1619563_669224659767537_438721839_n

Stratagème : la patrouille appât

Je vous avais déjà parlé des stratégies et stratagèmes de Sun Tzu. Si, si, rappelez vous cet article : Tromper l’adversaire avec des actions prévisibles.

Il s’agit tout simplement de ruses. Car autant il est possible de remporter le combat voir la victoire en fonçant tête baissée dans le tas comme des bœufs (si jamais vos adversaires sont d’un niveau de subtilité comparable), autant ce sera un peu plus complexe voir impossible si ces derniers font preuve d’un peu plus de réflexion et d’astuce.

L’idée est donc d’afficher une certaine vulnérabilité alors qu’en réalité nous sommes prêts à passer à l’action et prendre l’adversaire par surprise. Il faut laisser croire à l’adversaire qu’il va nous tomber dessus et nous détruire alors qu’en vérité nous sommes déjà prêt à le recevoir.

Aujourd’hui je vais vous exposer le concept de la patrouille appât. Ce principe ne s’adapte pas au CQB.

Légende :

Legende

 

La patrouille appât

Etape #1

Mettre en place une patrouille : légère (un trinôme), plutôt décontractée, bien visible en milieux de piste, à allure lente. Cela semble une cible facile et à la portée de n’importe quel groupe adverse. Il faut pouvoir donner l’illusion de la facilité pour bien appâter votre adversaire.

Ci dessous nous avons 3 combattants sur la piste. De part et d’autres 4 binômes dont le chef d’équipe, équipés de soutien et de snip / anti-snip.

Sans titre 1

Etape #2

Notre patrouille appât avance bien gentiment sur la piste, bien visible, bien fragile pour bien donner envie à l’adversaire de l’attaquer.

En parallèle, faîtes évoluer vos petits groupes de soutien en binôme sur un plus large périmètre. Si possible composés vos binômes de soutien avec des  snipers pour une vision longue distance, des appuis lourds, et des joueurs très mobiles et équipés en mode assaut. Des petits binômes bien éparpillés seront plus discrets qu’un groupe plus important. Et grâce à leur mobilité ils seront plus rapides ce qui permettra une prise en tenaille rapide et terriblement efficace face à vos adversaires.

Sans titre 3

Etape #3

Votre patrouille est attaquée. Votre trinôme sur la piste doit se débrouiller pour fixer l’adversaire et de se faire détruire trop rapidement. Donc le mot d’ordre c’est à couvert et on fait baisser les têtes pour occuper ceux d’en face. Pour ceux qui ne le savent pas, dans ce cas la le bon réflexe à avoir c’est intensifier le feu !

En parallèle vos appuis latéraux montent immédiatement au contact et pour prendre en tenailles vos agresseurs !.

Sans titre 5

Conclusion :

L’adversaire pensait se faire 3 cibles facilement. Et ils se sont retrouvé en quelques secondes à peine eux même pris pour cible par une force 3 à 4 fois supérieure à ce qu’ils pensaient. Ils ont été surpris, pris de court, et déstabilisés.

Nos astuces et conseils :

  1. la patrouille risque de subir des dégâts. Donc gardez un espace très important entre chaque joueur. Avec un peu de chance, si l’embuscade est mal ficelée et que votre soutien est réactif vous pouvez ne perdre que l’homme de tête.
  2. prévoyez toujours un médic à l’arrière.
  3. vous pouvez monter une patrouille avec 2 ou 3 hommes. Mais vos éléments d’appuis doivent être au moins 3 fois supérieurs pour vous assurer un résultat efficace. Si vous avez peu d’hommes vous pouvez toujours le tenter en doublant la patrouille. Ce sera toujours ça.
  4. Si votre soutien est trop bruyant, faîtes les marcher quelques dizaines de metres derrière la patrouille.

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Avantage tactique7.5
Coût matériel7.4
Facilité d'usage2.5
Délais de mise en place3.3
Expérience nécessaire7.5
Orientation MILSIM9.4
Cette astuce sera terriblement efficace car c'est inattendue comme procédé. Il faudra être cependant très vigilant à la discrétion de vos appuis, et à leur réactivité. Pour cela il vous faut : de l'entraînement, de la coordination et de une bonne communication !!
6.3

Share this post

Hugues

Organisateur, encadrant et formateur professionnel d'airsoft depuis 2013. J'ai commencé ce sport en 2009 au sein d'une équipe constituée de membres des forces de l'ordre. Je suis également chef d'une équipe de combat dans une unité de réserve de l'Armée de Terre depuis 2006.

5 comments

Add yours
  1. Rosso "simperfi" 12 juin, 2014 at 19:16 Répondre

    concept sympat ! après 3 ennemis pour 11 opérateurs c’est pas très difficile, mais ne négligé rien ! j’ai déjà vécue des situations avec mon équipe la Task Force 373 ou nous nous somme retrouvé à 2 ou 3 joueurs et le placements et la patience nous à permit de mettre en difficulté un groupe de 7 à 8 joueurs et de nous extraire par la suite ! L’agressivité et la rapidité de mouvement et la présence d’un médic lucide et efficace change tous !

