Connect with us

Astuces, Tactiques et Stratégies

Comment intimider et stresser son adversaire ?

Published

on

Ce blog n’a pas vocation à faire de la politique ou traiter de sujets militaires. Cependant, j’aimerai faire un parallèle entre un sujet d’actualité et les leviers psychologiques au combat appliqués aux parties d’Airsoft.

En fait je voudrais vous parler du Fantôme du Mali et pourquoi cette histoire de foulard à tête de mort à pu faire autant de bruit dans nos médias, et ce que l’on pourrait en retenir concernant l’Airsoft. Je vous invite notamment à lire cet article sur le sujet : Mali que cache le masque de Ghost ?

Ghost Mali, ghost, masque, stalker, intimider, intimidation, faire peur, airsoft, psychologie, commando

« Les règlements sont faits pour les Soldats et non pour les Guerriers ; 
la bataille se rit du code, elle en exige un nouveau, innové par elle
et pour elle et qui disparaît dès qu’elle est terminée. » 
Napoléon Bonaparte

 

La pression psychologique

Au combat les pressions psychologiques jouent un rôle déterminant lors des batailles : fatigue, doute, stress, peur, etc. C’est d’ailleurs tout à fait normal puisque il existe le risque réel d’être gravement blessé ou de perdre la vie.

En Airsoft nous sommes bien loin de tout ça. Nous on joue, on s’amuse, on fait semblant. Pourtant il réside une part de pression psychologique, qui correctement utilisée peut devenir un avantage pour vous !

ghost, masque, stalker, intimider, intimidation, faire peur, airsoft, psychologie, commando

Pour en revenir au fantôme du Mali et sans rentrer dans la polémique, il est évident que ce foulard à tête de mort à eu un effet médiatique et psychologique considérable. Il traduit la vision d’un squelette, de la mort, et mine de rien, même si ce n’est qu’un bête foulard, l’impact est là quelque part dans l’esprit humain.

Et en Airsoft vous avez aussi la possibilité de prendre un ascendant psychologique sur votre adversaire. Même si ce n’est que l’espace d’une seconde ou deux cela peut faire la différence. Cela fait aussi partit du combat. Nous sommes des êtres humains, et nous avons tous des réflexes pour nous protéger et nous sauvegarder contre un potentiel danger. Et oui ! Pourquoi croyez-vous que vous sursautez quand quelqu’un vous fait peur ? C’est l’adrénaline qui monte en vous pour que vous soyez prêt à prendre la fuite. C’est normal ..

Comment intimider et stresser son adversaire ?

Plusieurs leviers sont à votre disposition :

Utiliser sa voix tout simplement. Votre voix n’est pas qu’un moyen de communiquer. Lors des phases d’engagement crier permet à la fois de beaucoup mieux vous faire comprendre de vos alliés, mais aussi de surprendre et d’intimider vos adversaires. L’effet psychologique est très très fort ! Si vous pénétrez en groupe dans un bâtiment tout en criant sur l’adversaire vous aurez un avantage tactique indéniable. Votre groupe aura un sentiment d’unité et se sentira galvanisé et plus confiant et plus combatif  Et je vous assure que votre adversaire sera très surpris et déstabilisé l’espace de quelques instants.

ghost, masque, stalker, intimider, intimidation, faire peur, airsoft, psychologie, commando

Etre invisible tout en harcelant l’adversaire. Bien souvent la prérogative d’un bon sniper. Tapis dans l’ombre, guetter patiemment l’adversaire et l’éliminer. Se faire éliminer par un fantôme c’est très agaçant et ça joue assez vite sur les nerfs et la patience !

ghost, masque, stalker, intimider, intimidation, faire peur, airsoft, psychologie, commando

Travailler en équipe et montrer que vous être bien organisé. Vous aurez un impact et un ascendant psychologique exceptionnel sur des adversaires isolés ou en petits groupes. Imaginez vous faire charger par toute une équipe soudée, rapide et aux gestes précis. Vous vous sentirez dépassé immédiatement !

ghost, masque, stalker, intimider, intimidation, faire peur, airsoft, psychologie, commando

Vos Gears et accessoires. Visuellement il peut y avoir un impact. Tout comme le Fantôme du Mali. Il paraît que l’habit de fait pas le moine. Et pourtant je suis convaincu du contraire. Vous prendrez très certainement un joueur en jogging basket moins impressionnant qu’un autre équipé de façon plus guerrière.

