ifak 13

La trousse médicale individuelle

Existant sous de nombreuses dénominations : Medic Pouch, Poche Médic, IFAK (Individual First Aid Kit), TIC (Trousse Individuelle de Combat), elle est indispensable sur le terrain. Tous les airsofteurs ont d’ailleurs sur leur tenue, reenac ou non, une poche médicale. Cependant plusieurs questions se posent :

  1. A quoi sert-elle ?
  2. Laquelle choisir ?
  3. Quel est son contenu idéal ?

 Son utilisation

L’IFAK est tout d’abord, comme son nom l’indique, individuelle. C’est donc une poche que vous portez sur vous, et qui servira à vous soigner personnellement.

Sur les OPEX, les médecins ou infirmiers militaires utilisent le contenu de la trousse du blessé pour le soigner. On est ainsi sur de ne jamais tomber à court de matériel puisque chaque blessé potentiel a sur lui le nécessaire pour le traiter en urgence. Cette notion est importante et sous entend que son contenu sera très différent de celui du medic bag que l’on a en safe zone.

Bien évidement, en partie d’airsoft, le risque d’accident est nettement inférieur à celui de combats réels et on pourra raisonnablement être amené à utiliser le contenu de sa trousse personnelle pour soigner un autre joueur, d’autant plus que la safe zone n’est jamais très loin en théorie.

ifak-1

Choisir sa Medic Pouch

Il en existe au moins autant de modèles que de fabricants et le choix n’est pas toujours facile. A moins d’opter pour une poche spécifique dans le cadre d’une tenue reenac, voici quelques conseils pratiques pour la choisir :

Il faut tout d’abord prendre une trousse de contenance moyenne. Trop encombrante, vous seriez gêné lors de vos mouvements, vous auriez tendance à la surcharger en poids, et elle occuperait à elle seule une bonne partie de vos passants molle, au détriment d’autres poches utiles en jeu. A l’inverse, trop petite, vous ne pourriez pas y mettre le matériel nécessaire au soin et sa manipulation ne serait pas facile.

Vous devrez aussi porter une attention toute particulière au système de fermeture de la poche. Idéalement, essayez de la manipuler avec les gants que vous portez en jeu pour vous rendre compte de sa facilité d’ouverture. Pensez bien qu’en plus du port de gants, vous serez peut être soumis à une bonne dose de stress, de fatigue, de tirs ennemis, ce qui ne vous facilitera pas la tache.

Les poches à rabats velcro sont assez bruyantes, donc en partie vous serez plus facilement repéré (même si en cas de prise en charge d’un blessé, ce n’est pas nécessairement votre priorité de rester discret). Même équipé de gants, vous l’ouvrirez et la fermerez sans soucis, mais mal entretenu, le velcro perd parfois de son « grip » avec le temps. Le rabat supérieur, s’il couvre la poche, offre une étanchéité relative et protège donc le contenu.

Le système de fastex est également courant. Il faut que la boucle soit assez grosse pour pouvoir être ouverte sans difficulté. La sangle qui maintient le fastex a l’avantage de permettre un ajustement en fonction du remplissage de la poche. Les manipulations sont relativement silencieuses, l’ouverture et la fermeture sont très rapides. Les deux parties de la boucle peuvent être de la même couleur ou de deux couleurs différentes pour un repérage facilité de la partie à déclipser.

Medic Pouch, Poche Médic, IFAK, Individual First Aid Kit, TIC, Trousse Individuelle de Combat, Medic, Airsoft

L’autre dispositif d’attache couramment rencontré est la fermeture à glissière. Il faut qu’elle soit de bonne qualité, suffisamment épaisse pour résister aux ouvertures-fermetures successives sans dommage. Les dents et le curseur en matière plastique semblent plus solides et sont plus discrets visuellement (en évitant le côté « brillant » du métal).

Le curseur doit être équipé d’une tirette, sans quoi vous aurez de grandes difficultés à le saisir avec vos gros doigts gantés. Elle peut être en plastique, sangle, para corde, ou autre, indifféremment, du moment qu’elle puisse être saisie facilement. Elle n’est pas étanche, mais si elle est sous une patte, elle offrira une protection un peu meilleure en cas de pluie.

Il existe de nombreux autres système de fermeture : quick release, boucles en tous genres, etc. A vous de tester leur facilité d’utilisation et de voir celle qui vous parait le plus pratique.