    • Hugues 12 juin, 2014 at 20:11 Répondre

      Après on ne sait pas vraiment combien de joueurs adverses on va attraper avec ce piège. C’est aussi pour ça qu’il vaut mieux prévoir un x3 par apport au trinome de la patrouille (un trinome en patrouille + 3 trinômes de soutien = 12 opérateurs). Après c’est comme tout, il faut s’adapter au terrain et aux gus d’en face. Après tu as raison, une bonne dégressivité et une bonne vitesse d’exécution (donc de l’entraînement) sont des atouts primordiales pour que cette stratégie soit véritablement efficace !

  2. StrayCat 17 juin, 2014 at 07:57 Répondre

    Bonjour,
    je trouve que l’article prend quelques raccourcis, ce qui en fait un truc bien sur le papier mais qui ne marchera pas au final…
    Les adversaires, s’ils ne sont pas novices, vont justement éviter de passer par le chemin et privilégier le même passage que les gars qui accompagnent les appâts. Donc il est peu probable que le contact ait lieu sur le chemin…

    • Hugues 17 juin, 2014 at 10:19 Répondre

      Bonjour StrayCat,

      Bonne remarque 😉 Il s’agit là d’un concept, et non d’une vérité absolue. Concernant les joueurs qui ne sont pas novices, et qui justement en partie mêlent savoir faire individuel, jeu d’équipe, cohésion, stratégie, avec une peu d’expérience, de facto ils risquent de se retrouver hors schémas puisqu’ils vont s’adapter au terrain et à leurs adversaires. Néanmoins quand je dis hors schéma c’est à voir car le dispositif en question peut s’articuler en tout sens (voir ci-dessous). Dans l’article je l’ai placé dans un contexte que la très grande majorité des joueurs risque de rencontrer : en forêt le long d’une piste.

      Pour en revenir à ta remarque, il se peut tout à fait qu’il y ait des contacts isolés en lisière de forêt, voir un contact avec un groupe entier. Et dans ce cas précis on s’adapte (donc à préciser au briefing avant progression) même on reproduit un schéma similaire : notre équipe enveloppe et contourne l’adversaire en faisant jouer sa supériorité numérique et un feu multidirectionnel :
      1 – l’appuis en lisière gauche rencontre un contact et fixe l’adversaire
      2 – la patrouille sur le sentier peut prendre le flan de l’adversaire ou tomber en garde plus loin le long du sentier en protection de la manoeuvre
      3 – l’appuis en lisière droite peut soit tomber en garde plus loin en amont du sentier en couverture, soit venir en appuis sur le flan, soit prendre par derrière les adversaires (à réaliser en fonction du nombre et de la réaction de l’aversaire, du terrain, et du mouvement du groupe sur le chemin).

      Il ne faut pas oublier :
      En Airsoft les joueurs se permettent dans la grande majorité des raccourcis et une facilité d’action du fait que cela ne soit qu’un jeu (c’est inconscient et tout à fait humain). Je le dis parce que je le constate chaque weekend. Pas de sanction létale donc autant y aller tranquillement si on devait résumer. Au pire bah je retourne au respawn m’en griller une (par contre Fumer Tue !).

      De plus ajouter à cela des distances d’engagement raccourcies il est plus que probable que les assaillants patrouillent au niveau du sentier (plus facile d’accès, plus simple) et qu’au moindre son ou visuel adverse tombent en garde grossièrement dans un périmètre de 20/25 mètres (dans le meilleur des cas et c’est loin d’être gagné d’avance) autour du point de contact de l’embuscade (par manque de temps, par manque d’organisation).

      C’est ce que je vois 3 fois sur 4 en tant qu’extérieur au jeu :
      « chemin, chemin, chemin, chemiiiiiiiiiiiiiiin »
      « Oh du bruit – à couvert sur le chemin et pas bouger » OU « contact avant – feu ».

      Pour résumer :
      Oui le contact peut venir de n’importe ou. Le but de cette tactique reste identique :
      1. Fixer
      2. Appuyer
      3. Contourner

      Quelque soit votre niveau, et celui d’en face, cette technique reste simple (si on s’entraîne et la pratique un minimum) et permet tout un panel d’actions offensives et défensives très intéressantes. Le tout est de s’adapter à ces 2 facteurs : terrain / adversaire.

  3. Ledanseur 15 août, 2014 at 12:53 Répondre

    Pour information, la photo utilisée en couverture de l’article est la propriété de l’USJTF, réseau international d’équipe MilSim. Il s’agit de l’équipe SFAG, membre de la branche espagnole de l’USJTF.

Post a new comment