Alors, vous aussi vous voulez un masque Ghost ?

Logo Airsoft Attitude Vieillit


Continue Reading
Advertisement
12 Comments

12 Comments

  1. Pierre

    30/03/2013 at 13:22

    Toutes ces astuces sont un régale à lire , bonne continuation 😉

    • Hugues

      30/03/2013 at 13:24

      Merci Pierre ! J’espère que toutes ces infos pourrons surtout servir et être appliquées en partie !

  2. Maxime

    09/04/2013 at 17:55

    Moi je m’habille en soviétique et hurler “Davaï” ou “charger” ça fait peur, surtout quand tu es un spécialiste de la charge a la baïonnette ^^

    • Hugues

      09/04/2013 at 18:05

      Déjà, à la base les Soviétiques ils font plutôt peur en général. Alors voir un Ruskoff charger en hurlant effectivement ça doit faire son petit effet, ou tout du moins surprendre l’espace d’un instant ^^

  3. Llunatik

    10/04/2013 at 09:23

    En CQB ça marche très très bien: faire une entrée dynamique dans une pièce à 4 en hurlant, ça donne déjà un énorme avantage sur l’adversaire qui en général met quelques secondes à réaliser ce qu’il se passe. Secondes décisives qui permettent de régler proprement l’occupation de la pièce 😉

    • Hugues

      10/04/2013 at 13:07

      Et oui Llunatik !! Le phénomène de “la charge” à toujours été quelque chose d’extrêmement stressant et angoissant pour toutes les unités militaires (ou non) qui été prises pour cible. Et ce quelque que soit les armées, les époques et la méthode utilisée.

      Un groupe déterminé, organisé, rapide et brutal (bon en Airsoft mollo quand même hein) qui vient à vous surprendre c’est plus que déstabilisant ! D’autant plus en CQB je pense avec des petites pièces ou on est directement au contact, ou le volume d’assaillant paraît décuplé, et ou la réverbération du son est amplifiée.

      C’est le principe de nos unités d’intervention ou de la police tout simplement qui viennent chercher le suspects (même les plus aguerris) au petit matin chez eux. Pour l’anecdote, il n’est pas rare que certaines personnes s’urinent dessus de peur. (à replacer dans le contexte ou là on est dans le domaine de l’Intervention et que personne n’est là pour rigoler ou jouer).

      Du reste, en CQB le taux de perte (ou élimination) est souvent très très élevé et ce dans les 2 camps. Néanmoins la charge d’une équipe entraînée et soudée permet de prendre le dessus. D’autant plus qu’ici en Airsoft, les 2 camps sont là, savent que l’action est imminente et sont donc aux aguets prêt à en découdre. L’idéal je pense, est que pour faire propre et minimiser les risques il faut avoir un très bon stock de grenade !!! 🙂

  4. Pingback: Utilité des masques au combat ? | Airsoft AttitudeAirsoft Attitude

  5. Inau

    02/08/2013 at 14:41

    Le fait de porter un masque a motif inspire déjà une certaine volonté d’intimider, alors que porter un masque totalement noir donne un effet plus mystérieux, donc, je pense, plus intimidant. L’effet est renforcé si le joueur n’est pas loquace d’ailleurs ! =)

  6. marc

    10/05/2014 at 20:35

    les grosses cadences de tire sur les répliques de soutien, sa peut faire peur

    https://www.youtube.com/watch?v=oUBylHnRalU

    https://www.youtube.com/watch?v=PMmf6ZUADYQ

  7. Metallicus

    20/12/2014 at 02:22

    Je déterre un peu cet article (de qualité) pour apporter mon expérience de ce genre de tactique :

