit la vision d’un squelette, de la mort, et mine de rien, même si ce n’est qu’un bête foulard, l’impact est là quelque part dans l’esprit humain.

Et en Airsoft vous avez aussi la possibilité de prendre un ascendant psychologique sur votre adversaire. Même si ce n’est que l’espace d’une seconde ou deux cela peut faire la différence. Cela fait aussi partit du combat. Nous sommes des êtres humains, et nous avons tous des réflexes pour nous protéger et nous sauvegarder contre un potentiel danger. Et oui ! Pourquoi croyez-vous que vous sursautez quand quelqu’un vous fait peur ? C’est l’adrénaline qui monte en vous pour que vous soyez prêt à prendre la fuite. C’est normal ..

Comment intimider et stresser son adversaire ?

Plusieurs leviers sont à votre disposition :

Utiliser sa voix tout simplement. Votre voix n’est pas qu’un moyen de communiquer. Lors des phases d’engagement crier permet à la fois de beaucoup mieux vous faire comprendre de vos alliés, mais aussi de surprendre et d’intimider vos adversaires. L’effet psychologique est très très fort ! Si vous pénétrez en groupe dans un bâtiment tout en criant sur l’adversaire vous aurez un avantage tactique indéniable. Votre groupe aura un sentiment d’unité et se sentira galvanisé et plus confiant et plus combatif  Et je vous assure que votre adversaire sera très surpris et déstabilisé l’espace de quelques instants.

ghost, masque, stalker, intimider, intimidation, faire peur, airsoft, psychologie, commando

Etre invisible tout en harcelant l’adversaire. Bien souvent la prérogative d’un bon sniper. Tapis dans l’ombre, guetter patiemment l’adversaire et l’éliminer. Se faire éliminer par un fantôme c’est très agaçant et ça joue assez vite sur les nerfs et la patience !

ghost, masque, stalker, intimider, intimidation, faire peur, airsoft, psychologie, commando

Travailler en équipe et montrer que vous être bien organisé. Vous aurez un impact et un ascendant psychologique exceptionnel sur des adversaires isolés ou en petits groupes. Imaginez vous faire charger par toute une équipe soudée, rapide et aux gestes précis. Vous vous sentirez dépassé immédiatement !

ghost, masque, stalker, intimider, intimidation, faire peur, airsoft, psychologie, commando

Vos Gears et accessoires. Visuellement il peut y avoir un impact. Tout comme le Fantôme du Mali. Il paraît que l’habit de fait pas le moine. Et pourtant je suis convaincu du contraire. Vous prendrez très certainement un joueur en jogging basket moins impressionnant qu’un autre équipé de façon plus guerrière.

Alors, vous aussi vous voulez un masque Ghost ?

Logo Airsoft Attitude Vieillit


Continue Reading
Advertisement
12 Comments

12 Comments

  1. Pierre

    30/03/2013 at 13:22

    Toutes ces astuces sont un régale à lire , bonne continuation 😉

    • Hugues

      30/03/2013 at 13:24

      Merci Pierre ! J’espère que toutes ces infos pourrons surtout servir et être appliquées en partie !

  2. Maxime

    09/04/2013 at 17:55

    Moi je m’habille en soviétique et hurler “Davaï” ou “charger” ça fait peur, surtout quand tu es un spécialiste de la charge a la baïonnette ^^

    • Hugues

      09/04/2013 at 18:05

      Déjà, à la base les Soviétiques ils font plutôt peur en général. Alors voir un Ruskoff charger en hurlant effectivement ça doit faire son petit effet, ou tout du moins surprendre l’espace d’un instant ^^

  3. Llunatik

    10/04/2013 at 09:23

    En CQB ça marche très très bien: faire une entrée dynamique dans une pièce à 4 en hurlant, ça donne déjà un énorme avantage sur l’adversaire qui en général met quelques secondes à réaliser ce qu’il se passe. Secondes décisives qui permettent de régler proprement l’occupation de la pièce 😉

    • Hugues

      10/04/2013 at 13:07

      Et oui Llunatik !! Le phénomène de “la charge” à toujours été quelque chose d’extrêmement stressant et angoissant pour toutes les unités militaires (ou non) qui été prises pour cible. Et ce quelque que soit les armées, les époques et la méthode utilisée.

