progression rampante

Techniques d’infiltration et d’exfiltration

L’objectif principal du Rens. est la discrétion, on ne le dira pas assez souvent. Pour bien infiltrer une zone de combat, il faut au préalable bien connaitre l’objectif et ses alentours. Paradoxe me direz-vous, puisque c’est précisément là où, vous, les unités de Rens. (on va les appeler URH, Unités de Recherche Humaine) êtes important. Vous allez donc devoir progresser sur un terrain contrôlé par l’adversaire tout en restant vigilant sur l’objectif.

[blockquote indent= »yes » ]«Nul ne verra, Nul ne saura»[/blockquote] Devise du CPIS (Centre Parachutiste d’Instruction Spécialisé, qui représente un bon tiers du service action de la DGSE).

Nul ne verra nul ne saura

Préparatifs : carte, trajet et équipement

Première chose, apprenez bien la carte de la partie. Si vous n’en avez pas et bien créé la ! Étudiez là attentivement, car vous y verrez peut être un bosquet bien placé, une colline, un chemin, etc. Pour se faire, prenez toujours un marqueur noir, et une feuille bristol d’un bloc note et tracez-y les éléments clés tels que les intersections, les gros bosquets, les courants d’eau ainsi que leurs sens, les arbres ou tout autres points fixes « importants ou particulier ». Par exemple : un arbre au milieu d’un champ, un très gros arbre, un rocher, un bunker, un pylône, des maisons, etc. En clair, tout ce qui est gros et qui se voit de loin. Notez-y aussi les points cardinaux,  les emplacements d’équipes, ainsi que tout ce qui vous paraîtra utile, ou qui pourra l’être plus tard.

Avec votre chef d’opération, convenez des itinéraires que l’équipe Rens. suivra pour éviter de prendre le même trajet au même moment que le reste de votre équipe.. Préférez un itinéraire irrégulier, plus long et escarpé, bref difficile d’accès. Pourquoi ? Car votre adversaire ne pensera jamais que vous êtes assez fou pour le faire. De fait vous créerez l’effet de surprise. Pour le retour, prévoyez encore un autre itinéraire, mais cette fois-ci plus rapide et le plus discret possible. N’hésitez pas à contournez tout le terrain si il le faut. Moins vous êtes visible en cours de partie, plus vous sèmerez le doute chez l’adversaire. Celui-ci doit en permanence se demander «Où sont-ils ?», «Ont-ils déjà été éliminés ?» Etc.

Infiltration déplacement

Pour la collecte de renseignements, prévoyez un mini bloc note (que vous camouflerez avec du chatterton),  une « bonne » paire de jumelles, même si une lunette de spotter ou de chasse font également très bien l’affaire. Pour les grosses OP, vous pouvez aussi utiliser un appareil photo avec un bon zoom, ainsi qu’un mini ordi portable pour enregistrer et transmettre votre collecte de renseignements.

Calculer le moment du départ

Il est important de choisir le moment précis précis pour partir. Soit longtemps avant le gros de l’équipe pour la mise en place de l’URH et l’acquisition de renseignements. Ou bien après, pour organiser une action spéciale au profit du reste du groupe (diversion, resserrer l’étau sur l’équipe adverse, action coup de poing, commando, etc.)

Astuces de déplacement

Faîtes très attention car encore une fois la discrétion est un point essentiel. Pour être vraiment discret il vous faudra vous déplacer de façon logique et surtout en parfait binôme. Discrétion infiltration Le vent : Si vous sentez que vous allez faire du bruit, attendez, et observer la direction du vent. Déplacez-vous contre celui-ci, voir en biais, car le vent ne vous aidera pas de lui-même. Si vous êtes accroché par une branche ou autre, ne forcez pas et faîtes marche arrière. Pour vous dégager faîtes-vous aidez par votre collègue (faut bien qu’il serve à quelque chose celui-là). Vous perdez l’équilibre ?  Laissez-vous tomber comme une grosse [#*%@] branche au sol. En fait au niveau du son, il sera plus court, sourd et plus « naturel » que si vous essayez en vain de vous rattraper en écrasant les petites branches qui elles font un bruit plus sec et plus aigu étant donné leurs vitesses de déplacement dans l’air qui est plus rapide. Bien sûr une fois au sol, gardez votre calme, effectuez des mouvements lents et posez-vous un peu pour observer les alentours. Apprendre à marcher : Observez bien la nature. Vos mouvements doivent suivre les mouvements de la forêt. En cas de  gros vent, effectuez des mouvements sec et rapide en faisant attention à ne pas courir et ne pas faire de bruits évidemment. Si il n’y  pas de vent, effectuez des mouvements lents, des petits pas, adoptez une position corporelle basse. Ni accroupis, ni debout, essayez juste de vous tasser un peu. Ne touchez pas votre environnement : Évitez de déplacer les branches si elles gênent. Vous risquerez de les casser. Encore une fois faites-vous aider pour avancer. Faites le tour, passez en dessous ou dessus mais n’y touchez pas si vous avez le choix. Sur le même principe évitez de marcher dans la boue, le sable ou la neige, ou sur toute surface où vous pourriez laisser des empreintes trop visibles.

progression-rampante-02

Objectif en vue !

