Connect with us

Savoir-faire collectifs

Bac à sable

Published

on

bac a sable

Nous avons vu précédemment la méthodologie pour bien préparer sa mission.

Il existe plusieurs façons de faire pour préparer et expliquer votre mission concrètement sur le terrain à votre équipe avant de passer à l’action. Ci-dessous tout simplement avec une carte.

Problématiques potentielles :

  • Qualité d’impression
  • État de la carte qui est parfois détériorée
  • Échelle parfois non adaptée
  • Visualisation

map carte airsoft

Faire un Bac à Sable

Cette méthode de préparation est communément appelée le “Bac à sable”. Et bien qu’elle fasse un peu clodo cela n’enlève rien à son efficacité .

Avantages :

  • Vous n’avez besoin de rien, ou presque.
  • C’est très rapide à faire
  • C’est visuel et aide à la compréhension et la mémorisation.

Le principe est de réaliser une maquette de la mission. Pour ce faire vous aurez besoins de plusieurs éléments.

Utilisez ce que vous trouverez autour de vous. Voici quelques exemples !

  • Bâton long pour faire les voie rapides / possibilité de les tracer dans un terrain meuble
  • Lacets de chaussures pour les routes
  • Cailloux pour les éléments fixes comme les bâtiments
  • Touffes d’herbes pour les bois, les forêts, etc.
  • Tas de sables, de terres, de bouses pour les collines, les pentes, les dénivelés
  • Des éléments reconnaissables à la maquette pour symboliser votre/vos unité(s) et les gus d’en face.
  • Etc.

(Astuce : votre chef peut aussi ramener des petites pièces de légo rectangulaire de couleurs pour les pax, vous, et les bâtiments. C’est visuel et pour le rangement ça s’emboîte et ça ne fait pas de bruit)

 

A-ConvertImage

 

Le principe est de reproduire l’environnement de la mission de façon schématique en fonction des renseignements obtenus. Cette présentation visuelle permet à chaque élément du groupe de se projeter et d’assimiler plus facilement l’environnement, la situation et les actions à réaliser.

Il ne reste plus qu’à votre chef devra s’exprimer de façon clair et précise pour décrire le terrain et ainsi organiser la mission.

bac a sable

 

Dernier point

Une fois le briefing terminé, n’oubliez pas de supprimer et d’effacer toute trace de votre bac à sable !

Airsoft briefing

 

Merci à toute l’équipe WolfPack !

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Yul

    07/10/2016 at 10:43

    Non, inutile de remercier ou même de citer le Wolfpack pour avoir bien voulu poser gracieusement pour tes photos.

    -Yul – WP06 – Wolfpack

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Savoir-faire collectifs

Cadrer les déplacements d’un groupe

Published

on

By

A part les parties style guerre des tranchées à la 14-18, vous passerez une bonne partie de votre temps à vous déplacer. Alors si vous voulez éviter de vous déplacer comme un troupeau de chèvres et vous faire allumer toutes les 2 minutes il n’y a pas 36 solutions : utiliser les cadres d’ordres.

Les cadres d’ordres présentés ci-dessous sont des moyens mnémotechniques militaires pour se rappeler les points essentiels à donner lors du commandement de déplacement. L’intérêt est donc de transmettre des ordres clairs et compréhensibles partout dans un minimum de superflu. Faire simple et efficace en sommes !

Le but ici n’est pas de faire comme les militaires pour parler comme les militaires. Le but est d’utiliser un moyen approuvé et efficace d’organiser vos déplacements. Ces cadres d’ordres sont très connus et l’avantage et qu’ils sont utilisables avec de nombreuses équipes.

 

Pour se déplacer : le D.P.I.F

D.P.I.F ? Kézako ?

  • D comme Direction
  • P comme Point à atteindre
  • I comme Itinéraire
  • F comme Formation

L’intérêt est de dire à tous les membres du groupe quelles seront toutes les facettes du déplacement de façon à uniformiser le mouvement. Tout le monde connaît alors la direction et l’objectif à atteindre, comment s’y rendre et quelle formation adopter. On limite les surprises pour le groupe.

