img_4311

Mon Feedback de l’Opération Shield Of Illusion

Feedback très personnel sur l’Opération Shiel Of Illusion, réalisé sur BloodBank du 27 au 28 juin.

DSC_0022-625x200

Pour info, je souhaite mettre en avant les bonnes et mauvaises choses que j’ai pu voir tout en restant en rapport avec ce qui nous, nous intéresse sur Airsoft Attitude : la tactique, la stratégies, et les actions de groupe. Je ne traiterai pas de l’organisation, des missions en général, ou de la tenue des événements (qui globalement sont tous positifs). Bref, mon objectif est d’aider tout ceux qui seraient intéressés par ce type d’Opé à se préparer convenablement, à identifier les bonnes pratiques et à éviter les petits pièges.

J’en profite quand même pour féliciter quand même l’investissement et la prestation de Vicieux. Réaction à chaud avec un Kamikaze … Question Rôle Play : 20/20 !

11058112_10205855687225656_740761979574963195_n

Ma place, mon rôle :

Le samedi, j’ai été chargé d’une mission de renseignement en autonomie, puis de relayer les communication radios entre les Squads et le commandement FCU ainsi que de coordonner sur le terrain les actions inter-squads.

La nuit et le dimanche, le commandant a été abattu par une grosse gastro, je reprends donc le Lead directement sur le terrain.

Équipement :

  • 2 radios (une FCU – une canal Orga)
  • 1 PA (Glock) + 2 chargeurs
  • 1 map + 1 carnet + 1 stylo

11012168_10205868315141346_8704100312079037906_n

Ma place :

  • Toujours sur le terrain.
  • Proche du respawn lors des débuts de parties (samedi soir et dimanche matin) afin de relancer les équipes qui ont réalisé leur mission ou qui ont été éliminées.
  • Au contact au milieu des troupes pour coordonner les grosses missions nécessitant une mobilisation générale de plusieurs Squads FCU.

1962684_1153825834633357_2237173471558525229_n

Attitude :

  • Non combattant (5 billes tirées pour me défendre – 3 US touchés – 2 Zombis neutralisés)
  • Toujours dans le rôle de coordination / commandement.

BloodBank spawn simple copie

Les grosses erreurs ou fautes d’attitude

Les Walkers : ce que j’appelle les Walkers sont les gens qui se baladent littéralement sur le terrain. Ils jouent, mais se comportent comme des promeneurs. Ils nuisent complètement à l’aspect immersif du jeu.

Les déplacements lors des phases nocturnes : un certain nombre de joueurs et d’équipes sont excessivement bruyant la nuit. Or dans l’obscurité il se trouve que les sons portent beaucoup plus. Et en plus de faire autant de bruit qu’un troupeau de bison, une bonne partie ne peuvent se déplacer sans allumer leurs lampes. Honnêtement, en extérieur on y voyait parfaitement, et donc seuls certaines pièces, caves, ou passages à risques nécessitaient un peu de lumière. Personnellement je n’ai allumé que ma lampe rouge frontal, et ça allait très bien ! Après concernant le combat nocturne avec la lumière je ne dis rien. Ça sert aussi à ça.

En clair, le combat de nuit semble avoir été une découverte pour un certain volume des joueurs.

 Les déplacements en phases diurnes: j’ai traversé la carte de part en part tout seul tout le samedi. Je me poste, j’observe, je me déplace tranquillement en dehors des chemins via les zones d’ombres jusqu’à une position à couvert. Beaucoup de joueurs n’empruntent que les chemins, se postent au soleil, parlent à voix haute. Bref, gros problèmes de discrétion.

L’hydratation : il a fait un peu chaud ce week end. Et heureusement que l’Organisation a été très prévoyante en dispatchant de nombreuses bouteilles d’eau sur tout le terrain. Beaucoup de joueurs font du combat et de ne s’hydratent pas, de jour comme de nuit. On peut se priver de sommeil, de nourriture et fonctionner relativement correctement, mais l’eau c’est vital. J’ai personnellement très peu mangé et très peu dormis, mais j’ai descendu 5 litres d’eau du samedi matin au dimanche fin d’après midi. Avoir de l’eau sur soi c’est la base !