    Lors d’une OP, je dirigeais un groupe constitué de membres de ma teams (les Hell Hunters, dans l’Aube) et de freelancers contre l’aile gauche du dispositif défensif adverse. Celui-ci se situait au pied d’une colline boisée, et nous pensions avoir aisément le dessus, quand nous nous rendîmes compte qu’il était en fait constitué de deux lignes de tranchées successives, et que la pente de la colline était dégarnie d’arbres, rendant tout progression à couvert impossible.
    Après 20 longues minutes de fusillades stériles, je donnais l’ordre aux joueurs les plus proches de charger avec moi en hurlant de toutes leurs tripes, tout en demandant un tir de couverture de notre batteuse. Lorsque mes camarades me virent sauter à découvert et courir en criant “YALLAH !”, un élan général s’ensuivit, et se furent bientôt une quinzaine de joueurs qui s’élancèrent à l’assaut de la première ligne de tranchée, sous les tirs de couverture d’une LMG et d’un sniper. L’impact psychologique fut énorme : les 3/4 des défenseurs quittèrent immédiatement leurs positions pour refluer vers la seconde ligne. Lorsque nous atteignîmes la première ligne (en roulé-boulé pour ma part), nous vidâmes nos chargeurs sur les quelques derniers ennemis, dont encore la moitié avait essayé de s’enfuir, se faisant ainsi mettre Out dans le No Man’s Land.
    Au prix de 5 joueurs Out chez nous, vite soignés par notre médic, nous venions de prendre une position défendue par autant de défenseurs, qui nous auraient aisément repoussé s’ils n’avaient pas pris peur et quitté leur poste.
    Il s’agit là d’un des meilleurs trips d’airsoft de ma vie. Le shoot d’adrénaline quand on charge en hurlant booste tous les réflexes et donne un courage insensé, ainsi qu’une véritable impression de puissance. J’ose imaginer que la charge était encore plus impressionnante vue des tranchées, car voir 15 joueurs hurler en dévalant une colline doit avoir son petit effet, surtout sans leader pour maintenir la cohésion des défenseurs ; d’où la désagrégation du dispositif.
    Je joue maintenant beaucoup sur la psychologie : grenades dummy, harcèlement, cris de guerre (en bâtiment, là où ça résonne), faux ordres gueulés en l’air (laissant croire à deux groupes d’assaut coordonnés alors que nous ne sommes que quelques joueurs), et dernièrement, utilisation d’armes de GN (jeu de rôle grandeur nature, avec armes de corps-à-corps en mousse et latex), comme une épée ou une hache à une main en plus de mon PA (ça fait grave flipper, je vous le jure).

    • Hugues

      22/12/2014 at 17:17

      Yeah ! C’est exactement ça ! Semer le doute en face. Faire peur. Et profiter d’une désorganisation et d’un absence de Lead ! Beaucoup en rigole. Mais les techniques marchent bien. Pas systèmatiquement certes mais les résultats sont intéressants ! Merci pour ton témoignage !!

  8. Anonyme

    08/02/2015 at 23:18

    Je commente malgré que ce post soit assez ancien. Déjà je tiens à dire qu’il est très instructif et je voulais rajouter un petit truc en plus que je juge intéressant, le bruit. En effet de nombreux terrain possède des infrastructures en bois (style palette planche …) et je parle en connaissance de causes souvent même a très faible puissance les billes claque avec un bruit assez fort quand elle heurte se genre de parois ! C’est pour ça que je conseille pour “fixer” quelqu’un à couvert derrière de tiré volontairement dans le bois le bruit des billes qui claque à cotés de ses oreilles dissuade pas mal en général. Voilà en espérant avoir été assez clair et bon jeu à tous !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Astuces, Tactiques et Stratégies

08- Marcher secrètement vers Chencang

Published

on

By

8ème stratagème :

Marcher secrètement vers Chencang

Principe :

Détruit l’adversaire en menant une fausse attaque dans une direction alors que c’est ailleurs, là où il ne se défend pas, que porte la véritable offensive.

Faire une manœuvre ostensible de diversion pour fixer la force principale de l’adversaire, et emprunter pendant ce temps un chemin détourné, caché, pour attaquer l’ennemi. Cacher une intention peu ordinaire derrière une action ou des faits conventionnels.

Ce stratagème insiste sur la mise en œuvre d’un mouvement de diversion, en général une attaque frontale, pour dissimuler la manœuvre secrète qui doit déborder l’ennemi. Ceci est bien en accord avec la stratégie de Sun Zi visant à combattre l’ennemi avec des forces ordinaires et à le défaire avec des forces spéciales, mais seulement dans le cas où cet ennemi est maintenu en respect non par la présence de la puissance principale, mais par un mouvement de diversion, qui néanmoins requiert quelques actions concrètes pour devenir crédible.