Un autre point sur lequel vous devrez porter votre attention est la visibilité de la poche.

Si vous choisissez votre poche dans le plus efficace des camouflages, il reste néanmoins nécessaire de s’assurer que la poche médic soit bien différenciée des autres poches que vous portez. L’objectif est que le secouriste trouve d’un simple coup d’œil votre IFAK parmi toutes les autres pouch.

Certaines poches sont clairement identifiées avec une croix, ton sur ton, noire ou rouge, les autres ont quasi systématiquement un carré de velcro sur l’avant : à vous de choisir votre plus beau patch ou name tape pour l’identifier.

D’autres modèles sont maintenant équipés d’une sangle de maintien rouge dans ce même but.

Ce qui se voit fréquemment aussi, c’est une simple croix faite au marqueur sur la face avant de la poche.

La structure interne de la poche doit permettre le rangement des différents items qui la composent. Il peut s’agir de passants élastiques, de petites poches internes ou de compartiments. Dans la mesure du possible, choisissez les non opaques pour avoir un aperçu immédiat du contenu.

Il existe d’ailleurs une glove pouch que vous pouvez ajouter à l’avant de votre IFAK si celle-ci est pourvue de passants Molle. Elle permettra d’y glisser une paire de gants de protection en vinyle ou latex qui sera directement accessible.

Medic Pouch, Poche Médic, IFAK, Individual First Aid Kit, TIC, Trousse Individuelle de Combat, Medic, Airsoft

Très souvent, la poche s’ouvre en 2 moitiés et facilite ainsi l’accès au contenu. Des courroies de maintien réglables peuvent bloquer la partie inférieure en position horizontale, évitant que la poche ne s’ouvre complètement et que vous ne perdiez vos compresses ou autre. Si ce n’est pas le cas, soyez vigilent à l’accessibilité de votre matériel.


Son contenu 

Le contenu de la poche doit être étudié à la fois pour vous permettre de prendre en charge immédiatement les accidents qui pourraient survenir, sans que vous ne manquiez du matériel de base, et sans vous surcharger dans une poche de taille relativement réduite.

En dehors de la proposition de composition qui va suivre, rappelez vous que le contenu de la poche vous est principalement destinée. Si vous êtes intolérant à certains composants, ne les mettez pas dans votre IFAK, et à fortiori si vous avez des soucis de santé ou antécédents médicaux particuliers, prenez votre traitement correspondant (sucre pour un diabétique, adrénaline auto-injectable en cas d’allergie majeur, etc.).

En effet, vous seul vous connaissez et vous seul connaissez votre pathologie ! N’hésitez pas à y joindre une petite note pour le préciser (« attention diabétique », « allergie iode »), sur le même principe que les patch « NKA » (non known allergy), « penicillin allergy », « morphine allergy », etc.

Medic Pouch, Poche Médic, IFAK, Individual First Aid Kit, TIC, Trousse Individuelle de Combat, Medic, Airsoft Medic Pouch, Poche Médic, IFAK, Individual First Aid Kit, TIC, Trousse Individuelle de Combat, Medic, Airsoft

A l’inverse, le traditionnel blood type patch, ne vous sera jamais d’aucune utilité. Vous pouvez le mettre pour le folklore, mais aucun médecin ne vous transfusera jamais autre chose que du O- sans une carte de groupe sanguin valide.

Pour rentabiliser au mieux la place disponible dans votre pouch, choisissez au maximum des petits contenants, uni-doses, lingettes et autres présentations individuelles. Pour économiser sur les coûts, pensez à grouper vos achats, une boite d’uni-doses de chlorexidine vous permettra de fournir les IFAK de tous vos co-équipiers. Il existe également des kits tout prêts, mais souvent très chers à l’achat et pas toujours adaptés à nos besoins.

L’autre avantage de vous équiper globalement du même matériel, est qu’en cas d’utilisation de l’IFAK d’un de vos équipier, vous retrouverez immédiatement les produits d’un simple coup d’œil en limitant le risque d’erreur (ce détail ne vous abstient pas de vérifier visuellement le nom du produit que vous utilisez ainsi que sa date de péremption).