      Un groupe déterminé, organisé, rapide et brutal (bon en Airsoft mollo quand même hein) qui vient à vous surprendre c’est plus que déstabilisant ! D’autant plus en CQB je pense avec des petites pièces ou on est directement au contact, ou le volume d’assaillant paraît décuplé, et ou la réverbération du son est amplifiée.

      C’est le principe de nos unités d’intervention ou de la police tout simplement qui viennent chercher le suspects (même les plus aguerris) au petit matin chez eux. Pour l’anecdote, il n’est pas rare que certaines personnes s’urinent dessus de peur. (à replacer dans le contexte ou là on est dans le domaine de l’Intervention et que personne n’est là pour rigoler ou jouer).

      Du reste, en CQB le taux de perte (ou élimination) est souvent très très élevé et ce dans les 2 camps. Néanmoins la charge d’une équipe entraînée et soudée permet de prendre le dessus. D’autant plus qu’ici en Airsoft, les 2 camps sont là, savent que l’action est imminente et sont donc aux aguets prêt à en découdre. L’idéal je pense, est que pour faire propre et minimiser les risques il faut avoir un très bon stock de grenade !!! 🙂

  4. Pingback: Utilité des masques au combat ? | Airsoft AttitudeAirsoft Attitude

  5. Inau

    02/08/2013 at 14:41

    Le fait de porter un masque a motif inspire déjà une certaine volonté d’intimider, alors que porter un masque totalement noir donne un effet plus mystérieux, donc, je pense, plus intimidant. L’effet est renforcé si le joueur n’est pas loquace d’ailleurs ! =)

  6. marc

    10/05/2014 at 20:35

    les grosses cadences de tire sur les répliques de soutien, sa peut faire peur

    https://www.youtube.com/watch?v=oUBylHnRalU

    https://www.youtube.com/watch?v=PMmf6ZUADYQ

  7. Metallicus

    20/12/2014 at 02:22

    Je déterre un peu cet article (de qualité) pour apporter mon expérience de ce genre de tactique :

    Lors d’une OP, je dirigeais un groupe constitué de membres de ma teams (les Hell Hunters, dans l’Aube) et de freelancers contre l’aile gauche du dispositif défensif adverse. Celui-ci se situait au pied d’une colline boisée, et nous pensions avoir aisément le dessus, quand nous nous rendîmes compte qu’il était en fait constitué de deux lignes de tranchées successives, et que la pente de la colline était dégarnie d’arbres, rendant tout progression à couvert impossible.
    Après 20 longues minutes de fusillades stériles, je donnais l’ordre aux joueurs les plus proches de charger avec moi en hurlant de toutes leurs tripes, tout en demandant un tir de couverture de notre batteuse. Lorsque mes camarades me virent sauter à découvert et courir en criant “YALLAH !”, un élan général s’ensuivit, et se furent bientôt une quinzaine de joueurs qui s’élancèrent à l’assaut de la première ligne de tranchée, sous les tirs de couverture d’une LMG et d’un sniper. L’impact psychologique fut énorme : les 3/4 des défenseurs quittèrent immédiatement leurs positions pour refluer vers la seconde ligne. Lorsque nous atteignîmes la première ligne (en roulé-boulé pour ma part), nous vidâmes nos chargeurs sur les quelques derniers ennemis, dont encore la moitié avait essayé de s’enfuir, se faisant ainsi mettre Out dans le No Man’s Land.
    Au prix de 5 joueurs Out chez nous, vite soignés par notre médic, nous venions de prendre une position défendue par autant de défenseurs, qui nous auraient aisément repoussé s’ils n’avaient pas pris peur et quitté leur poste.
    Il s’agit là d’un des meilleurs trips d’airsoft de ma vie. Le shoot d’adrénaline quand on charge en hurlant booste tous les réflexes et donne un courage insensé, ainsi qu’une véritable impression de puissance. J’ose imaginer que la charge était encore plus impressionnante vue des tranchées, car voir 15 joueurs hurler en dévalant une colline doit avoir son petit effet, surtout sans leader pour maintenir la cohésion des défenseurs ; d’où la désagrégation du dispositif.
    Je joue maintenant beaucoup sur la psychologie : grenades dummy, harcèlement, cris de guerre (en bâtiment, là où ça résonne), faux ordres gueulés en l’air (laissant croire à deux groupes d’assaut coordonnés alors que nous ne sommes que quelques joueurs), et dernièrement, utilisation d’armes de GN (jeu de rôle grandeur nature, avec armes de corps-à-corps en mousse et latex), comme une épée ou une hache à une main en plus de mon PA (ça fait grave flipper, je vous le jure).