 

Sources historiques :

Cette maxime fait référence à un épisode très populaire de l’histoire de Chine et à la stratégie utilisée en 206 av. J.-C. par Liu Bang, fondateur de la dynastie Han, quand il mena une campagne contre Xiang Yu, son rival pour le contrôle de l’empire. Il donna l’illusion de se préparer à venir l’affronter par le chemin normal mais pendant ce temps expédia son armée par une voie détournée à Chencang, prenant ainsi l’ennemi par surprise et gagnant un large territoire pour un faible coût.

Le débarquement des Alliés en juin 1944 en Normandie à la place de Calais est une bonne illustration de ce stratagème, comme cela l’était du septième stratagème (Créer quelque chose à partir de rien).

 

 


Adaptation à l’airsoft :

Faire diversion pour prendre l’adversaire par surprise

La classique manœuvre de diversion. Attaquer en frontale et manœuvrer par les flancs ou à revers. Classique mais la mise en oeuvre nécessite quelques précautions :

  • Assurez vous que vos forces frontales soient en mesure de tenir le choc (à la faveur de couvertures du terrain par exemple). Cela favorisera qui plus est la crédibilité de votre attaque !
  • Prévoyez une solution de repli pour vos forces frontales. Rien ne vous assure de tenir les assauts adverses.
  • Réalisez un contournement rapide. Si votre diversion est trop longue c’est le gros des troupes qui fait face qui va devoir absorber les coups. idéalement il faudrait qu’une unité infiltrée ait déjà pris position dans les arrières de votre adversaire et soit dans l’attente de votre Go !
  • Soyez percutant et suffisamment agressifs avec votre contournement pour déstabiliser l’adversaire et permettre au gros de l’équipe d’enfoncer l’adversaire. Envoyer un seul bonhomme ne suffira pas !
  • La communication et la coordination de votre action entre l’équipe frontale et l’équipe de contournement sont primordiaux !
  • Enfin, pensez au report de tir lorsque l’équipe de contournement sera au contact. Il serait dommage vos 2 équipes finissent par se tirer dessus …

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

Attitude à adopter avec un PNJ

Published

on

By

Dernièrement nous vous avions fait un petit topo sur les PNJ. Qui ils étaient ? A quoi ils servaient ? Maintenant nous allons étudier la façon d’aborder un PNJ, l’attitude à avoir avec eux en fonction de la situation.

Un seul et unique conseil à retenir !

Il y a un certain nombre de concepts à aborder dans cet article. Et pourtant il y a LE conseil miracle qui vous servira quel que soit la situation !

Un PNJ n’est pas votre ami ! Jamais !!

  • Si le PNJ est hostile ; ce n’est pas évidemment un ami.
  • Si le PNJ est amicale ; ça ne durera peut-être pas.
  • Si le PNJ est non combattant ; il peut changer d’avis.
  • Si le PNJ est non armé ; c’est que les armes sont peut-être cachées.
  • Si le PNJ vous renseigne, il renseigne peut-être aussi l’ennemi.
  • Si le PNJ est coopératif ; c’est peut-être un piège.

OK ! OK ! Je suis parano ! Mais pas tant que ça en vérité.. Toute personne qui ne fait pas parti de votre équipe doit être traité avec vigilance.

Vous ne savez pas à qui vous avez affaire, ni quels sont ses objectifs, ni sa mission réelle, ni ses moyens, ni son camp.

A l’armée il y a des adages pour les objets – car tout objet inconnu doit être considéré comme potentiellement piégé.

Objet inconnu – touche à ton cul !

Objet inconnu que j’aime – touche à ton cul quand même !

Et bien avec un PNJ c’est pareille. On le considère comme un objet piégé qui peut se déclencher n’importe quand. D’autant plus que sur une partie d’airsoft les PNJ sont généralement très très joueurs. Si il peuvent vous embêter, vous rouler, vous asticoter, ou vous flinguer, ils le feront probablement 🙂

 

Phase 1 : l’observation

Avant d’aller au contact du PNJ, on observe et on prend un maximum de renseignements :

  • Est-il seul ?
  • Est-ce un ami ? un ennemi ?
  • Est-il armé ?
  • A t-il des moyens de communication ?

On analyse la situation, le terrain, et on prévoit son mode d’approche et les règles d’engagements.