C’est là que là ça se complique. Avancez par « bons » de 10 mètres. Posez-vous et attendez. Attendez. Encore, jusqu’à ce que vous jugiez que la situation vous permette de continuer sans risques. N’hésitez pas à ramper, mais faites très attention à ne pas faire de bruits. Et enfin, trouvez-vous une position renfoncée. C’est ce qu’on appelle un « trou de souris ». Ou alors positionnez-vous à l’intérieur d’un buisson et utilisez votre filet camo pour mieux vous cacher. Les endroits touffus, difficiles d’accès et dans l’ombre sont généralement les meilleurs positions pour se dissimuler.

Position Renfoncée

Et maintenant qu’on y est on fait quoi ?

A cet instant commence la phase Renseignement. Sortez votre bloc note, votre filet camo, fermez la, observez et notez ce que vous voyez. Tout ce que vous voyez. Le nombre d’adversaires, leurs positions principales, leurs attitudes et attentions, là où ils regardent, ce qu’ils font, etc. Faites des schémas si ça peut vous aider. Une fois les renseignements acquis, il faut les transmettre et donc, forcément, vous risquez de vous découvrir. Deux méthodes s’offrent à vous :

  1. Vous décidez de les communiquer par radio, en chuchotant bien évidemment. Mais faîtes attention à ce que l’adversaire ne soit pas en train de scanner les fréquences ou qu’il soit suffisamment proche pour vous entende en train de raconter de votre vie. Mettez votre filet sur la tête, baissez au maximum et transmettez les infos. Prononcez clairement et de manière logique. Grâce à vos petits dessins et votre sens de l’orientation inné vous arriverez à transmettre les renseignements nécessaires. Exemple : « 1 PAX, SUD, MAISON, EN ATTENTE, NON HOSTILE »
  2. Vous décidez de vous exfiltrer discrètement pour les communiquer plus facilement. Mais vous pouvez avoir été vu et suivis. (Petite astuce : votre portable peut envoyer des messages texte, c’est silencieux et rapide, alors pourquoi s’embêter !?)

Transmettre Renseignement

S’exfiltrer

Ce n’est pas évident comme principe. Même si vous avez réussi à vous infiltrer correctement,votre retour peut être compromis par le fait que vous pouvez être entre deux forces adverses qui ont progressé entre temps. Donc à ce moment là il vous faudra, encore une fois être très vigilant et aussi discret que possible. Soyez rapide, sans vous précipiter ou faire preuve d’impatience. Donc il faut absolument rester sur ses gardes on observer partout. N’oubliez pas de prendre le trajet de retour prévus en début de partie. Exfiltration Airsoft

Et si vous vous faîtes repérer ?

Dans ce cas, il faut que vous preniez conscience que vous n’êtes pas dans la meilleure situation qui existe.  Car vous êtes un binôme contre l’équipe adverse. D’ailleurs probablement pas super contente de s’être fait infiltrée. Vous avez alors le choix entre 2 solutions :

  1. La fuite : mais même la fuite se fait discrètement et de manière logique. Comme vous avez bien notez vos déplacement, vous devez avez repérez un petit buisson bien confortable, un peu avant la phase renseignement,. C’est à ce moment qu’il prend toute sont importance puisque vous pourrez vous jeter dedans en regardant vos adversaires vous chercher désespérément.
  2. L’affrontement : vous êtes motivez, courageux, et surtout dans une planque bien couverte, alors dans ce cas commencez par tirer sur ceux qui sont en positions fixe et les plus proches puis continuez jusqu’aux plus éloignés. N’oubliez pas que vous pouvez utiliser des grenades, fumigènes, ou même faire appel à des renforts, etc. Tout est bon pour éviter l’élimination. Si vous êtes en passe d’être submergés le jouer du binôme qui dispose de la meilleur puissance de feux devra couvrir sont coéquipier pour que celui-ci soit en mesure de s’échapper et de transmettre les renseignements collectez.

Exfiltration Fumigène

 Votre priorité absolue reste la transmission des informations collectées au reste du groupe !

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Avantage tactique8.8
Coût matériel5.8
Facilité d'usage1.8
Délais de mise en place3.3
Expérience nécessaire1.7
Orientation MILSIM9.7
Des techniques vraiment immersives, mais qui nécessite un peu d'expérience et de connaissance. C'est un style orienté MilSim. A vous de voir si vous êtes prêt à jouer autrement.
5.2

Share this post

Lnt. Winters

Pratique l'Airsoft depuis 2009 et ancien Team Leader d'une équipe "MilSim". Intervient également en tant qu'instructeur au sein de quelques équipes pour le renseignement, les actions spéciales, la traque, la survie en forêt et les sports de combat. A rejoint Airsoft Attitude pour transmettre ces connaissances particulières pouvant être utiles aux autres joueurs. Spécialisé de part son expérience militaire dans la rédaction d'articles orientés Renseignement et Actions Spéciales.

4 comments

Add yours
  1. gabriel 20 juin, 2013 at 14:28 Répondre

    MERCI POUR TOUT !!! Cela est très pratique et bien détaillé. Mais au lieux de s’aprocher aussi proche des ennemis au risque de se faire prendre pendant qu’on les observe un appareil photo peut être utile.

    • Hugues 20 juin, 2013 at 14:53 Répondre

      Effectivement, des jumelles ou un appareil photo sont des outils qui permettent d’acquérir le renseignement à distance. Mais bon, parfois il faut faire l’espion au coeur du dispositif adverse.

Post a new comment