Voilà une proposition de composition d’une IFAK, pour des détails concernant l’utilisation des produits, référez vous à l’article sur le médic bag. N’hésitez pas à adapter le contenu aux risques spécifiques liés à la saison ou au terrain. N’oubliez pas que son contenu est complémentaire de celui du sac médical : la medic pouch vous permettra une prise en charge immédiate, en attendant le relais par le porteur du medic bag.

  • 2 paires de gants en latex taille M
  • 1 couverture de survie
  • 2 dosettes d’antiseptique incolore (type chlorexidine)
  • 2 dosettes de sérum physiologique.
  • 2 lingettes anti-moustique
  • 2 lingettes décontaminantes (pour le nettoyage des mains) si vous n’en trouvez pas, vous pouvez les remplacer par un petit flacon de solution hydro alcoolique (SHA). Les lingettes sont cependant plus adaptées car elles peuvent être utilisées sur des mains visiblement souillées, contrairement à la SHA.
  • 4 sachets de 5 compresses stériles
  • 4 pansements adhésifs moyens
  • 2 grands pansements adhésifs (type Mépore)
  • 2 petits pansements adhésifs (type Urgo)
  • 1 paire de petits ciseaux à bouts ronds
  • 1 petit bande élastiques type Nylex
  • 1 bande élastique type Nylex large (10cm) (peut faire office d’écharpe en première intention)

S’il vous reste de la place :

  • 1 pansement compressif d’urgence (CHUT)
  • 1 rouleau de sparadrap
  • 1 écharpe

Sur des terrains de très grande superficie, comme rencontrés sur des OP internationales, prenez également en compte le fait que vous serez plus fréquemment loin de la zone neutre ou de votre campement. En fonction de la place disponible, essayez d’avoir quelques éléments du medic bag disponibles sur vous : pince retire tiques, pince à épiler, vos traitements médicamenteux courants, de l’eau à disposition (la poche d’hydra remplit très bien ce rôle !), etc. Dans ce cas de figure là, ces éléments ne seront plus forcément utilisés individuellement, mais peuvent être mis en commun avec votre squad.

Vous l’aurez donc compris à travers cet article, toute la difficulté de l’IFAK réside dans le fait d’arriver à avoir dans un contenant le plus petit possible tout le nécessaire à une prise en charge immédiate des accidents pouvant survenir sur un terrain d’airsoft. Il faut parfois abandonner certains composants de sa poche, peu utilisés, au bénéfice d’autres items plus couramment utilisés et être capable d’adapter le contenu et de prioriser ses besoins, tant personnels (allergies et antécédents médicaux) que liés à l’environnement (terrain spécifique, saison, risque particulier).

 Logo Airsoft Attitude Vieillit

Share this post

Llunatik

Pratique l’Airsoft depuis 2003, d’abord en freelance, avec des équipes en région parisienne, puis en Franche Comté avec l’association « Les Arpenteurs de Réalités ». Au tout départ, j’ai débuté plutôt par curiosité, mais je me suis très vite prise au jeu. Ayant participé à de nombreuses OP, partout en France et au-delà, je déborde d’idées et de motivation, à la fois roliste, organisatrice, joueuse, secouriste (infirmière et ancienne formatrice au CESU), photographe, un peu geardos (sans faire dans le reenac, j’aime le bel équipement), soutien, etc. Depuis 4 ans j’ai rejoint la Haute Saône et mon équipe actuelle : la W.O.L.F. Team, dont je suis secrétaire. Ayant déjà collaboré avec la Fédé GN pour la rédaction de fiches techniques, plaquettes ou articles pour le GN-Mag au sujet de l’Airsoft, je saisis l’occasion de transmettre à nouveau ma motivation et mes passions par le biais d’Airsoft-Attitude.

12 comments

Add yours
  1. Hugues 22 avril, 2013 at 15:40 Répondre

    Question : pour une équipe qui compte déjà pas mal de membres, et si les joueurs n’ont pas de traitement médical particulier, ne penses tu pas qu’il peut être suffisant d’avoir une IFAK par binôme ou trinôme ?

    Du reste, pour toute une équipe non équipée d’IFAK, oui il serait peut être bon de passer une commande groupée afin d’être sur d’avoir tous le même matériel ! Matériel qui pourrait d’ailleurs être stocké et distribué en début de partie par une personne responsable de ce type de matériel. Notamment pendant le rappel des règles de sécurité ^^ Moi je dis ça, ça peut être une idée en tout cas ..