    • Hugues

      22/12/2014 at 17:17

      Yeah ! C’est exactement ça ! Semer le doute en face. Faire peur. Et profiter d’une désorganisation et d’un absence de Lead ! Beaucoup en rigole. Mais les techniques marchent bien. Pas systèmatiquement certes mais les résultats sont intéressants ! Merci pour ton témoignage !!

  8. Anonyme

    08/02/2015 at 23:18

    Je commente malgré que ce post soit assez ancien. Déjà je tiens à dire qu’il est très instructif et je voulais rajouter un petit truc en plus que je juge intéressant, le bruit. En effet de nombreux terrain possède des infrastructures en bois (style palette planche …) et je parle en connaissance de causes souvent même a très faible puissance les billes claque avec un bruit assez fort quand elle heurte se genre de parois ! C’est pour ça que je conseille pour “fixer” quelqu’un à couvert derrière de tiré volontairement dans le bois le bruit des billes qui claque à cotés de ses oreilles dissuade pas mal en général. Voilà en espérant avoir été assez clair et bon jeu à tous !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Astuces, Tactiques et Stratégies

10- Dissimuler une épée sous un sourire

Published

on

By

10ème stratagème :

Dissimuler une épée sous un sourire

Principe :

Pour que tes adversaires soient sereins et sans crainte, dissimule l’hostilité sous l’apparence de l’amitié.
Une autre formulation de ce stratagème est “Miel aux lèvres, épée au ventre“. Rassurez l’ennemi pour le rendre négligent, travaillez en secret pour le subjuguer, préparez-vous pleinement avant de passer à l’action pour empêcher l’ennemi de changer d’état d’esprit : c’est la méthode pour dissimuler une puissante volonté sous une apparente docilité.

Une personne avec un visage souriant et un cœur cruel est connu dans le folklore chinois comme le “tigre souriant“. À la guerre, acquérir une sagesse tardive en prenant conscience du caractère dangereux des “tigres souriants” n’a que peu d’utilité, car son prix en fait un luxe excessif.

En conséquence, une proposition de paix sera toujours reçue avec suspicion tant que le résultat de la guerre n’est pas manifeste.

 

Source historique :

Les formules font référence à Li Yifu, fonctionnaire officiel, et à Li Linfu, chancelier impérial du VIIIe siècle, tous deux célèbres pour leur fourberie. Après la mort de Mao Zedong, les membres de la Bande des Quatre furent présentés comme des disciples zélés de Li Linfu, auquel Mao comparait par ailleurs les impérialistes, en recommandant de combattre l’esprit de Li Yifu et de Li Linfu qu’il dépeint ainsi : “Se soumettre en apparence, mais s’opposer intérieurement, dire oui, mais penser le contraire, prononcer de belles paroles face aux gens, mais intriguer contre eux par derrière – telles sont les manifestations de la duplicité.


Adaptation à l’airsoft :

Cacher sa force et son agressivité à l’adversaire

Cacher sa force ..

Vous est-il déjà arrivé en début de partie, au briefing, de scruter vos adversaires ? D’étudier leur attitude, leur équipement, de chercher à comprendre quelles sont les équipes constituées ? Si oui, dites vous que les joueurs d’en face aussi …

Une partie d’airsoft commence dès le briefing. A ce moment là vous montrer en toute transparence à vos adversaire (et eux aussi) la nature de vos forces :

  • combien vous êtes et si vous êtes organisés et discipliné
  • vos moyens radios
  • vos moyens de combattre (répliques, PA, grenades, boucliers, mines, etc)

A ce moment là, et selon votre degré de fourberie, il peut être intéressant de cacher certains de vos atouts afin de pouvoir les utiliser à bon escient une fois en jeux. Je pense notamment aux boucliers, aux mitrailleuses, au grenades à main et grenades de 40 mm.