L’endurance et la motivation : quelque soit les camps, les effectifs ont été divisés par 2 au bout de 5 à 6 heures de jeux environ. Que ce soit le samedi, la nuit ou le dimanche. Une Opé nécessite légèrement plus d’endurance qu’une dominicale. Et la motivation est un point clé pour avancer et continuer les missions. C’est aussi la raison pour laquelle à partir de ces moments là je passais d’un commandement distant, à un regroupement des Squads que j’accompagnais directement sur les objectifs afin de les motiver.

Faut pas se laisser mourir comme ça …

11709495_10205854923846572_1684472271204253768_n

Ce que j’ai aimé voir

Le renseignement : lors d’une mission ou notre camp devait défendre, une demoiselle à extrêmement bien réagit en se cachant à un carrefour aux abords d’une route principale que la quasi totalité des forces adverses a emprunté pour attaquer. Nous savions donc systématiquement combien d’adversaires arrivaient, par quel chemin, si il y avait des snipers ou du soutien et tout ça 4 min avant leur arrivé.

Et pour l’anecdote, un ennemi à même marché sur la dame, de jour, sans la voir. Mes respects !

On ne parlera pas de l’infiltration à 50 mètres puis à 20 mètres du QG adverse 😉

11144071_10205868316501380_6031334596749134743_n

La discipline : autant les Squads avaient une liberté d’action totale pour mener à bien leurs objectifs, autant concernant les actions globales celles-ci ont du apprendre à fonctionner dans une logique de groupe. Et j’ai été étonnamment surpris, notamment lors de la dernière mission, de réussir à tenir Bank Blanche pendant 45 min, puis de s’exfiltrer avec une trentaine de joueurs ni vu ni connu afin de faire mouvement vers le village que nous avons pris et tenu pendant une heure. Sans la discipline de chacune des 4 Squads qui restaient, nous n’aurions jamais tenu face aux assauts répétés. Les Squads Leader ont bien compris ce que je leur demandais, et on très bien géré leur équipe. Quand une quarantaine de joueurs qui avaient pourtant un niveau tous différents arrivent à coopérer à ce niveau c’est juste magique et terriblement efficace !

La communication : comme je l’ai indiqué plus haut la communication a été le point clé qui nous a permis de mener à bien la plupart de nos missions et de réagir aux imprévus. Nous avons réussit a réarticuler notre dispositifs dans des situations compliquées comme lors de l’attaque des Zombies sur une Squad isolée qui a su nous ramener un groupe d’assaillant jusqu’à l’étage ou 2 Squads étaient arrivés en renfort pour leur tendre une embuscade. Arrivé là nous avons nettoyé Bank Rouge avec une Squad par étage en un temps record et avons même fait une dizaine de prisonniers zombis. Dans notre extrême générosité nous les avons relâchés aux portes du QG adverse.

Si je devais être relativement impartial et en faisant de grosses généralités, je dirais que dans l’ensemble notre camp été doté de moins de « moyens logistiques », et qu’une bonne partie de nos joueurs n’avaient pas de matériel aussi « sophistiqué » que nos adversaires. Néanmoins, je pense que dans une certaine mesure notre camp a su jouer de façon collective avec des actions synchronisées à plusieurs Squad. Cela nous a permis de porter de récolter du renseignement, de porter de nombreux appuis qui nous évité quelques mésaventures, de défendre efficacement et de lancer des actions offensives ciblées.

1280x720-dg8

 

Ce que je retiens à mon niveau

Sans rentrer dans les détails sur les missions (plus de 200), j’ai constaté à mon niveau qu’elles étaient de 2 types :

  • les missions pouvant être réalisées par une Squad
  • les missions nécessitant plusieurs Squads

Et de fait, après quelques heures de jeu je me rends compte que je me retrouve avec 50% de mes effectifs qui sont capables de faire des actions coordonnées avec d’autres équipes, et l’autre moitié qui ne l’est pas et qui se concentre sur les objectifs qui lui ont été confiés.

Pour moi, quelles étaient les meilleures équipes à l’OP ?

