AFGHAN 09 135.JPG

Surveiller, repérer et traiter un objectif

Surveiller, repérer un objectif, le désigner et le traiter ne sont pas des actions qui s’improvisent. Il faut être méthodique et précis, transmettre des informations claires afin que l’ensemble de l’équipe ou du groupe sache de quoi on parle et comment il va falloir réagir. Votre efficacité en dépend.

Surveiller un secteur de tir

Le but est de rechercher par la vue et l’écoute des renseignements concernant le terrain et les activités de l’adversaire et des coéquipiers. Pour se faire il est nécessaire d’établir un secteur de surveillance qui se décompose de cette façon :

  • Repérer les limites du secteur de surveillance (limites gauche et droite)
  • Identifier des points de repère (pont, bâtiments, route)
  • Découper le terrain (du plus loin au plus près)
  • Déterminer les points dangereux (les hauteurs, les points sans visibilités, etc)
  • Assurer la permanence de l’observation en vue de détecter tout indice d’activité adverse.

Surveiller un secteur de tir

 

Situer un objectif

Méthode directe :

C’est la méthode la plus facile et rapide utilisée pour désigner des cibles ou des objectifs évidents (souvent à courte ou moyenne distance). On donne la direction grâce à sa main, où regarder et une description de la cible. N.B : bon sur la photo on utilise un tournevis, allez savoir pourquoi :-)

Exemple : « A 100 mètres – A gauche de la maison – 2 PAX à découvert »

avril2009 2271

Méthode du cadran solaire :

Méthode assez populaire que l’on utilise pour désigner des objectifs un peu moins évidents à courte ou moyenne distance. Pour se faire nous utilisons un point de référence caractéristique comme un poteau indicateur, le pont, la porte, ou n’importe quel objet de référence. Transposez alors un cadran imaginaire sur cet objet et à partir de là indiquez à la position de la cible. Si vous ne précisez pas un point de référence alors on estime que vous êtes ce point.

Exemple : « Poteau indicateur – A 9H- buissons – bord gauche de buisson – 2 PAX »

Cadran solaire

Méthode de la main étalonnée :

Cette méthode est utilisée pour désigner des cibles ou des objectifs un peu plus difficiles à repérer qu’en direct qui se trouveraient à moyenne ou plus longue distance. On donne la direction grâce à sa main, où regarder avec un point de repère et on précise où se trouve l’objectif grâce à sa main que l’on positionne bras tendus dans l’alignement de votre oeil et de l’objectif. Votre coéquipier doit reporter vos indications selon le même procédé pour visualiser la cible.

Exemple : « A 50 mètres – À 3 doigts à droite du drapeau – 2 PAX hostiles »

Main 2

Comment indiquer l’objectif ?

Il faut être en mesure de pouvoir désigner rapidement et précisément un objectif de façon à transmettre son identification et sa localisation au reste du groupe.

  • Chercher les points de repère fixes et caractéristiques et proches de l’objectif
  • Désigner l’objectif : sa direction, par rapport à tel repère et à telle distance
  • Situer l’objectif par rapport au point de repère grâce aux procédés de la main étalonnée, du cadran horaire ou même grâce à un pointeur laser.
  • Décrire l’objectif : nature, forme, couleur, attitude (statique, mobile, se déplaçant de A vers B, etc.).

Ordres pour l’ouverture du feux :

Une fois la cible identifiée le chef d’équipe ou de groupe doit des donner ses indications d’ouverture du feu. Ces indications se décomposent de cette manière :

Groupe : A savoir le groupe ou l’équipe à qui l’ordre est adressé. A voir en fonction de la dénomination de vos équipes. Ex : « Alpha » ou « Binôme Sniper ».

Formation : Précisez ici le type de formation à mettre en place. Ex : en ligne, en V, etc.

Distance : Même si en Airsoft les distances d’engagement sont très courtes cette indication peut être utile pour désigner l’objectif en vu d’un engagement.