  2. Llunatik 22 avril, 2013 at 21:54 Répondre

    Une IFAK par binôme ou trinôme, c’est forcément mieux que rien! Pour une partie dominicale, on peut même éventuellement se contenter d’une trousse de premiers soins en zone neutre (si elle n’est pas loin). Après, c’est comme pour tout le reste, il faut essayer de mesurer le ratio bénéfice/risque (est ce que le gain de poids / emport est supérieur au risque de manquer de matériel?).

    Après il est évident que pour une team non équipée, un achat groupé est nettement plus simple! Le soucis d’une personne « référente » est qu’elle doit être en permanence disponible, vérifier le matériel, et surtout, elle se retrouvera peut être responsable légalement en cas de soucis (problème de stockage, péremption, erreur dans la distribution…).

    Sinon je re-précise quand même un détail suite à la remarque d’un ami: en aucun cas l’IFAK ne se substituera à des compétences théoriques et techniques et ne pourra remplacer l’avis d’un secouriste formé ou d’un professionnel de la santé. Il n’est pas question de jouer aux apprentis médecins et de se servir de produits dont on ignore l’utilisation, les risques et la surveillance liés. Je ne saurais que trop conseiller une formation, au minimum PSC1, qui vous apprendra les bases, pas tant d’un point de vue de l’utilisation du matériel, mais plutôt concernant la conduite à tenir en cas d’accident: comment alerter, quelles sont les choses à faire ou ne pas faire (d’un point de vu légal également).

  3. Llunatik 22 avril, 2013 at 22:04 Répondre

    Je me permets de le citer aussi sur une remarque concernant les gants de protection en latex ou vinyl:
    « les gants, peut être le seul truc réellement utile sans formation avancée, pour tenir la main ou le bandage en attendant les secours, et ce, sans finir sous trithérapie ».

  4. F.N.G 8 avril, 2014 at 00:04 Répondre

    Petit rappel auquel tous les présidents d’assoc ou responsables de teams devraient être attentifs, surtout avant des opés en terrain inconnu : assurez-vous que vos coéquipiers sont en ordre de vaccination (soit pour des personnes ayant atteint leur majorité : tétanos/diphtérie sous nos latitudes).

    Par expérience, la trousse médicale est souvent négligée car encombrante et sur le terrain, on est rarement seul, notre team joue avec une trousse par personne composée de :
    – un bandage élastique 10cm de large
    – un morceau de mefix de 10x20cm (allège l’encombrement en sparadraps de différentes tailles)
    – un flacon de 10ml de sérum physiologique (essentiellement pour nettoyer en première intention une plaie / un oeil)
    – deux compresses désinfectantes alcoolisées en emballage individuel
    – un set de 3/5 compresses stériles de 5x5cm
    – une paire de gants en taille L (pour les messieurs, surtout si en vinyl car plus fragile et moins élastique que le latex)
    – une compresse 10x10cm stérile

    Pas de paire de ciseaux, nous avons tous un canif multifonctions, ni de couverture de survie trop encombrante pour une trousse individuelle. Rien pour le lavage des mains, la paire de gants fait office de barrière microbienne.

    Lorsque plusieurs joueurs rassemblent leur trousse, il y a déjà de quoi s’amuser pour une personne compétente et pour de la bobologie à titre individuel c’est suffisant, sans offrir un panel de produits que l’utilisateur lambda ne saura que faire ou en fera mauvais usage.

    Par contre, en dominicale sur notre terrain ou ailleurs, nous avons toujours une trousse professionnelle à disposition (on est rarement à plus de 5 – 10 minutes A/R de cette dernière et lorsqu’il s’agit d’opé, un de nos membres la porte – à condition qu’une personne qualifiée pour utiliser ce matériel soit présente). Pour des opés à l’étranger, on ajoute en plus une boîte étanche avec médocs et divers produits utiles lorsqu’on est loin de chez soi. Pas de matériel de réanimation stricto senso, une opé bien gérée étant entourée par des services de secours de proximité, une fréquence radio idoine, etc … cela nous semble donc inutile et surtout à la limite dangereux si pas de personnel habitué à gérer des situations de stress).