Petit conseil : à partir de ce moment là, vous désignez un binôme qui sera chargé de traiter le PNJ. Un équipier qui sera son interlocuteur, et un équipier qui sera chargé de surveiller le PNJ. Se rôle est primordiale et nécessite une attention toute particulière. Cet équipier sera autant un surveillant qu’un garde du corps pour le PNJ. Mais plus important il sera le protecteur de l’équipe ! Par la suite pour la bonne compréhension nous l’appellerons le surveillant.

Phase 2 : l’approche

Dans la configuration évoquée précédemment, vous avez un PAX interlocuteur, un PAX en charge du PNJ (le surveillant, et le reste de l’équipe qui s’occupe d’assurer une bulle de sécurité autour du dispositif.

Le PNJ est à prendre en compte comme n’importe quel objectif. Donc vous connaissez la procédure d’approche !

Point particulier pour le surveillant : se placer en décalé du négociateur de façon à garder une ligne de tir directe et un contact visuel permanent avec le PNJ. A distance comme au contact, il doit toujours avoir un œil sur le PNF, et en particulier sur ses mains car le danger vient de là. J’en profite pour rappeler que le surveillant n’a pas 2 missions, ni 3, ni 4 ; il n’en n’a qu’une et une seule : surveiller ! Ne pas lâcher le PNJ du regard, à aucun moment et être prêt à intervenir !

Phase 3 : le contact

Le contact dépend des éléments d’attitudes que vous avez relevez lors de la phase de renseignement : Ami/Ennemi – Hostile/Pacifique – Armé/Non armé.

Si l’individu semble pacifique et non armé, allez-y sur vos gardes mais sans paraître agressif ni hostile. C’est à dire que pour le surveillant il n’est pas nécessaire de le mettre en joue.

Au contraire si il s’agit d’un PNJ potentiellement hostile il faut le traiter comme tel : par surprise, avec rapidité et agressivité ! Le but est de prendre le dessus (psychologiquement et physiquement si nécessaire) afin de contrôler l’individu.

En dernier recours, si vous êtes pris en visée ; alors défendez-vous et éliminez-le. Allez petit test : qui est censé préserver l’équipe et le descendre ?

Phase 4 : les palpations et la fouille

Vous êtes sur l’individu. Le négociateur questionne alors le PNJ : qui il est ? et si il est armé ? (ce sont les 2 premiers éléments que vous avez besoin de connaître immédiatement). Pendant ce temps là le surveillant se positionne soit sur les flancs du PNJ, soit sur ses arrières de façon à lui mettre légèrement la pression. Avec toujours un œil sur les mains et sur le bonhomme. Si jamais la façon de faire du surveillant dérange le PNJ, c’est que c’est louche. Monter votre niveau de surveillance d’un cran !

Le PNJ répond (généralement) et décline son identité et si il est armé ou non. Viens le moment des palpations de sécurité et de la fouille que vous réalisez dans la foulée et qui vous permet 2 choses :

  • de juger du niveau de confiance que vous pouvez avoir envers le PNJ. Si il vous a menti vous savez à quoi vous attendre par la suite.
  • de savoir si il représente un danger immédiat (et de savoir si il a des documents intéressants sur lui).

Si le PNJ est armé, je ne saurai trop vous conseiller que de lui confisquer son arme par mesure de sécurité ! Si il est agité le négociateur doit l’encadrer et maintir le contact avec lui – toujours protégé par le surveillant. Le PNJ ne doit communiquer qu’avec le surveillant pour permettre au surveillant de ne pas être déranger dans sa tâcher, et pour permettre au reste de l’équipe de se concentrer sur l’environnement et les menaces extérieures.

Allez un petit test : qui réalise la fouille ? Le négociateur ou le surveillant ? Si vous répondez le surveillant vous pouvez relire la phase 2 !

J’en profite pour rappeler que le surveillant n’a pas 2 missions, ni 3, ni 4 ; il n’en n’a qu’une et une seule : surveiller ! Ne pas lâcher le PNJ du regard, à aucun moment et être prêt à intervenir !

Phase 5 : la prise d’informations directe

A partir de la phase 5 vous avez plusieurs indice concernant votre PNJ :

  • qui il est
  • si il ment ou non
  • si il est agité ou calme
  • si il est hostile ou non
  • si être surveillé le dérange.