Un adversaire qui pense que vous êtes sous équipé, désorganisé voir idiot aura sans doute tendance à se regrouper bêtement dans une pièce en équipe constituée. Alors que si il voit que toute votre équipe est dôté de grenades à main, il sera sans doute sur ses gardes et enclin à faire plus attention..

Cacher son agressivité..

Je parie que vous vous méfiez très fortement des équipes qui se déplacent avec une technicité et un savoir faire collectif apparent ? Je parie même que vous avez tendance à éviter de vous retrouver au contact contre eux ! Et qu’au contraire vous vous sentez plus à l’aise quand en face vous voyez courir les bonhommes à découvert comme des lapins et que vous leur donner même la chasse !

Nous sommes tous fait pareille ! Nous chassons d’abord les plus faibles, et non les plus forts.

Alors feintez alors la faiblesse, la désorganisation,et l’indiscipline, afin de laisser venir à vous les joueurs sûr d’eux et de leur supériorité. Patrouillez les mains dans les poches, la réplique tenue comme un cowboy du dimanche en vous promenant à découvert .. et prévoyez vos embuscades en parallèle afin de cueillir vos adversaires !

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

CQB : c’est quoi une pièce ?

Published

on

By

J’étais en train de réfléchir à de supers articles bien compliqués et bien techniques, quand je me suis dit “hey mais attend, il y a aussi des sujets supers basiques qui peuvent être tout aussi intéressant ! Et qui en plus sont pratiqués à chaque partie !

Allez hop, voyons ensemble comment aborder une pièce en CQB. C’est à dire comment percevoir l’environnement, ses dangers, et donc la façon de traiter l’espace en CQB.

La structure d’une pièce

Chaque pièce est différente, nous sommes d’accord. Mais elles ont quasiment toute la même structure de base :

  • un sol
  • un plafond
  • des murs
  • des ouvertures

N.B : Dans cet article, nous traiterons exclusivement de la position à tenir, et non de la position à prendre. Nous imaginons donc que les pièces sont vides de tout occupant et que nous choisissons d’y prendre position.

Attention : chaque pièce a bien évidemment ses spécificités : mobilier, machines, déchets, gravas, acoustique, etc. Ces éléments ne seront pas abordés ici.

La nature des ouvertures

Voici une liste non exhaustive des ouvertures les plus courantes que vous pouvez rencontrer :

  • encadrement de porte, porte, double porte, porte de garage, porte coulissante, ..
  • fenêtre simple, fenêtre à double battant, velux, ..
  • trappe d’accès
  • escalier droit, escalier en colimaçon
  • couloir
  • trou (de la taille d’une main ou de la taille d’un homme)

Les différentes catégories d’ouvertures :

  • les ouvertures ouvertes : un trou, une fenêtre ouverte, une porte ouverte, un escalier, ..
  • les ouvertures fermées : une fenêtre fermée, une porte fermée, une trappe fermée, ..
  • les ouvertures extérieures : qui donnent directement dehors (le plus souvent portes et fenêtres)
  • les ouvertures intérieures : qui relient les pièces entres elles (porte, couloir, escalier, ..)

Les dangers liés aux ouvertures sont de 2 types :

  • directs, avec le risque d’être touché,
  • indirects, avec le risque d’être repéré.

Et en tout logique :

  • Les ouvertures ouvertes présentent des risques directs et indirects,
  • Les ouvertures fermées vous protègent dans un premier temps de tous risques,
  • Si vous pénétrez un bâtiments inconnu alors les ouvertures ouvertes intérieures sont les plus dangereuses,
  • Si vous défendez un bâtiment reconnu alors les ouvertures ouvertes extérieures sont les plus dangereuses.

Vous voyez ? C’est assez simple en réalité. Il faut juste se le dire. Et cela vous permet alors de prendre les positions adéquats en fonction de l’environnement et de la situation.

Les ouvertures sont donc à considérer et traiter par automatisme. Il faut réagir comme si vous étiez en voiture :

  • Feux rouge : je ne passe pas et je m’arrête
  • Feux vert : je regarde à droite et à gauche et j’avance
  • Ligne blanche : je ne passe pas, je m’arrête, je regarde à droite et à gauche et j’avance
  • Cédez le passage : je ralentis, je regarde à droite et à gauche, si il n’y a rien j’avance et si il y a quelque chose je m’arrête.