Un exemple :

“Direction droit devant,

Point à atteindre : la maison au toit rouge,

Itinéraire par le sentier en lisière de forêt,

Formation en colonne”.

Cette phrase complète donne ainsi la marche à suivre pour l’ensemble du groupe. Elle peut être compléter par l’odre de vos bonhommes (Robert en tête), les notions d’espacement (10 mètres entre les PAX), etc.

Pour s’arrêter : le F.F.H

Le F.F.H ? Kézako ?

  • F comme Face à (l’objectif à atteindre)
  • F comme Formation
  • H comme Halte

L’intérêt est de nouveau de dire à tous les membres du groupe comment on va stopper la progression. Parce que s’arrêter à proximité de l’objectif comme des fruits c’est pas la meilleure méthode (enfin si, pour se faire dézinguer mais c’est pas le but) … Donc après le déplacement de groupe, l’idée est de s’arrêter en groupe selon une logique de combat définit (en mode furtif, prêt à passer à l’attaque, en observation, etc).

Pour reprendre notre exemple :

Le groupe en colonne est sur son sentier en forêt. Il approche de la maison au toit rouge. Le chef de groupe annonce l’arrêt de la progression :

“Face à la maison à 12h,

Formation en ligne,

Halte”

 

Voilà, c’est bête comme choux ! Il ne reste plus qu’à prendre le réflexe de l’appliquer.

Continue Reading

Savoir-faire collectifs

Embuscade et contre-embuscade (2/2)

Published

on

By

Contre-embuscade

Vous venez de tomber dans une embuscade… Malheureusement, il n’y a pas de solution miracle cette fois. Vous devrez être extrêmement réactif, rapide et efficace. Le chef d’équipe ou de groupe devra être capable de prendre la bonne décision dans la seconde !

 

La solution la plus adaptée consiste à éclater le groupe (ce qui serra plus facile à faire si votre groupe respecte les distances entre ses membres..). A ce moment là, la meilleure réplique possible est de mettre en place et de façon immédiate  ce qu’on appel une boule de feu : un puissant feu de couverture qui fait baisser les têtes adverses et qui permet à certains de vos coéquipiers de se désengager ou de contourner le dispositif qui vient de vous engager.

Ça sera très rapide, vous y resterez surement alors ouvrez bien les yeux et allumez tout ce qui bouge en face de vous.

N.B : Sachez qu’une embuscade bien préparée, avec suffisamment d’effectifs en face, vous êtes quasiment sûr de ne pas pouvoir vous désengager, ni d’avoir le temps de ré-articuler votre dispositif. Bref, vous risquez très certainement de voir votre groupe éliminé en quelques secondes sans avoir le temps ni la possibilité de réagir !

embuscade, piège, airsoft, paintball, assaut, commando, forces speciales, militaire, milsim, assaut, soutien, appuis, M249, sniper

Contre attaquer et monter à l’assaut

Comment se prémunir contre les embuscades ?

Comme nous venons de le voir, une bonne embuscade ne laisse que très peu de chance à l’adversaire. Alors, lors de vous patrouille ou déplacements, tentez de ne pas offrir bêtement plus de possibilités à l’adversaire de pouvoir mettre en place ce type d’action.

Pour cela, il existe des règles simples à mettre en place :

  • Un homme de tête ou un binôme de tête qui avance a vu du reste de la patrouille mais bien au devant de celle-ci (de l’ordre d’une cinquantaine de mètres). Son rôle est de faire une reconnaissance de proximité pour le reste de son groupe et de repérer à courte distance toute trace ou présence de l’adversaire.
embuscade, piège, airsoft, paintball, assaut, commando, forces speciales, militaire, milsim, assaut, soutien, appuis, M249, sniper

Homme de tête

  • Le reste de la patrouille doit être divisé (selon sa taille bien évidemment) en plusieurs équipes. Essayez par exemple d’évoluer en trinômes. Entre chaque équipe laissez des espaces importants (une vingtaine voir une trentaine de mètres de jour en terrain découvert)
embuscade, piège, airsoft, paintball, assaut, commando, forces speciales, militaire, milsim, assaut, soutien, appuis, M249, sniper