Tous ces éléments vous donne un degré de confiance. Ce degré de confiance doit rester mesuré. Vous pouvez très bien être en train de vous faire mener par le bout du nez.  Charge au négociateur de continuer sa prise d’information :

la première question à poser est : souhaitez-vous coopérer (ou nous aider) ? Si on vous répond oui généralement vous pouvez enquiller et dérouler toutes les questions les plus pertinentes en fonction de la situation et de votre mission : que fait-il là ? qu’a t-il vu ou entendu ? etc, etc.

Petit conseil : cette prise d’information (et même la pahse de contact et de fouille) ne se fait pas à découvert au milieu d’un carrefour. Protégez-vous ! Quitte à vous déplacer pour vous mettre sur un terrain plus favorable.

Phase 6 : la surveillance

On le répète : Un PNJ n’est pas votre ami ! Jamais !!

Donc le surveillant le surveille. En permanence. Du repérage du PNJ, jusqu’au moment ou vous vous en séparerez. Le surveillant à un regard extérieur par apport au négociateur qui est devenu parti prenante et qui peut se laisser à quelques élans d’empathie et de sympathie. Le surveillant non. Il surveille et analyse le comportement du PNJ, et ne rentre pas dans la discution. Il préserve toujours 2 mètres de distances avec le PNJ pour éviter tout mouvement de rébellion (prise d’arme, geste agressif, etc).

 

Continue Reading

Astuces, Tactiques et Stratégies

07- Créer quelque chose à partir de rien

Published

on

By

7ème stratagème :

Créer quelque chose à partir de rien

Principe :

Faire une feinte, non pour la faire passer pour la réalité, mais pour la faire devenir réalité après que l’ennemi soit convaincu qu’il s’agit bien d’une feinte. La force véritable croît sous une fausse apparence, tel le Yin croissant à son maximum pour se transformer en Yang.

La guerre demande souvent de feindre des manœuvres pour distraire et induire en erreur l’ennemi. Ce type de ruse étant aisément identifiable, l’ennemi ne pourra être défait que par une action authentique et non par un simulacre. Cette maxime est communément utilisée aujourd’hui pour désigner une personne qui accuse sans fondement.

 

Sources historiques :

L’Histoire regorge d’exemples de telles feintes : on pense en particulier aux centaines d’équipements factices – tanks, avions, transports de troupes – accumulés par les alliés devant Calais en mai-juin 1944 pour faire croire à l’imminence d’un débarquement à cet endroit.

En 756 après J.-C., sous la dynastie des Tang, le général Zhang Xun défend la ville de Yongqiu avec de faibles moyens. Il fait confectionner un millier de mannequins de paille vêtus de noir, et, la nuit venue, les fait descendre le long des remparts de la ville attachés à des cordes. L’ennemi, croyant à une attaque massive, darde les mannequins de flèches qui sont récupérées. Plus tard, de vrais soldats habillés en noir descendent le long des remparts ; l’ennemi qui ne veut pas se faire leurrer à nouveau ne tire pas de flèches. Les soldats incendient son camp et sèment la déroute.


Adaptation à l’airsoft :

Ruser et tromper l’adversaire

La ruse et la tromperie sont de précieux alliés. Précieux et très amusants à mettre en place 🙂 Testez et vous y prendrai vite goût ! Personnellement c’est l’aspect de l’airsoft que j’aime le plus.

Tous vos équipiers et adversaires sont comme vous : 2 bras, 2 jambes, une réplique d’épaule, une réplique de poing…

Alors soyez celui qui sait se servir de son cerveau et vous aurez une longueur d’avance sur un bon nombre de participants. Je ne dis pas que tous les airsofteurs sont bêtes à manger du foin, mais qu’au combat nous avons la fâcheuse habitude de se focaliser exclusivement sur 2 éléments : la recherche de cible et la destruction. C’est naturel, c’est l’effet tunnel mixé avec notre instinct de chasseur (#hommesdescavernes).

Vous voulez quelques exemples ? Rappelez vous, nous avions déjà évoqué ce type de ruses il y a quelques années déjà avec cet article :

Mentir à voix haute

 

TO BE CONTINUED

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Rejoignez-nous sur Facebook

Explorer une thématique

Tendance

Copyright © 2012 Blog Airsoft Attitude - Pour nous contacter : blog.airsoftattitude@gmail.com