    Petite astuce pour terminer : ajouter un sac alimentaire type ziplock ou mieux un pot stérile à urines (non usagé !), c’est toujours utile lorsqu’un joueur se mange une bille sur les dents et qu’il perd tout ou partie d’une dent. Si par chance on retrouve la dent, il suffit alors de la mettre dans le pot stérile avec du sérum physiologique. Les dentistes arrivent à faire des miracles de nos jours. 😉

    En vous souhaitant ne jamais avoir plus que de la bobologie et beaucoup de fairplay dans vos parties :)

    • Llunatik 8 avril, 2014 at 08:50 Répondre

      Bonjour,
      Merci de ton commentaire mais je me permets d’apporter quelques précisions et réajustement par rapport à celui ci:

      – des compresses désinfectantes, c’est bien, mais non alcoolisées. L’alcool ne désinfecte pas une plaie (au mieux ça convient pour une antisepsie sur une peau saine non lésée, au pire ça fixe les germes en détruisant la flore saprophyte). A la rigueur, mieux vaut se contenter de rincer une plaie au sérum phy et ne rien mettre après plutôt que de passer une plaie à l’alcool. En plus, ça brule inutilement alors qu’une compresse avec un vrai antiseptique non alcoolisé fait aussi bien le travail.

      – La paire de gants ne fait pas office de barrière microbienne. Les gants ne sont pas imperméables aux germes contrairement à ce qu’on pourrait penser.
      C’est une protection pour le secouriste, mais pas pour la victime.
      Le port de gants ne peut jamais se substituer à un lavage des mains (ou friction avec une SHA si les mains ne sont pas visiblement souillées).
      Le meilleur compromis que j’ai trouvé à ce sujet reste les lingettes nettoyantes imprégnées de solution hydro alcoolique pour les mains en emballage individuelle. Ça ne prend pas de place, et ça résout tous les problèmes liés au nettoyage des mains sur un terrain d’airsoft (pas de point d’eau nécessaire, efficace même sur des mains souillées…).

      Effectivement, un sac plastique alimentaire c’est très utile. J’ai refait il y a quelques semaines les IFAK de mes coéquipiers, et je leur ai mis un sac plastique dans toutes leurs IFAK. Ça peut servir de sac poubelle, de protection (plaie étendue hémorragique, on peut le placer en dessous), à conserver un morceau de dent (ou autre). Dans le même esprit, le préservatif ne prend aucune place et permet d’avoir un mini contenant pour un morceau de dent (en y ajoutant du serum phy).

      • Baptiste 4 juin, 2015 at 12:52 Répondre

        Bonjour,

        Il existe des Gel Hydro-alcoolique justement, tu peut en trouver en petite bouteille, c’est très pratique et sa évite les déchets.

  5. Eth3r 22 avril, 2014 at 17:23 Répondre

    Eh ben, c’est là qu’on se rend compte que le PSC1, c’est vraiment le bas de la base ^^
    Merci pour cet article, et pour les commentaires qui le suivent également : c’est concret, bien expliqué, efficace, et nous débarrasse de quelques idées reçues. Ah si tout le monde pouvait avoir ces notions en tête sur un terrain !…

  6. tibof 29 juillet, 2014 at 23:58 Répondre

    le principal vrai bobo c’est: une jolie entorse à la cheville ou genou… du coup un bandage strap pour bloquer l’articulation et une poche de glace chimique c’est primordiale a mon humble avis… pi si il y a lieu d’appeller les urgences ben il vaut jouer dans une zone sous couverte telephonique… 😀 😀 😀

  7. Anonyme 16 mars, 2015 at 18:55 Répondre

    Bonjour j’ai une question que peut t’on mettre dans un pochette molle type de pochette à pansement . En fait j’ai aucune idée de ce qu’y mettre et je le tate donc quelqu’un pour m’éclairer . Merci d’avance

  8. Baptiste 4 juin, 2015 at 12:46 Répondre

    Bonjour,

    Petit conseil, éviter les gants en Latex, un certain pourcentage de la population en ait allergique, privilégié plutôt les gants en Nitrile (Bleu) ou en Vinyle.

    • Llunatik 4 juin, 2015 at 13:04 Répondre

      Oui tout à fait! L’article date un peu et maintenant le latex est quasiment supprimé de tous les lieux de soins.
      Les gants en vinyle ont l’avantage d’être moins chers que ceux en nitrile (même si un peu moins tactiles)

Post a new comment