Faîtes des petits groupes espacés

  • Laissez des espaces entre les joueurs d’une même équipe. Il faut étaler le dispositif. De jouer et à découvert n’hésitez pas à mettre une dizaine de mètres entre chaque joueur. En fonction du terrain et de l’obscurité il faut parfois resserrer les distances.
embuscade, piège, airsoft, paintball, assaut, commando, forces speciales, militaire, milsim, assaut, soutien, appuis, M249, sniper

Laissez des intervalles en fonction de la visibilité et du terrain

Ainsi, votre groupe de 10 joueurs s’articule de la façon suivante :

1 PAX en tête – 50m – Trinôme A – 25m – Trinôme B – 25 m – Trinôme C.

Dans cet exemple la patrouille évolue donc sur 50 + 25 + 25 + (6 x 10m d’espacement au sein des trinômes en colonne simple) soit sur environ 160 m !!!

Mettre en place une embuscade sur une distance de 160 mètre devient tout de suite plus complexe. Vos chances de pouvoir déceler l’embuscade, y réagir et vous ré-articuler augmentent !! De cette façon vous subirez fatalement des pertes, mais une partie de votre groupe aura toutes ses chances de pouvoir réagir, contre attaquer, ou même de battre en retraite si la situation n’est pas tenable.

Logo Airsoft Attitude Vieillit


Continue Reading

Savoir-faire collectifs

Comment gérer un V.I.P

Published

on

Parmi les parties scénarisées, il n’est pas rare de se retrouver face à un VIP à gérer. Pour vous aider dans votre tâche voici nos quelques conseils pour vous aider au mieux dans votre mission.

Qu’est-ce qu’un VIP ?

Un VIP (prononcé souvent dans le milieu comme [vip] ou [vi.ï.pi]) est une personne « importante » pouvant avoir une forte  « valeur ajoutée » stratégiquement parlant. Sa survie est une priorité absolue, contrairement aux opérateurs qui sont sacrifiables (si besoin était).

vip_logo

Qui peut-on considérer comme VIP ?

Un VIP comme expliqué avant, peut être un otage important ou une personne importante (un scientifique, un agent de terrain à extraire, un journaliste, un officier traitant ennemi, etc.)

Test pour voir si vous avez compris : est-ce que la personne ci-dessous est un VIP ?

Dossier-VIP-Nabilla-La-verite-sur-ses-seins-!_reference

Comment on s’en occupe du VIP s’il est allié ?

Si c’est un allié, sa survie est LA priorité absolue. Il faudra une équipe de protection rapprochée pour sécuriser le VIP, soit environ 5 ou 6 personnels qualifiées type unités commandos, FS, intervention etc. Bref, ne prenez pas des opérateurs qui sont bien habillés 😉 sélectionnez ceux qui ont véritablement le plus d’expérience.

1. Localisation et sécurisation du VIP

Selon les scénarios et votre type de partie, il vous faudra vérifier si le VIP est bien sans danger, ou pas, pour vous et votre équipe. Il faudra donc le sécuriser une fois que vous l’aurez localisé. Premièrement il faudra dépasser et sécuriser votre objectif. Ensuite abordez votre VIP comme s’il pouvait représenter une menace en le mettant en joue et en lui indiquant de se tenir tranquille et que vous allez le fouiller. Puis fouillez-le. Si il a de quoi se défendre, confisquez-le lui.

2. Définir les rôles

Attention : chacun son rôle ! La machine doit être bien rodée pour être efficace. Premier point à prendre en compte : vous et votre équipe vous êtes là pour défendre et combattre si besoin. Le VIP lui non. Il n’a que 2 choses à faire : se déplacer et se poster. Un VIP combattant va fatalement s’exposer.

Ensuite définissez le rôle et la place de vos opérateurs. Votre configuration va dépendre du nombre. Plus vous êtes peu nombreux plus il va falloir être très rapide et très mobile (tout en restant discret). En petit nombre vous ne pourrez pas supporter une attaque. Votre meilleur chance reste l’esquive.

En plus grand nombre (à partir de 5 ou 6), les principes de mobilité et de discrétion restent de mise. Pour faire simple il vous faut un opérateur en pointe pour éclairer et se prendre les coups à la place du groupe, un opérateur qui ferme la marche, un opérateur qui gère le VIP exclusivement.