Tout simplement celles dotées de moyens Radios efficaces et ayant une capacité à communiquer clairement sur leur positon, leur situation, sur les activités adverses, leur destination, etc, etc.  Et en général ces Squads étaient toutes gérée par un Squad Leader identifié qui assumait la bonne marche du groupe.

Je ne sais pas si la Squad A était meilleure techniquement que la X, Y ou Z. Mais je sais que très rapidement les Squads qui étaient régulièrement en contact Radio avec le Commandement était devenues très rapidement indispensables à la bonne marche des actions FCU.

On repère vite les rares groupes composés d’anciens professionnels (ou professionnels encore en activité) par apport aux autres équipes. Forcément ils ont reçu une instruction poussée et on pratiqué les fondamentaux pendant des années. Ils ont naturellement développés des réflexes et font les choses naturellement. Ils n’ont aucun mérite mais ça se voit de suite.

Ce qui est très intéressant c’est lorsque des joueurs qui ne sont pas habitués à jouer à ce niveau là viennent s’intégrer à une manœuvre de groupe ou justement il y a un noyaux de très bons joueurs qui ont les bons réflexes et les bonnes attitudes. Et alors ils se mettent alors à jouer à l’imitation et apprennent énormément en un temps records ! C’est juste formidable.

 

Pour moi la clé c’est de responsabiliser les joueurs.

J’ai remarqué que quelques soit le joueur, lorsque tu lui donnais un ordre, un action à faire, une mission, si tu lui expliquais qu’elle était la portée de son rôle alors bien souvent il était plus motivé.

Si je dis à la Squad X d’aller dans telle maison. Elle ira sans doute, mais sans savoir pourquoi. Et du coup elle ne fera pas ce qu’on pourrait attendre d’elle. Dites à la même Squad d’aller dans cette maison pour faire tampon avec l’adversaire pour permettre à un VIP de s’extraire d’une autre position, ou bien de faire un appuis pour permettre à une autre Squad d’attaquer une autre position et là ils vont se sentir responsabiliser. Ils font faire une action simple, en sachant pourquoi.

Pour la plupart de mes Squads je leur donnais donc un objectif, en expliquant ce que ça allait nous permettre de gagner, ou qui ça allait aider, et ce qu’ils se passerait si ils n’y arrivaient pas. Et là ça marchait beaucoup, beaucoup mieux !

Cette Opé restera un bon souvenirs. J’espère pouvoir reprendre ce type de commandement à l’avenir car c’est vraiment très intéressant de jouer de cette façon là.

 

Logo Airsoft Attitude Vieillit

Share this post

Hugues

Organisateur, encadrant et formateur professionnel d'airsoft depuis 2013. J'ai commencé ce sport en 2009 au sein d'une équipe constituée de membres des forces de l'ordre. Je suis également chef d'une équipe de combat dans une unité de réserve de l'Armée de Terre depuis 2006.

7 comments

Add yours
  1. Dim 29 juin, 2015 at 20:44 Répondre

    Je suis bien d’accord avec tout les points, dans les problèmes rencontrer le plus chiant c’était les lampes et le bruit la nuit, et la communication .

    De bons conseille a prendre !

  2. augustin de biasio 25 mai, 2016 at 15:34 Répondre

    Wow c’est extraordinaire de faire des OP comme sa personnellement je n’ai pas fais une seule partie d’airsoft de ma vie (bon en même temps je n’ai que 13 ans) mais sa viendra par ailleurs je cherche si on ne peut pas faire des OP comme celle ci mais a plus petite échelle et si les grosses OP comme celle si sont accessible au mineur. Pour info j’ai un L96 bipied lunette swiss arm et pas autres chose j’envisage des a present après avoir lu vos articles de me prendre une ghillie et une arme de point (je pensais une thompson M1928 mais j’hésite).

    [pas de coordonnées personnelles]

    merci et a bientot

    • Hugues 27 juin, 2016 at 12:29 Répondre

      Bonjour, il existe de tout en airsoft en termes de parties (durée, endurance, terrain, etc). Tu trouveras ton bonheur avec quelques recherches. Du reste, la législation est formelle : l’airsoft est interdite aux mineurs.

Post a new comment