Vous voyez l’idée ? Il ne faut pas se poser la question de comment je dois faire lorsqu’on est face à tel ou tel type d’ouverture. Il faut plutôt l’aborder de façon spécifique et automatique.

Quelques exemples :

  • Une porte fermée = ouverture fermée sur l’extérieur = Safe.
  • Une porte ouverte = ouverture ouverte sur l’extérieur = Danger ! Danger ! (Danger direct et indirect + possibilité de passage de l’ennemi)
  • Une fenêtre ouverte = ouverture ouverte sur extérieure = Danger ! (Danger direct et indirect)

Ne vous inquiétez pas, c’est comme la conduite. Au début il faut beaucoup réfléchir, à la fin ça vient tout seul 🙂 Pour se faire, il faut catégoriser les ouvertures et leur attribuer un certain niveau de risque (on verra le niveau de danger au paragraphe suivant).

Le danger : les ouvertures

C’est évident mais il faut bien le garder à l’esprit : le seul danger vient toujours des ouvertures ! Et dans un premier temps des ouvertures ouvertes qui vous exposent immédiatement aux coups et au regard de l’adversaire !!

N’oubliez pas non plus que les pièces sont des environnement à 3 dimensions. Il faut donc prendre systématiquement en compte qu’il y a un sol, des murs et un plafond. Et ne pas se focaliser que sur les murs (le réflexe de base). Les sols et plafonds peuvent eux aussi comporter des ouvertures (escaliers, trappes, trous..), et être sources de danger voir même d’accidents !

Les dangers indirects :

  • être repéré visuellement par l’ennemi à travers une ouverture
  • ne pas être en capacité de voir l’extérieur et les mouvements adverses par le manque d’ouvertures ! (c’est très important aussi)
  • ne pas avoir la possibilité d’avoir un ou plusieurs chemins de replis par le manque d’ouvertures !

Les dangers directs :

  • être touché par une bille
  • avoir des ouvertures trop grande qui permettent facilement le lancer de grenades
  • avoir trop d’ouvertures qui permettent un assaut combiné par plusieurs voies

L’erreur : la perception

L’erreur à ne surtout pas commettre, c’est de voir une pièce selon vos référentiels de la vie de tous les jours. C’est à dire de voir une cuisine comme une cuisine, un salon comme un salon, une chambre comme une chambre, les wc comme des wc. C’est une erreur de perception !

Vous ne devez plus voir une pièce par sa nature, car cela va vous renvoyer à sa fonction, et vous écarter de votre vision combat ! En ayant une réflexion par nature votre cerveau va partir sur des réflexes de la vie quotidienne :

  • Cuisine : c’est fait pour faire à manger. Il y a des ustensiles de cuisine. Les meubles hauts sont ouverts et il reste des assiettes. On dirait les assiettes de ma grand mère..
  • Salon : c’est fait pour se reposer. C’est marrant il y a encore le canapé. Putain ce qu’il est sale. J’hésite à me poser dessus tiens ..
  • Chambre : c’est fait pour dormir. Des gens dormait ici ? Je me demande à quoi ça ressemblait avant ? Oh la barre, y a une culotte dans le coin !
  • Wc : c’est pour faire ses besoins. Vu l’état de la baraque même pas je vais voir. Ça doit être dégueulasse !

Si vous réagissez comme ça, c’est que vous faîtes une belle erreur de perception. Vous n’êtes pas en train de visiter une maison. Vous faîtes du combat dans un bâtiment. Ça n’a strictement rien à voir !

Structurer et hiérarchiser l’espace

Voici comment votre cerveau doit fonctionner (toujours en partant du constat que le bâtiment est reconnu est vide). Vous devez réfléchir en prenant en compte les espaces, la nature des ouvertures et le type de danger :

Cuisine :

  • 2 ouvertures ouvertes extérieures. Danger Danger !
  • 1 ouverture fermée extérieure. Safe.
  • 1 ouverture ouverte vers le salon. Safe.

Salon :

  • 3 ouvertures fermées extérieures. Safe.
  • 3 ouvertures ouvertes intérieures vers cuisine, chambre et WC. Safe.