VIP3

3. Le déplacement

Quand vous déplacerez le VIP assurez-vous de toujours le faire par points (A vers B / B vers C / etc.) et toujours choisir un chemin discret car le déplacement est le moment le plus vulnérable.

Si vous devez traverser une forêt, évitez donc le grand chemin que tout le monde prend sinon vous pouvez être sur que tout la planète entière va très vite savoir que le VIP se ballade sur la petite route.

Enfin, prévoyez toujours un chemin de replis. Une fois au contact, c’est un peu plus compliqué de prendre le temps de choisir par où extraire votre VIP.

VIP-gogogo1

4. Contact !!!

En cas d’accrochage, le but n’est pas de dominer l’adversaire et de remporter l’engagement, mais bien de préserver l’intégrité de votre VIP. Donc si il y a contact privilégiez la fameuse technique du tube arrière :

  1. Les opérateurs se mettent en lignes puis le premier, rafale pour riposter (voir la technique boule de feu)
  2. Puis il passe derrière la colonne permettant ainsi de faire le principe de « Riposte-Poste-Riposte »
  3. Le second, riposte puis une fois qu’il est à sec, se place derrière la colonne à son tour
  4. Idem pour les autres

N.B : votre VIP est géré par l’opérateur chargé de sa protection rapproché. En fonction du terrain, de la situation, de leur positionnement dans le groupe par apport à l’ennemi, c’est lui qui prendra l’initiative de sortir son VIP au moment opportun.

CP11

Attention ! Le dialogue est la priorité :

  • Dès qu’un opérateur part derrière la colonne il doit dire de manière explicite : Décroche !
  • S’il doit recharger : Recharge !
  • Puis de manière coordonnée l’opérateur qui est derrière doit se signaler par son patronyme suivis de je prends ! : Ex : Winters je prends !

Ainsi tout le monde sait ce qu’il se passe à l’instant T, qui fait quoi, qui a un problème et qui l’aide. Le but essentiel du tube arrière et t’apporter une continuité de tir dans la direction dangereuse. On fait baisser les têtes pour couvrir la retraite.

Une fois le VIP en dehors de la zone à risque, sécurisez le périmètre et comptez les effectifs.

Enfin choisissez un autre chemin mais n’oubliez pas de signalez votre situation au commandement et au reste de l’effectif.

VIP-gogogo5

Et si c’est un otage ou un prisonnier ?

Un otage est différent, même si vous avez une folle envie de lui tirer dessus il est important et il a de la valeur. Donc vous devez l’interroger, le surveiller, l’attacher si possible bref, tout faire pour qu’il reste à sa place. Et en cas d’imprévus organiser un déplacement de l’effectif, otage compris bien évidemment.

En airsoft il n’y a pas de manière pour interroger une personne, le malmener, etc. car c’est un jeu et donc la torture physique ou psychologique n’est pas forcément la bienvenue, voir légèrement répréhensible par la Loi 😉

Mais suivant le scénario vous pourrez peut être le « mutiler » : « tu fias une connerie et je te coupe la main ! » et hop, vous mettrez un bâton dans la main de l’otage et lui scotcherez le tout pour rendre la main inutilisable. Très efficace et très marrant ! Cela fonctionne aussi avec les autres membres mais n’oubliez pas, une fois fait il est « mutilé ».

PICT0014

Nous avons déjà rédigé un article assez complet sur le sujet que nous vous invitons grandement à lire : les 17 règles pour gérer un otage. Mais si vous n’avez pas le temps retenez ces 2 principes essentiels :

  1. Si un prisonnier ne vous sert à rien, shooter le. Il vous ralentira, dira n’importe quoi, etc donc ne perdez de temps.
  2. Si le prisonnier à de la valeur, surveillez le avec un système de roulement. Prévoyez toujours minimum un garde et un autre pas loin prêt à agir, voire plus si l’otage est dangereux.

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Continue Reading

Rejoignez-nous sur Facebook

Explorer une thématique

Tendance

Copyright © 2012 Blog Airsoft Attitude - Pour nous contacter : blog.airsoftattitude@gmail.com