Type de feu :

  1. Délibéré : un tir précis toutes les 6 secondes. Utilisé pour de plus longues distances ou pour apporter un soutien plus efficace en termes de précision et de neutralisation.
  2. Rapide : un tir toutes les 2 secondes. C’est le type de feu le plus utilisé en général. Idéal pour faire baisser les têtes efficacement sans vider trop rapidement ses munitions.
  3. Tir de suppression ou de couverture : méthode également appelée « Boule de feu » car elle notamment appliquée pour du soutien ou se désengager. Elle consiste à tirer en full automatique. Le but est d’appliquer un très gros volume de feu afin de fixer l’adversaire. En générale l’action doit être éclair car elle consomme énormément de munitions
  4. Feu à vu : tirer sur l’adversaire dès que vous l’avez en visuel. Les joueurs sont autonomes sur la gestion et le volume de leurs tirs.

 

Quelques exemples de mise en situation :

Ordres complets et détaillés :

Si vous avez tout votre temps vous êtes alors en mesure de désigner précisément la cible et vos ordres de tir.

Exemple :  

  • Le chef d’équipe : « A 200 mètres – A une main à droite du pylône électrique- un rocher – le bord gauche du rocher – 2 PAX »
  • L’équipe : « Vu ! »
  • Le chef d’équipe : « Binôme Sniper – Délibéré – Feux ! »

Binome sniper

Ordres retardés :

A utiliser dans le cadre d’une action prévue dans certaines conditions, type embuscade notamment.

Exemple :

  • Le chef de groupe : « Groupes Alpha et Bravo – pour embuscade à 60 mètres – le chemin à 13H – limite gauche le carrefour à 11H et limite droite le poteau à 14H. »
  • Les chefs d’équipe : « Vu ! »
  • Le chef de groupe : « Alpha et Bravo – En ligne – Sur mon ordre – Feu rapide » – « Charly – Sur mon ordre – Tir de suppression pour couvrir Alpha et Bravo »

2261356_408702359226211_575662055_n

Dans l’action :

Si vous êtes pris à parti, vous n’avez pas le temps de faire dans le détails. Vos ordres doivent être immédiats et concis pour apporter une riposte adéquate.

Exemple :

  • « Pan ! » [vous vous faîtes engager par l’adversaire]
  • Celui qui repère l’origine du tir : « Contact à droite !!! »
  • L’équipe applique alors un tir à vu ou un tir de suppression en fonction de la situation : volume adverse et de leur feu.

183828_360408974050049_1567111856_n

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit


Share this post

Hugues

Organisateur, encadrant et formateur professionnel d'airsoft depuis 2013. J'ai commencé ce sport en 2009 au sein d'une équipe constituée de membres des forces de l'ordre. Je suis également chef d'une équipe de combat dans une unité de réserve de l'Armée de Terre depuis 2006.

2 comments

Add yours
  1. John 11 août, 2015 at 12:29 Répondre

    Je me demande si c’est une volonté délibéré de ne pas donner les méthodes de désignation de l’infantrie ou si il s’agit d’une adaptation perso pour l’airsoft?

    Dans les exemples les messages sont bien trop long pour être appliqué en situation de combat…

    Hormis cela, vous avez un très bon site, sur lequel j’ai appris beaucoup de petites choses fort utile

    • Hugues 11 août, 2015 at 19:52 Répondre

      Bonjour John,
      Oui tout à fait. On part de méthodes et techniques d’infanteries, pour les adapter autan que faire se peut à l’airsoft. Après chacun remanie à sa sauce. Le tout étant d’être à l’aise et efficace.

      L’article traite de surveillance et de repérage. Normalement dans ce cadre ou a tout le temps de détailler correctement.

      En situation de combat, il me semble avoir écrit : « Si vous êtes pris à parti, vous n’avez pas le temps de faire dans le détails. Vos ordres doivent être immédiats et concis pour apporter une riposte adéquate. »

      En tout cas merci, et au plaisir !

Post a new comment