Chambre :

  • 2 ouvertures fermées extérieures. Safe.
  • 1 ouverture ouverte vers le salon. Safe.

WC :

  • 1 ouverture fermée intérieure. Safe.

Etat des lieux :

  1. La cuisine représente des dangers directs très importants. Je dois faire très attention !
  2. Le salon a des ouvertures fermées sur l’extérieur qui peuvent servir pour un assaut simultané comme pour un chemin de repli. Je dois pouvoir voir ce qu’il se passe dehors au niveau du salon si nécessaire.
  3. Les autres pièces permettent de se retrancher et communiquer facilement entre elles.

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

09- Regarder le feu depuis la rive opposée

Published

on

By

9ème stratagème :

Regarder le feu depuis la rive opposée

Principe :

Laisse tes adversaires se déchirer entre eux pendant que tu attends en regardant, et plus tard balaye le survivant épuisé.

Stratagème de la non-intervention, du non-agir et de l’attente patiente, version qui peut même devenir non violente de “la vengeance est un plat qui se mange froid“, éloge du renvoi à plus tard de certaines affaires urgentes.

Agir au moment opportun apporte la félicité, et il est recommandé à la guerre d’attendre le moment propice pour agir : tel le tonnerre qui ne frappe pas durant l’hiver, un chef militaire se retient d’agir jusqu’au moment favorable. Un bon général doit en effet maîtriser l’art du retard. Il ne doit pas chercher la confrontation à tout prix mais patienter jusqu’au meilleur moment pour attaquer, idéalement quand son armée est au mieux de sa forme et quand l’adversaire est au plus bas. Tel est le principe de base de toutes les stratégies agissant à retardement.

Pour moissonner les lauriers d’une guerre, usez de divers éléments d’une autre règle de base de la guerre : l’utilisation de forces extérieures pour parvenir à vos fins. On met ainsi en rapport cette stratégie avec la stratégie n°3 : “Tuer avec un couteau d’emprunt”, ce qui est toutefois plus difficile à mettre en œuvre car il faut le plus souvent manipuler conjointement plusieurs forces, qu’elles soient alliées, ennemies ou indépendantes.

Source historique :

En juin 1948, pendant la guerre civile chinoise, l’armée rouge assiège la ville de Changchun qui est défendue par quelques 100 000 hommes fidèles à Chiang Kai-shek, dans le camp duquel existent de profondes dissensions. Les vivres viennent à manquer, et les conflits débouchent sur la rébellion d’un grand nombre de soldats qui refusent les ordres de rompre l’encerclement : la ville est prise sans combat.


Adaptation à l’airsoft :

Intervenir une fois que l’orage est passé

Sachez profiter des confrontations en fonction de l’intensité des échanges, de votre position, des forces dont vous disposez ainsi que des parties impliquées. L’idée maîtresse de ce concept est de maximiser le bénéfice de votre intervention et de surtout minimiser le risque pour vous !

En intervenant au milieu d’un échange musclé vous risquez :

  • un tir ami
  • un tir ennemi
  • de consommer plus de munitions.

Intervenir trop tôt tête baissée dans un échange peut paraître héroïque et courageux mais dans l’histoire c’est vous le premier qui risquez d’y laisser des plumes.

Ce concept s’adapte tout à fait au combat de nuit. Dans l’obscurité il est difficile d’identifier qui est qui, qui est où, qui tire sur qui. Profitez des faveurs d’une confrontation entre un allié et l’adversaire pour rester à couvert, observer, analyser, comprendre et vous préparer. Et au moment opportun engagez vos forces pour soulager vos alliées et affaiblir votre adversaire.

Sur des parties vous agirez très souvent en collaboration avec d’autres équipes. Sachez les utiliser à bonne escient. Si vos alliés sont fougueux et têtes brûlées, autant les utiliser pour localiser l’adversaire, le chasser, l’affaiblir. Profitez(en pour garder vos forces, vos hommes, vos munitions, et vous préparer à prendre part aux combats sous l’angle qui vous sera le plus avantageux !

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Rejoignez-nous sur Facebook

Explorer une thématique

Tendance

Copyright © 2012 Blog Airsoft Attitude - Pour nous contacter : blog.airsoftattitude@gmail.com